Modernisation et transparence de l’administration malienne : Des barrières pour maintenir l’agent public sur les rails

2

Rendre l’administration malienne moderne et transparente d’une part et contribuer d’autre part à l’amélioration de la bonne gouvernance au Mali : tel est le fil conducteur de la mise en œuvre de la mission de la ministre de la Réforme de l’administration et de la Transparence de la vie publique. Safia Boly vient de soumettre à l’appréciation de ses collègues du gouvernement un projet de loi portant code d’éthique et de la déontologie de l’Agent de l’Administration publique. S’il voyait le jour et était appliqué à la lettre, ce code serait une avancée notable dans l’amélioration de la transparence de la vie publique dans notre pays.

Lors du conseil des ministres du 28 mars 2019, le gouvernement de la République du Mali a approuvé sur rapport du ministre de la Réforme de l’administration et de la Transparence de la vie publique (MRATVP), un projet de loi portant code d’éthique et de la déontologie de l’agent de l’administration publique.

Ce code de déontologie est un ensemble de principes et valeurs à l’attention de l’agent public, afin de rendre d’une part, l’administration malienne moderne et transparente, et d’autre part de contribuer à l’amélioration de la bonne gouvernance dans notre pays.

Il est à noter que ce code s’inscrit dans le prolongement du document cadre de la politique nationale de Transparence dont l’objectif est de définir les principes directeurs devant encadrer et guider les initiatives gouvernementales de transparence.

Ce projet de texte est une première dans notre pays, car il s’applique à l’ensemble des agents publics relevant de l’administration générale ou des organismes personnalisés,  nonobstant le secteur d’activité, et se veut être une référence et une base pour l’établissement des codes de déontologie sectoriels.

Par ailleurs, en respectant les règles du présent code, l’agent public se renforcera des valeurs d’intégrité, de transparence et d’impartialité, dans l’optique de l’amélioration du service public par les principes universels de la bonne gouvernance. C’est dans ce cadre que des éléments innovants ont été apportés par le présent texte.

Ces innovations sont liées aux conflits d’intérêts, en définissant les mécanismes de prise en charge de ceux-ci notamment par la création d’une structure dédiée à l’éthique et à la déontologie ; à l’interdiction aux représentants de l’Etat (corps préfectoral) de prendre part à certaines manifestations publiques à caractère de propagande électorale ou réunions à caractère politique ; aux cadeaux que “l’agent public ne peut solliciter ou recevoir directement des usagers ou par personne interposée, même en dehors de ses fonctions mais en raison de celles-ci” et, enfin, à la nécessité pour les codes sectoriels en vigueur de se conformer au présent code dans un délai de 12 mois.

                    La Rédaction

 

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Tous les experts du monde réunis ne trouveront pas de solution au problème malien tant que nous ne bannissons pas de notre vie l’injustice et le traitement de faveur. Faire nos choix sur la base de la compétence et non des rapports humains.
    Cette dame ne peut rien changer encore que elle même est fruit de favoritisme on sait qu’elle est la fille de notre juge constitutionnelle Fatoumata DIALL, ancien Ambassadeur du Mali au Japon

  2. Tous les experts du monde réunis ne trouveront pas de solution au problème malien tant que nous ne bannissons pas de notre vie l’injustice et le traitement de faveur. Faire nos choix sur la base de la compétence et non des rapports humains.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here