Présidence de la transition au Mali : Le Colonel-major d’aviation à la retraite Bah N’Daou, le choix de la raison !

0

Le débat de qui d’un militaire ou d’un civil aura la lourde tâche de diriger la transition politique au Mali est définitivement clos. En effet, le Collège de désignation du président de transition et du Premier ministre a finalement décidé de couper la poire en deux en jetant son dévolu sur une personnalité civil et militaire à la fois, notamment le Colonel-major d’aviation à la retraite Bah N’Daou, connu pour son intégrité, sa rigueur et son sens de la responsabilité. Ce militaire dans l’âme, plusieurs fois démissionnaire pour protester contre certaines dérives à lui imposées par la hiérarchie, aura l’exaltante mission de diriger la transition au Mali afin de conduire notre pays aux nouvelles élections pour installer un président démocratiquement élu, dans un contexte de polarisation des acteurs politiques et de la société civile couplée d’un contexte sécuritaire très précaire où près de 80% du territoire national échappe au contrôle de l’Etat.

Le Colonel-major d’aviation à la retraite Bah N’Daou de la 7ème promotion (1973) de l’École militaire interarmes (Emia) de Koulikoro a vu le jour un 23 août 1950 à San (Ségou). Après son baccalauréat, il a été incorporé comme engagé volontaire dans l’armée le 1er juin 1973. Une année après, il a été désigné pour suivre un stage de pilote d’hélicoptère en URSS. A l’issue de cette période de stage, “Le Grand” comme l’appelait ses camarades d’armes, le jeune militaire N’Daou, a intégré la toute nouvelle l’Armée de l’Air en mars 1976.

Très vite il s’est distingué au sein de la hiérarchie militaire par sa rigueur dans le travail. Il est ainsi désigné Aide de camp du président Moussa Traoré après la nomination de son prédécesseur à la tête de la Sécurité d’Etat. Quelques mois après, il démissionne de son poste pour protester contre l’ingérence de la Première dame dans la gestion des affaires purement militaires.  Aussi, le tout nouveau président de la transition malienne a occupé le poste de chef d’Etat-major de l’Armée de l’Air sous le président ATT, un poste qu’il a quitté pour divergence de vue par rapport à la nomination de ses collaborateurs que le président d’alors voulait lui imposer.

Autres fonctions, le Colonel-major d’aviation à la retraite a été chef d’Etat-major adjoint de la Garde nationale, directeur du Génie militaire, chef de Cabinet de défense à la Primature, directeur général de l’Equipement des armées, Chargé de mission au Ministère de la Défense et des Anciens combattants…

Après une brillante carrière au sein de l’armée de l’air, il a fait valoir ses droits à la retraite. De sa retraite paisible, après la démission de Soumeylou Boubèye Maïga suite à la débâcle de l’Armée à Kidal suite à la visite controversée du Premier ministre Moussa Mara, il a été appelé par le président IBK pour occuper le poste de ministre de la Défense et des Anciens combattants, en mai 2014.

Le désormais nouvel homme fort du Mali est titulaire d’un Brevet d’étude militaire supérieur en France et d’un Brevet de l’Ecole de guerre (CID) en 1994. Depuis 2008, il est directeur de l’Office national des anciens combattants et militaires retraités et victimes de guerre (Onac).

Au titre des décorations, Ba N’Daou est Officier de l’Ordre national, Médaillé du mérite militaire et du Mérite national. Il parle français, russe, anglais et bamanankan.

Bon vent Colonel-major !                                                        

Boubacar PAÏTAO

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here