L’Hôtel Radisson Blu s’ouvrirait le 15 décembre prochain

0

25 jours après l’attaque terroriste dont il a été victime,  l’Hôtel Radisson s’ouvrirait à nouveau le mardi 15 décembre 2015, selon les informations qui nous sont parvenues. On se rappelle qu’au cours de sa visite juste après l’attaque de l’Hôtel, le Président IBK avait envoyé un message d’optimisme et d’encouragement à la direction de l’établissement en déclarant: «Monsieur le directeur, vous me retrouverez à diner ici bientôt, Inchallah ». La direction avait alors au cours du point de presse tenu à l’Hôtel Salam, indiqué tout mettre en œuvre pour que l’hôtel rouvre ses portes au grand public dans le plus bref délai.

 

***********

L’utilisation des pétards et d’autres feux d’artifice interdite

Le ministère de la Sécurité et de la Protection Civile à  travers son compte twitter vient de notifier, qu’au regard de la situation sécuritaire préoccupante dans notre pays, que l’utilisation des pétards et autres feux d’artifice reste formellement interdite sur toute l’étendue du territoire national. Malgré le caractère festif lié à cette utilisation, les pétards et les autres feux d’artifice constituent un danger réel pour la sécurité des populations. Cette menace s’accentue aujourd’hui avec la situation de crise que traverse le pays. Il revient alors à nos forces de sécurité de bien veiller à l’application stricte et correcte de la présente mesure. Les contrevenants doivent s’attendre à toute la rigueur de la Loi.  L’utilisation de pétards et autres feux d’artifice est une pratique très courante pendant les fêtes de fin d’année au Mali.

**************

 

 

Bientôt l’indemnisation des familles des victimes du massacre d’Aguelhok et de celles des bérets rouges  du mouvement insurrectionnel du 22 mars 2012

L’une des décisions prises par le Conseil des ministres du mercredi 2 décembre 2015 est l’adoption d’un projet de décret fixant les modalités d’application de la Loi n°2012-025 du 12 juillet 2012. Cette loi alloue aux personnes civiles et militaires ayant subi des préjudices corporels ou matériels et les ayants droit des personnes décédées, une indemnité en réparation des préjudices subis à ces périodes. Le texte prévoit l’indemnisation des victimes sous forme de rente, de pension ou de secours pour les cas de préjudices corporels et, sous forme de réparation par équivalent ou en nature, pour les cas de préjudices matériels. Pour faire ce travail, il est créé une commission d’évaluation, de recensement et d’indemnisation des victimes. La commission procèdera notamment au recensement des victimes, à l’évaluation des préjudices matériels subis, à la détermination des rentes et des pensions ainsi que leurs réparations par équivalent en nature ou en numéraire et en fixe les périodes de versement.

*********************

 

CONSEIL CENTRAL ORDINAIRE DE L’UNTM

 

La centrale de l’UNTM a tenu le mardi 1er décembre 2015 à la Maison des Aînés son 14ème conseil central ordinaire. La cérémonie présidée par Yacouba Katilé, secrétaire général de l’UNTM a eu lieu en présence de Maouloud Ben Kattra, secrétaire général adjoint du bureau et de plusieurs membres de l’Union. Cette rencontre des différentes sections de l’UNTM aura permis aux participants de réfléchir et d’analyser toute la situation nationale qui relève de leur ressort. Il s’agit notamment  des questions qui ont trait à l’aspect économique, politique, social, sécuritaire, d’employabilité et de développement. Cette cérémonie a été  aussi l’occasion pour les participants de célébrer la démocratie interne qui règne dans l’organisation, de restaurer une discipline renforcée par l’autodétermination individuelle de chacun et d’endiguer les dérives qui la fragilisent. Yacouba Katilé dans son intervention a expliqué à l’assistance que la centrale a fourni des efforts pour ramener l’entente, la solidarité et la paix dans l’union. Pour finir, il a souhaité à chaque délégué une participation studieuse au conseil central afin que les conclusions aident l’UNTM à aller de l’avant.

**********************

 

LA MAJORITE ET L’OPPOSITION SE DONNENT LA MAIN

 

Face à l’insécurité galopante et à la gestion chaotique de l’accord pour la paix,  la Convention de la Majorité Présidentielle (CMP) a rencontré l’Opposition le mercredi 2 décembre 2015 au CICB pour qu’elles conjuguent les efforts afin de gérer les différentes crises qui prévalent actuellement dans notre pays. La rencontre était placée sous les thèmes : « la sécurité ; la consolidation de la paix et la gouvernance économique». La présente rencontre a été initiée par la mouvance présidentielle et elle a été la première du genre. Présidée par Dr Boulkassoum Haïdara, président de la CMP, la cérémonie a réuni Tiébile Dramé de l’Opposition et de plusieurs présidents des différents partis de la majorité et de l’Opposition. Cette réunion se voulait un cadre de dialogue et d’échanges pour voir dans quelle mesure les leaders politiques peuvent trouver des solutions idoines à ces différentes crises qui secouent le  pays. L’opposition a salué l’initiative de la majorité et a accepté volontiers.

**************

 

LE COLLECTIF DES JEUNES CANDIDATS POUR LE CHANGEMENT CONDAMNE L’ATTENTAT DE L’ HOTEL RADISSON BLU

 

L’information a été donnée au cours d’une conférence de presse, organisée, le jeudi 03 décembre 2015 au siège national du PCR sis à l’Hippodrome, par le Collectif des Jeunes Candidats pour le Changement (CPC). L’occasion pour le Collectif de réitérer son soutien moral au président de la République. Etaient présents à la conférence de presse M. Chaka Diarra, président du CPC, M. Ousmane Ben Fana Traoré, porte-parole, et de plusieurs membres du Collectif. Troisième du genre à Bamako, après l’attentat de la terrasse et celui du  commissariat de police de Sogoniko, l’attaque du Radisson blu a endeuillé plus d’une vingtaine de familles. Ainsi, pour lutter contre ce phénomène grandissant dans notre pays, le Collectif préconise de se donner la main pour combattre cette situation. Au cours de la conférence de presse, d’autres thèmes ont été abordés. Il s’agit notamment de la récente rencontre entre la majorité et l’opposition, la loi fixant le quota de 30% de postes pour les femmes sur la liste électorale des partis politiques. Le collectif a apprécié les deux faits à sa juste valeur et dira que c’est une avancée de la Démocratie.

 

 

PARTAGER