Bombardement à Bounty : / •Un rapport de l’ONU accuse Barkhane d’avoir commis une bavure / •L’armée française maintient sa version des faits

5

Hier, mardi 30 mars 2021, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) a publié son rapport de l’enquête sur les évènements de Bounty du 3 janvier 2021. Ce rapport de 36 pages confirme la frappe aérienne de la force française Barkhane sur des civils à Bounty (région de Mopti) au Mali. Selon les enquêteurs de l’Organisation des Nations Unies (ONU), au moins 22 personnes, dont 19 civils, ont été tuées par cette frappe de l’armée française. «Le groupe touché par la frappe était très majoritairement composé de civils», révèle le rapport de l’ONU. A cet effet, la MINUSMA recommande aux autorités maliennes et françaises d’établir les différentes responsabilités et d’octroyer le cas échéant une réparation appropriée aux victimes et aux membres de leurs familles. En réaction au rapport de la Minusma, le ministère des Armées Françaises précise que «les forces armées françaises ont effectué une frappe aérienne ciblant un groupe armé terroriste identifié comme tel ».

Suite aux allégations faisant état de la mort de plusieurs civils suite à une frappe aérienne à proximité du village de Bounty le 3 janvier 2021, la MINUSMA, à travers sa Division des droits de l’Homme et de la protection (DDHP), dit avoir déployé une mission spéciale d’établissement des faits du 4 janvier au 20 février 2021, avec l’appui de la Force et le soutien de la police scientifique des Nations Unies et de l’information publique, en vue de faire la lumière sur les informations et allégations reçues.

Selon la MINUSMA, l’équipe de la mission composée de 15 chargés des droits de l’Homme, avec le soutien de 2 experts de la police scientifique des Nations Unies et de 2 chargés de l’information publique, a effectué ses travaux à Bamako, Mopti, Sévaré, Douentza et Bounty. «Dans le cadre de cette enquête spéciale conduite conformément à la méthodologie du Haut-commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme, l’équipe a observé des règles strictes de collecte d’information et de témoignages afin de s’assurer non seulement du respect des plus hauts standards en la matière, mais également de la crédibilité, la pertinence et fiabilité des éléments collectés.

L’équipe a organisé des entretiens présentiels individuels avec au moins 115 personnes et avec au moins 200 personnes lors des réunions groupées, et réalisé plus d’une centaine d’entretiens téléphoniques. Elle a également analysé au moins 150 publications, notamment des communiqués et déclarations officiels, des articles de presse, des déclarations et positions d’autres acteurs et des sources ouvertes ainsi que des photographies et vidéos concernant la frappe de Bounty », révèle le rapport de la Minusma publié hier dans la journée. Selon le rapport de la MINUSMA, le 25 janvier 2021, avec l’appui et la couverture aérienne de la force de la MINUSMA, l’équipe s’est rendue à Bounty et a visité le lieu de la frappe aérienne, l’endroit présumé d’enfouissement des dépouilles des personnes tuées par la frappe ainsi que le village. «Je me félicite que ce travail important de la MINUSMA, en conformité avec son Mandat relatif aux Droits de l’Homme, ait pu être réalisé avec la coopération de toutes les parties concernées », a déclaré le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies au Mali et Chef de la MINUSMA, M. Mahamat Saleh ANNADIF.

Au terme de l’enquête, la MINUSMA précise qu’elle est en mesure de confirmer la tenue d’une célébration de mariage qui a rassemblé sur le lieu de la frappe, une centaine de civils parmi lesquels se trouvaient cinq personnes armées, membres présumés de la Katiba Serma. « Au moins 22 personnes, dont trois des membres présumés de la Katiba Serma présents sur le lieu du rassemblement, ont été tuées par la frappe de la Force Barkhane survenue le 3 janvier 2021 à Bounty. Sur les 22 personnes tuées, 19 l’ont été directement par la frappe dont 16 civils tandis que les trois autres civils ont succombé des suites de leurs blessures au cours de leur transfèrement pour des soins d’urgence. Au moins huit autres civils ont été blessés lors de la frappe. Les victimes sont tous des hommes âgés de 23 à 71 ans dont la majorité habitait le village de Bounty », indique le rapport de la mission onusienne au Mali. Selon le rapport, l’équipe n’a constaté sur le lieu de l’incident aucun élément matériel qui aurait pu attester la présence d’armes ou de motos tel qu’établi par le rapport des experts de la police scientifique des Nations unies. «Le groupe touché par la frappe était très majoritairement composé de civils qui sont des personnes protégées contre les attaques au regard du droit international humanitaire. Cette frappe soulève des préoccupations importantes quant au respect des principes de la conduite des hostilités, notamment le principe de précaution dont l’obligation de faire tout ce qui est pratiquement possible pour vérifier que les cibles sont bien des objectifs militaires», précise le rapport de l’ONU sur la frappe de l’armée française à Bounty au Mali.

