ONU : Abdoulaye Diop rassure la communauté internationale

6

Le Conseil de sécurité  s’est  penché jeudi 7 avril   2022  sur la situation  au Mali.  C’était au cours d’une séance d’information publique suivie de consultations privées, sur la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali. Occasion pour le ministre des Affaires étrangère et de coopération internationale, Abdoulaye Diop, par la voix du Représentant du Mali à l’ONU, de rassurer la communauté internationale sur la volonté du gouvernement de la transition d’aller vite vers un retour à l’ordre constitutionnel…

En effet, Issa Konfourou, Ambassadeur, Représentant permanent du Mali auprès des Nations Unies intervenant au nom  de Abdoulaye Diop, Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, a assuré que le retour à l’ordre constitutionnel  figure parmi les priorités du Gouvernement de transition. Il a cependant fait valoir que l’instabilité politique et institutionnelle prend son origine dans des élections mal organisées et dans la mauvaise gouvernance. C’est pourquoi, a-t-il dit, le Gouvernement de transition tient à faire des réformes majeures visant notamment à assurer une stabilité des institutions, tout en créant les conditions minimales de sécurisation pour permettre la tenue d’élections. À cette aune, il a demandé la levée immédiate des sanctions « injustes, illégales, illégitimes et inhumaines » prises par la CEDEAO et l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), non sans dénoncer un acharnement visant asphyxier le peuple malien, à le punir pour ses choix politiques et à obtenir un changement de régime.

Évoquant ensuite la situation sécuritaire, le représentant  a indiqué que le Gouvernement continue de renforcer les capacités des forces armées maliennes, ce qui « donne des résultats très encourageants » sur le terrain. Depuis décembre 2021, a-t-il rappelé, les forces de défense et de sécurité maliennes infligent de lourdes pertes aux groupes extrémistes et sécurisent les populations. À ce sujet, il a souhaité répondre aux accusations selon lesquelles le Gouvernement malien recourrait à une société de sécurité privée. « Je le redis ici et avec force: le Mali n’a pris aucun engagement de cette nature », a-t-il protesté, reconnaissant toutefois qu’à la faveur de sa coopération avec la Russie, son pays continue de se procurer du matériel militaire pour sa sécurité et fait appel à des instructeurs russes.

S’agissant de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, Issa Konfourou a assuré que le Gouvernement reste engagé à permettre son accélération, tout comme il est déterminé à renforcer la participation des femmes au processus de paix. Si le processus de désarmement, démobilisation et réintégration/réinsertion (DDR) connaît quelques difficultés, en dépit des propositions du Gouvernement, ce dernier est dans l’attente de la liste des mouvements signataires pour permettre le démarrage du volet réinsertion des anciens combattants, a précisé M. Konfourou. Il a également souligné que, contrairement aux affirmations du Secrétaire général, le Gouvernement reste engagé dans la mise en œuvre des programmes de développement des régions du Nord.

Abordant ensuite la situation des droits humains, le représentant a reconnu que la crise complexe que traverse le Mali depuis une dizaine d’années et la perte du contrôle de certaines parties du territoire national ont entraîné des atteintes à ces droits. Cependant, il n’y a aucune volonté délibérée des autorités maliennes d’accorder des « primes à l’impunité », a-t-il affirmé, relevant que la justice malienne est systématiquement saisie chaque fois que des violations sont signalées. Il a précisé que les opérations militaires encours dans la zone de Moura font suite à des renseignements qui ont permis de localiser la tenue d’une rencontre entre différents « katibas » et ont confirmé que ce secteur était un « sanctuaire terroriste ». À propos des « événements de Moura », il a signalé l’ouverture, par la Gendarmerie nationale, d’enquêtes approfondies sur les allégations d’exactions présumées commises en mars sur des civils dans cette zone. En attendant les conclusions de ces investigations, il a appelé toutes les parties prenantes à la retenue et à éviter les qualificatifs de massacres ainsi que les allégations sans fondement proférées à l’encontre des forces armées maliennes.

Il a par ailleurs estimé que la détérioration continue de la situation humanitaire au Mali est due à la mauvaise saison de pluie enregistrée l’année dernière, à l’impact négatif des sanctions de la CEDEAO et de l’UEMOA sur les populations, ainsi qu’à l’insécurité dans les régions du Centre du pays. Pour y remédier, le Gouvernement travaille, avec l’appui des partenaires bilatéraux et multilatéraux, à apporter l’assistance nécessaire aux Maliens en situation de vulnérabilité, a-t-il dit, avant d’insister à nouveau sur la nécessaire levée des sanctions, « surtout au moment où nos forces armées gagnent en confiance et remportent des victoires sur plusieurs fronts ».

