Suspension du Mali du droit de vote à l’ONU : Le Trésor, le principal responsable

3

Le Mali vient d’être humilié, une fois de plus, après l’occupation djihadiste. Les médiats du monde entier en font leurs choux gras : le Mali est suspendu du droit de vote à l’ONU pour non paiement de cotisations. Il s’agit, au maximum, de 200 millions de FCFA et un paiement minimum de 68 millions de nos francs, selon les textes mêmes des Nations-Unies aurait suffi pour épargner à notre pays cette sanction onusienne.

Cette situation est hautement préjudiciable à l’image du Mali, qui est au-dessus de nous tous, ce Mali qui fut, pour reprendre IBK, quand d’autres n’étaient pas. Elle porte atteinte à la crédibilité de nos gouvernants, démontre l’incurie de certains agents de l’Etat, qui n’agissent jamais sans qu’ils ne soient « motivés », j’allais dire, sans pot-de-vin.

La responsabilité incombe, de notre point de vue, au Trésor public, parce que, après rectification de toutes les erreurs, ce service public a reçu les bonnes adresses pour envoyer les fonds dus à l’ONU. Malheureusement, comme l’argent n’est pas pour Modibo Keita de GDCM ou Bakoré Sylla ou encore Ba Seydou Sylla, on ne se hâte pas pour faire le travail parce que les agents du Trésor n’y ont pas intérêt directement, j’allais dire qu’ils ne perçoivent pas de ristournes. Donc, on a négligé le dossier. C’est vraiment une des raisons

Ensuite, le Directeur du Trésor, qui devrait veiller à la bonne exécution de la décision s’occupait certainement aussi des milliardaires, notamment au niveau de la dette intérieure, oubliant superbement la dette extérieure. Il est vrai qu’au niveau de New-York, le Représentant du Mali aurait dû, de son côté, également agir pour éviter à notre pays cette sanction. Mais, apparemment, il a croisé les bras et continué sa belle vie alors que la défense du Mali, de son image et de ses intérêts constitue la raison d’être de sa présence aux Etats-Unis. Franchement, il a déçu parce qu’il a manqué de vigilance.

Il est inacceptable que le Mali, aujourd’hui soutenu par les efforts de la communauté internationale, puisse se comporter dans le concert des nations de cette manière. On est donc fondé à se demander s’il n’y a pas d’autres raisons, notamment le sabotage ou la mauvaise foi dans ce dossier pour faire mal à IBK alors qu’il ne s’agit pas de ce dernier mais du Mali tout entier.

Le Mali est solvable. Il est liquide à en croire l’ancien ministre des Finances, Mamadou Igor Diarra, qui a affirmé, lors de la passation de service avec son successeur, que « les comptes de l’Etat et de ses démembrements sont créditeurs de 150 milliards de FCFA ». Alors, pourquoi cette humiliation ? Sabotage ?

La piste n’est pas à écarter. A suivre

Chahana Takiou 

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Il s’agit, au maximum, de 200 millions de FCFA et un paiement minimum de 68 millions de nos francs, selon les textes mêmes des Nations-Unies aurait suffi pour épargner à notre pays cette sanction onusienne.
    Monsieur le lèche-cul de pigiste, la dette réclamée par l’ONU concerne deux années entières au cas où vous l’ignorez. Alors ne tentez surtout pas de faire croire que ce problème a été découvert aujourd’hui. Et comme par hasard, une pareille situation n’arrive au Mali que pendant les grasses matinées arrosées de vin rouge de votre roitelet au sommet de l’État depuis 2013, et bien entendu au détriment des affaires du pays. Alors pour une fois, n’emmerdez pas le monde avec vos analyses bancales et mal orientées, minable journaleux ! Si vous avez vraiment des reproches, adressez-les donc à Ladji Kabako. C’est bien par lui que vient le meilleur exemple de cette gouvernance lamentable…

    Pensées rebelles.

  2. Du n’importe quoi de la part du syndicat du Trésor. Le Trésor Public est bien responsable dans cette affaire. C’est bien de demander le bon numéro de compte et après si l’on a pas qu’est ce que le Comptable doit faire ? Croiser les bras en attendant le scandale comme ce fut le cas ? 
    Non, compte tenu de l’importance de la dépense, le Trésor Public avait le choix soit de saisir l’agent Comptable de la représentation du Mali aux Nations Unies qui relève du Trésor public pour qu’ il donne le bon numéro de compte, soit remonter l’information au niveau du Ministre de l’Economie et des Finances ou à défaut procéder à une reconstitution de crédits en rejetant purement et simplement la dépense à l’ordonnateur et en motivant le rejet avec tous les arguments financiers.
    En gardant cette dépense par devers lui pendant 7 mois et en se contentant seulement d’une lettre envoyée au Budget demandant le bon numéro de compte, le Trésor s’ est rendu coupable de négligence notoire et d’absence de toutes les diligences nécessaires au paiement de cette dépense. Le Trésor Public n’a donc pas suffisamment agi dans cette affaire. Il est plus que coupable au même titre que le Budget.

  3. Le syndicat du Trésor veut faire l’avocat du diable. Selon le syndicat du Tresor puisque le Tresor a écrit au Budget pour demander les bonnes coordonnées bancaires alors le Tresor n’est responsable de rien et que c’est la faute du Budget.
    Faux et archifaux Messieurs du Syndicat car le Tresor Public ne doit même pas demander une lettre communiquant les bonnes coordonnées bancaires il doit purement et simplement rejeter le mandat de paiement en sa qualité de Caissier de l’Etat et l’ordonnateur qui est le budget doit le reprendre avec les bonnes coordonnées bancaires.
    En rejetant le mandat le comptable dégage sa responsabilité personnelle et pécuniaire avec des arguments financiers justifiant son rejet.
    Le Trésor Public n’a pas rejeté les mandats incriminés donc juridiquement pour le Budget les mandats sont toujours admis au Tresor. Une lettre demandant les bonnes coordonnées bancaires n’est pas juridiquement acceptable.
    Le Trésor Public a donc par imprudence gardé à son niveau des mandats de paiement qu’il ne peut pas régler car les numéros de comptes bancaires sont erronés. S’il avait en son temps rejeté les mandats alors la Direction du Budget serait obligée de reprendre les dits mandats avec les bonnes coordonnées bancaires.
    Par conséquent, le Tresor Public est plus que coupable sur toute la ligne, cette culpabilité est due à une négligence notoire et à une méconnaissance de sa propre responsabilité personnelle et pécuniaire. Et, après le Tresor a utilisé les 200 000 000 pour payer les mandats de opérateurs économiques moyennant des ristournes.
    Alors syndicat du Tresor je vous invite à réviser vos cours de comptabilité publique afin de ne pas raconter des bobards à la Télé devant des Experts

Comments are closed.