Au terme de l’enquête, la MINUSMA a recommandé aux autorités maliennes et françaises de « diligenter une enquête indépendante, crédible et transparente afin d’examiner les circonstances de la frappe et son impact sur la population civile de Bounty ; d’examiner de manière approfondie les processus de mise en œuvre des précautions lors de la préparation d’une frappe ainsi que des critères utilisés pour déterminer la nature militaire de l’objectif aux fins de l’application du principe de distinction y compris l’appartenance à un groupe armé à la lumière de cet incident et à y apporter des modifications si nécessaires ; d’enquêter sur les possibles violations du droit international humanitaire et du droit international des droits de l’Homme et d’établir les différentes responsabilités et d’octroyer le cas échéant une réparation appropriée aux victimes et aux membres de leurs familles ».

La France maintient sa version des faits

En réaction au rapport de la Minusma sur les frappes de janvier au Mali, le ministère des Armées françaises salue le fait qu’une mission de l’ONU puisse enquêter en toute indépendance pour analyser les faits relatifs à la frappe aérienne survenue dans la région du village de Bounti au Mali le 3 janvier. Selon le ministère des armées de la République Française, c’est une condition essentielle de la vitalité des valeurs et du respect des principes démocratiques auxquels la France est fermement attachée. « Le ministère des Armées maintient avec constance et réaffirme avec force : le 3 janvier, les forces armées françaises ont effectué une frappe aérienne ciblant un groupe armé terroriste identifié comme tel. Le ministère émet de nombreuses réserves quant à la méthodologie retenue par le rapport. Elle oppose des témoignages locaux non vérifiables et des hypothèses non étayées à une méthode de renseignement robuste des armées françaises, encadrée par les exigences du droit international humanitaire », révèle le communiqué de presse du ministère des armées de la France.

Aguibou Sogodogo

Commentaires via Facebook :

5 COMMENTAIRES

  1. « La MINUSMA précise qu’elle est en mesure de confirmer la tenue d’une célébration de mariage qui a rassemblé sur le lieu de la frappe, une centaine de civils parmi lesquels se trouvaient 5 personnes armées, membres présumés de la Katiba Serma. »
    La version française est peu plausible. En plein jour au centre du pays, il est peu probable qu’une centaine de vrais terroristes se regroupent et confient la sécurité du groupe à seulement quelques 5 personnes.
    Je ne connais pas l’étendue de ce rapport de la MINUSMA, mais pense qu’il devrait chercher à établir hors de tout doute les identités de ces quelques individus armés.
    Compte tenu de la situation sécuritaire actuelle au Mali, le port d’arme est devenu presqu’une nécessité dans certaines zones.
    Si Barkhane dispose réellement d’une quelconque information crédible sur l’éventuelle affiliation terroriste d’un quelconque invité à ce mariage, pourquoi joue-t-elle à la magie et refuse de présenter ces preuves au public Malien ?
    Les FAMA étaient-elles impliquées ou informées en amont ou en aval de cette intervention de Barkhane ? Si OUI, quel rôle ont-elles joué pour aider à situer les responsabilités ? Si NON, pourquoi Barkhane a décidé d’agir seule sans implication de notre Armée Nationale ?

  2. Tuez-les et apres on s’explique c’est la regle du jeu, nous n’avons pas de temps a perdre sur des gros mensonges et de la distraction! Il faut liberer le Mali!

