ORTM : un nouvel envol sous le leadership de Salif Sanogo

4

Le journaliste émérite Salif Sanogo dirige désormais l’ORTM. Son leadership est porteur d’espoir pour améliorer l’image de «Bozola» et donc le sortir de la routine.  

Nommé le 27 décembre 2018, Directeur général de l’Office de radio et télévision du Mali (ORTM), Salif Sanogo est perçu comme un rénovateur. Et à en juger à la vague de félicitations sur les réseaux sociaux, on peut bien affirmer que, le journaliste populaire qu’il est, est attendu pour améliorer l’image de l’ORTM.

Pour annoncer la couleur, M. Sanogo, à la passation de services, a humblement demandé conseil et accompagnement à son prédécesseur Sidiki Konaté admis à la retraite.

Première bonne nouvelle pour les travailleurs de la boîte, Salif Sanogo annonce que les salaires du mois seront payés juste après sa prise de fonction. De quoi créer un grand espoir et soulager des employés démotivés malgré le travail abattu au quotidien. Mieux, le nouveau patron de Bozola partage avec le personnel, les nouvelles réformes qu’il veut entreprendre.

Pour réussir ce travail,  il compte en premier sur les agents. Sous sa direction, M. Sanogo propose d’encourager les travailleurs en instituant «l’agent du mois» et «l’agent de l’année».  Une façon d’encourager l’excellence et de récompenser le mérite.

Le concept est simple : un prix sera attribué à l’agent qui se fera remarquer par son travail et son engagement. Cet exercice de saine émulation du nouveau directeur général de l’ORTM cible même les directeurs et chefs de services et de sections.

«Le contrat de solidarité et d’engagement sera le mien et devrait être le nôtre», croit dur comme fer Salif Sanogo. Convaincu que sa réussite demande également la composition d’une équipe aguerrie, M. Sanogo a procédé à des changements à certains postes stratégiques. En plus d’avoir mis un accent particulier sur la promotion des jeunes cadres, il s’est fait entourer d’anciens conseillers spéciaux. Une première à l’ORTM ! Dans ce vaste mouvement, les stations régionales ont aussi été touchées.

Le patron de l’ORTM va loin dans ses actions, il effectue des visites de prise de contact à l’intérieur du pays afin de s’imprégner des conditions de travail des agents et de l’état du matériel. C’était le cas à Sikasso où il a pu gérer, sur place, certaines difficultés. Des mesures fortes sont prévues pour résoudre les problèmes que connaissent les stations relais.

Plusieurs activités programmées en 2019

À l’ORTM, Salif Sanogo s’attèlera au  parachèvement du processus d’instauration de la redevance Radio-Télé et du transfert effectif de la régie publicitaire. Comme l’ont recommandé les travaux des 42ème et 43ème sessions ordinaires du conseil d’administration tenues le 07 mars 2019, plusieurs activités sont programmées par l’ORTM durant l’année.

Au nombre des actions : le développement d’une politique de production et de diffusion de programmes Radio et Télé en rapport avec les objectifs de développement socio-économique de notre pays ; l’organisation de la mobilisation sociale et la couverture des différentes consultations électorales de l’année 2019 ; le développement et la motivation des ressources humaines de l’ORTM ainsi que l’amélioration du cadre et des conditions de travail.

S’y ajoutent l’opérationnalisation des nouvelles structures prévues dans le nouvel organigramme ; le démarrage effectif des travaux de construction de la «Maison de la Radiotélévision» ; l’opérationnalisation de la régie publicitaire et la mise en application des différents textes relatifs à la redevance Radio-TV ; la poursuite du processus d’apurement des arriérés dus à l’ORTM par ses prestataires ; la transformation de la TM2 en chaîne d’information en continu et la réhabilitation et l’équipement des stations des régions de Tombouctou, Gao et Kidal, ainsi que la construction des nouvelles stations régionales de Ménaka et de Taoudéni.

Pour Salif Sanogo, la presse malienne est une seule et même famille. C’est pourquoi, il s’est rendu mardi dernier à la Maison de la presse du Mali. «Presse publique, presse privée, nous sommes tous de la même famille, la famille de la presse nationale», a-t-il laissé entendre pour créer une saine et bonne collaboration avec la presse privée.

À la tête de l’ORTM, Salif Sanogo est appelé à réussir là où certains ont échoué.

 M.S

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Mon problème n’est pas quelqu’un, mais j’ai le souci de mon pays que j’aime beaucoup. Un adage dit: ” Aide toi le ciel t’aidera “. Que Dieu aide mon pays. Amen!!!

  2. SALIF SANOGO n’est qu’ un exécutant au service d’un ministre à la disposition d’un CLAN qui n’agit pas pour la satisfaction des besoins de la population.
    Les investissements à mener pour améliorer la qualité d’exercice de l’ORTM sont du ressort du ministre.
    C’est lui qui va défendre le dossier à l’ assemblée nationale ,pas SALIF.
    L’ amélioration de la trésorerie par le biais de la redevance électricité est du ressort du gouvernement qui a déjà été rejetée par l’assemblée nationale depuis la période ALPHA OUMAR KONARE.
    Ce qu’ on attend de SALIF KEITA c’est de jouer son rôle de journaliste par l’amélioration de la qualité de l’offre de l’ ORTM.
    Des émissions calquées sur la réalité de la société malienne par des hommes de qualité libres d’innover comme lui-même a fait par des émissions phrases sur les nouvelles technologies.
    Il est aussi entendu sur les émissions politiques,même si là aussi le ministre aura son mot à dire pour préserver pour les intérêts du CLAN.
    Ce n’est pas la compétence et la volonté de bien faire de SALIF SANOGO qui sont en cause,mais le pouvoir sous l’autorité de laquelle ce journaliste unanimement reconnu efficace exerce.
    En cinq ans d’exercice du président IBK,aucun cadre de l’ administration n’a eu à s’exprimer librement dans son domaine respectif.
    Ce n’est pas à l’ORTM que l’exception va s’exprimer.
    OSER LUTTER ,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

  3. L’ORTM la passion du service public doit être au cœur des grands évènements. Pour relever ce défit, l’ORTM aura besoin des Ressources Humaines compétentes et des moyens financiers conséquents. Le nouveau DG de l’ORTM ne peut pas tout résoudre dans l’immédiat, je lui conseille d’approcher les sponsors comme les sociétés minières, les établissements bancaires, les sociétés de télécommunication pour la réalisation de son ambitieux projet de relance de l’ORTM. Il doit signer aussi un contrat de partenariat avec l’INA, la Minusma, les établissements hôtelières, les centres de coupes et de coutures, les associations sportives, les mairies, les unités industrielles. Pour que l’ORTM et la TM2 puissent assurer un service de qualité, le nouveau DG doit mettre rapidement en application le payement par les citoyens de la redevance TV à travers la création d’un bouquet ORTM et TM2 dans les différents décodeurs et numériques comme TV5, TNT, Malivision, Canal plus. Avec un prix du bouquet ORTM et TM2 de 200 Fcfa par mois avec 2 Millions d’abonnés ce qui fait un montant mensuel de 400 Millions de Fcfa et un montant annuel de 4 Milliards 800 Millions de Fcfa.
    Avec une telle somme l’ORTM et la TM2 pourront nous proposer des programmes intéressants et faire les retransmissions en direct des matchs de nos sélections nationales à l’extérieur du pays.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here