Pour sa part, El Ghassim Wane, Représentant spécial du Secrétaire général pour le Mali, a déclaré que la situation d’ensemble est extrêmement préoccupante. Les civils sont confrontés à d’immenses souffrances. Il n’y a pas eu de progrès notable dans la mise en œuvre de l’accord de paix. De plus, malgré les efforts considérables déployés à cet effet, aucun consensus n’a été trouvé autour de la durée de la transition.

Sur la situation politique, Le Représentant spécial a rappelé que le non-achèvement de la Transition dans les délais convenus a conduit la CEDEAO à imposer des sanctions économiques et financières en janvier dernier, notant que l’impasse persiste, exacerbant les tensions entre le Mali et la CEDEAO. Le Mali a demandé 24 mois supplémentaires pour mettre fin à la Transition, mais cette durée a été jugée trop longue lors du Sommet extraordinaire de la CEDEAO qui s’est tenu à Accra le 25 mars et a approuvé un délai de 12 à 16 mois, a rappelé El  Ghassim Wane : « Aucun effort ne doit être épargné pour parvenir à un accord sur la Transition. Cela permettrait non seulement de lever les sanctions, une mesure essentielle compte tenu de la situation humanitaire actuelle, mais aussi de créer un environnement plus propice à la poursuite des autres processus fondamentaux pour la stabilisation du pays ».

Mémé Sanogo

 

 

 

 

 

Commentaires via Facebook :

6 COMMENTAIRES

  1. Under circumstance Mali exist it is well known to international community that if proper conditions are fulfilled designated order should be taken. International community observe that Malian Transitional Government in steps plus stages is timely fulfilling that order. But still Malian Transitional Government in waste of action need reassure international community that order will be fulfilled.
    It is reasonable to conclude International community dabble in entertaining stupidity but for what cause?
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  2. POURQUOI ILS VEULENT LE MATRIARCAL- EN REMPLACEMENT AU PA-TRIARCAL OU MEME JUSTEMENT LA FAMILLE TRADI-TIONELLE.

    VOYEZ LES DES JOURNALISTE, LEURS EXPRESSIONS CORPORELLES, LE NIVEAU DE DOUTES ET D ANALYSES, L ENGAGEMENT SAIN , L HUMANISME, LA RECHERCHE DE LA VERITEE ET LE COURAGE DE L EXPRIMER ET L ETENDRE….

    LE JOURNALISTE HOMME PARLE DE RETENUE ET MEME D INSTRUCTEURS ‘ETASUNIENS’ ET DE COMBATTANTS ETRANGERS QU ILS FONT ‘CHAIRACANON’
    m.youtube.com/watch?v=I6Oagy30QdA
    SACRE NIVID TULAS, DIBISOKOH, DIBISOKOH, DIBISOKOH!

    POUR AVOIR LE MIEL IL FAUT ENFUMER LA RUCHE AVEC UNE TORCHE EN PAILLE , DIIH-BIN ENFUMER AVEC DE LA PAILLE. DIBISOKOH – VIANDE ENFUMEE, COMME ON LE FAIT AVEC LE MIEL POUR CHASSER D AUTRES INSECTES QUI AIMENT AUSSI LE MIEL.

  3. UN know Mali will not be suitable for return to constitutional order unto war is won plus necessary corrections prohibiting corruption with impunity are in place. FAMA is as quickly plus safe plus progressive as possible under total circumstance trying to win war. It is multiple stage action that significantly accelerate once war is won. ECOWAS intentionally complicate bringing about war win by imposing undue sanctions as if intent is to create chaos in Mali so that it may be plundered by foreigners plus Negroid traitors.
    We would welcome return to constitutional order being it would put any meaningful talk of Algiers agreement between Mali plus terrorists to rest with agreement having been void from onset being it was unconstitutional plus illegal. Malian government may not make contractual agreement to commit crime against Malians citizens. Agreement due to being unconstitutional plus illegal is crime against Mali citizens.
    If it was not serious condition I would find it laughable to think Malian goverment is going to accept terrorists who once murdered members of Malian army into Malian army. If anything those terrorists should be neutralized or driven out of Sahel nations forever.
    UN know these conditions exist plus best outcome for Mali plus Africa is as set here but those wanting demise of Mali cruelly work for different outcomes.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  4. Igor Konashenkov confirme qu’un nombre important de combattants étrangers est connu sur place á Marioupol car la Russie peut les entendre crier dans plus de 6 langues différentes dans des appels radio interceptés.

    https://sputniknews.com/20220408/radio-communications-indicate-significant-numbers-of-foreign-mercs-stuck-in-mariupol-russian-mod-1094598098.html

    Sans oublier qu’il est maintenant rapporté qu’ils ont essayé de briser le blocus avec un navire pour les secourir (à court d’hélicoptères je suppose ?)

    ÉHHH….DIBIDAH….DIBIDAH….DIBIDAH….!!!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here