Focus: Application de l’accord de paix: la forte mobilisation des Maliens contre la transition

0

Le président de la transition, Bah N’Daw, n’a pas su tirer les leçons de la chute du président Ibrahim Boubacar Keïta. Comment comprendre qu’il  parle d’application de l’accord de paix dans son adresse aux Forces armées, le 20 janvier 2021. L’ancien ministre de la Défense et des Anciens combattants, signataire de l’accord de Défense entre le Mali et la France et président de la transition, Bah N’Daw est un président qui veut appliquer l’accord d’Alger à la lettre. Or les prémices d’une grande mobilisation contre l’application de cet accord sont en cours partout sur le territoire. Cette fois-ci, ce sont les vieilles personnes qui sont en première ligne du combat en revendiquant le nom Mali et sa superficie. Où était donc Bah N’Daw, en 1985 lors de la guerre Mali-Burkina Faso ?

L’armée la plus puissante au monde, c est le peuple. Le peuple malien est souverain. L’accord de paix est une entente secrète entre le gouvernement malien et la France en vue d’une scission du pays. Si le président de la transition ne songe pas à convoquer une grande réunion  pour une révision de l’accord d’Alger appelé accord de paix, il perdra sa crédibilité. Dans un contexte de crise aiguë, l’organisation d’élections n’est pas la solution.

 Transition: Adieu CNSP, vive un gouvernement civil

La dissolution du Comité national pour le salut du peuple (CNSP), le 18 janvier 2021, met fin à la prise en otage de la démocratie par la junte. Avec la fin de cette mainmise sur le pouvoir, il y a nécessité de réaménager le gouvernement. Dans un pays cité comme exemple de démocratie en Afrique en 1992 (Mali), le Conseil national de la transition (CNT) est dirigé par un militaire. Le CNT, qui a une vocation parlementaire, ne saurait être dirigée par la grande muette. Ici, on parle politique. Qui dit politique, parle de discussions, de disputes. La nomination à ce poste d’un ‘‘muet’’ de la grande muette ne fait pas l’affaire.

 Transition et népotisme: Plus de 236 nominations en 100 jours

La vérité, dit-on, finit toujours par triompher. Elle a bel et bien triomphé entre la transition et son peuple. Depuis un certain temps (100 jours de vie de la transition), on assiste à des nominations tout azimut dans les ministères et dans les institutions de la République. Plus de 236 nominations en 100 jours.

Pour narguer le peuple, l’ancien président a été propulsé au rang d’ancien président avec toutes les considérations. Ceux qui ont la lourde tâche de mettre de l’ordre dans le pays l’ont plongé dans le désordre. Des délinquants financiers, des cadres qui traînent des casseroles, des crabes, de faux diplômés ont été promus à de hautes fonctions, creusant le fossé entre le peuple et le président de la transition.

Rassemblées par la Rédaction

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here