    • Vous avez remarqué? A chaque fois qu’il y a la France, il y a le bordel!
      Comme en Syrie
      ça suit la France comme son ombre!

      Les faits se sont déroulés, le 25 mars dernier, près de la localité de Talataye, située dans le cercle d’Ansongo, région de Gao. Un raid aérien de l’Opération Barkhane a causé la mort de cinq personnes sur des motos.

      Si leurs proches soutiennent que ce sont des civils identifiés comme tels, l’armée nie en bloc et affirme qu’il s’agit de » terroristes « . Des soupçons de bavure loin de constituer une première contre Barkhane.

      Dans la foulée comme toujours, Paris à contesté et ne veut pas reconnaitre ses tords ( comme ce fut le cas hier au sujet du géniocide au Rwanda) a réfuté toute bavure et a émis des “réserves” & ses doutes sur le rapport de l’ONU. (alors qu’ils ont même pas encore tout regardé du rapport … )

      Au moins 22 personnes ont été tuées, dont trois des membres présumés de la Katiba Serma – 19 sur le coup, 3 au cours de leur évacuation, affirme le document.

      Là en ce moment là, Paris cherche à minimiser, éviter, étouffer, faire diversion en invitant William Sherrer ou en parlant d’autres choses en utilisant les enfants (France-inof junior) pour parler pollution (alors que c’est Emmanuel Macron qui trolle sans cesse et va encofre ouvrir son clapet dans son discours annoncé pour demain

      maliactu.net/mali-une-enquete-de-lonu-conclut-quune-frappe-francaise-a-tue-19-civils-en-janvier/

  3. Nous l’avions prédit …

    https://www.maliweb.net/insecurite/bombardements-sur-bounty-cercle-de-douentza-larmee-malienne-sort-de-son-silence-et-confirme-la-neutralisation-de-plusieurs-dizaines-de-terroristes-2911130.html

    Pkagame 8 Jan 2021 at 19:38

    “On entendra d’autres versions dans d’autres rapports! « neutralisation de plusieurs dizaines de terroristes.» Ne pourra ni camoufler ni justifier une bavure qui résulte a la mort d’ innocentes populations..”

    Cependant, la France n’a rien a se reprocher vu qu’il y a un accord MAITRE-esclave qui la garantie …signé par le chef esclave IBK …qui stipule que c’est l’état malien qui sera responsable de réparation des dommages causés par ce genre de bavures quelque soit leur gravite! Imagine que le sort de nos populations décimées soit confié a un état ridicule comme le notre qui a l’ habitude de dédommager les victimes avec un sac de riz et une somme 100000 f …!

    Ce rapport de l’ONU dévoile le vrai visage de Paris qui tient a nier ses erreurs bec et ongle sans aucune responsabilité morale!

  4. Actions of french military supported by government of France is kind of actions that create hate against France by Africans in far to many places in Africa including Mali. Arrogance of government plus military under total circumstance given here if not same when military action was taken clearly show colonialist type arrogance having no regard for Negroid life. It alone is cause terrorists ability to recruit fighters in Africa grow stronger especially as terrorists improve their ability to acquire modern weapons plus french maintain presence.
    This occurrence is great great proof of why we must expedite military buildup
    across Sahel thereof making this war which is due to last more years war fought under African planning, staffing plus management. french assistance plus management exacerbate conditions plus assure war will be ongoing for years. Therefore we must continue to expedite military buildup with goal of no stone unturned winning military offensive that decisively win war. Any activity not essential to that alignment may be at least temporarily postponed.
    In this condition had french upon evidence being shown acknowledged their actions were mistake apology plus reparation would then be honorable act. Instead french take position of there was no mistake thereof paraphrasing act was intentional plus did what they wanted done then plus wanted done now. That is disregard for many Negroid lives that help recruit fighters for terrorists groups that have ultimate hope of someday striking french in France. In short their arrogance is as I have known many Arabs to agree “stupid”. Stupid do not win wars. Stupid prolong wars. We have only to look at Afghanistan or Syria or likely Iraq in near future. Stupid have managed those wars. Stupid give us important misleading information. Stupid is what stupid do. We need distant ourselves from stupid or we also will become infected with stupidity.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here