Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique : Le professeur Amadou Keita pour relever les défis majeurs !

0

L’ancien Directeur général de l’École normale d’Administration (ENA) et l’actuel Coordinateur scientifique du Laboratoire Gouvernance Sociétés et Sécurité (LaGoSS) de la Faculté des Sciences administratives et politiques de l’USJPB, Pr. Amadou Keita, a été nommé ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique dans le gouvernement de transition. Connu pour son intégrité et son sens élevé du travail bien fait, le Coordinateur général du Groupe d’Étude et de Recherche en Sociologie et Droit Appliqué (GERSDA) pourrait relever les défis au niveau de l’Enseignement supérieur.

 

Le département de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a un nouveau capitaine pour conduire le bateau à bon port. Ce capitaine, il n’est pas novice dans le domaine de l’Enseignement et de la Recherche. Il a été, lui-même, enseignant-chercheur, administrateur au niveau de l’Université de droit de Bamako. Il se nomme Professeur Amadou Keita.

Qui est alors Amadou Keita ? Le nouveau ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique est détenteur d’un Doctorat en Science politique et d’un Doctorat en Droit. Il est Maitre de Conférences à l’Université des Sciences juridiques et politiques de Bamako (USJPB) depuis 1996 et actuellement le Coordinateur scientifique du Laboratoire Gouvernance Sociétés et Sécurité (LaGoSS) de la Faculté des Sciences administratives et politiques de l’USJPB. Il a été successivement Doyen de la Faculté de Droit Public de l’Université des Sciences et Politiques de Bamako de 2012 à 2012, membre de la Cour Constitutionnelle du Mali de 2012 à 2015. De 2016 à 2017, il était Conseiller Spécial auprès du Médiateur de la République. Le nouveau ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique était, de 2017 à 2019, Directeur général de l’École Nationale d’Administration du Mali. En 2019, il démissionne de ce poste stratégique contre toute attente. Jusqu’à sa nomination comme ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, le professeur Keita était le  Coordinateur scientifique du Laboratoire Gouvernance Sociétés et Sécurité (FSAP-USJPB).

Le nouveau ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique est un homme des qualifications. Ses multiples diplômes le prouvent. Professeur de droit et de science politique, le ministre Keita a également enseigné les méthodes de recherches en sciences sociales. Il a été professeur invité à l’Université de Trente, en Italie de 2005 à 2007 ; à l’Université du Piémont Oriental (2005-2007, 2016).  De 2010 à 2011, le professeur Amadou Keita était chercheur associé du CNRS à l’Institut d’Études politiques de Bordeaux. Depuis plus d’une quinzaine d’années, il travaille sur les questions institutionnelles, de gouvernance, de décentralisation et de gestion des ressources naturelles (notamment foncières et minières). Il a ainsi participé à plusieurs programmes de recherches nationaux et internationaux sur ces sujets et dans lesquels il a publié plusieurs travaux personnels et collectifs.

Le nouveau ministre malien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a collaboré avec plusieurs institutions au Mali et à l’étranger, comme le PNUD, la Fondation Friedrich Ebert, le GRET (France), l’IRAM (France), l’IIED (grande Bretagne), l’Université Libre de Bruxelles (Belgique), le GRAMA (Canada), la GIZ (Allemagne), le GEMDEV (France). Dans le cadre de ces collaborations, il a réalisé plusieurs consultations sur les questions institutionnelles, la gestion des ressources naturelles (foncières et minières).

Auteur et co-auteur de plusieurs publications, dont l’administration coloniale et les résistances à l’occupation (coauteur), in D. Konaté (édt.), Histoire contemporaine du Mali. Contribution à la redécouverte de la  dynamique de construction de l’État-nation, ASHIMA-FES, Bamako, 2019, p. 47-65.

– Le Soudan dans l’Union française : les prémisses de l’accession à l’indépendance (cauteur), in D. Konaté (édt.), Histoire contemporaine du Mali. Contribution à la redécouverte de la  dynamique de construction de l’État-nation, ASHIMA-FES, Bamako, 2019, p. 89-102.

– La fédération du Mali : chronique d’une fin annoncée (coauteur), in D. Konaté (édt.), Histoire contemporaine du Mali. Contribution à la redécouverte de la  dynamique de construction de l’État-nation, ASHIMA-FES, Bamako, 2019, p. 105-120.

– La proclamation de l’indépendance du Mali (coauteur),  in D. Konaté (édt.), Histoire contemporaine du Mali. Contribution à la redécouverte de la  dynamique de construction de l’État-nation, ASHIMA-FES, Bamako, 2019, p. 121- 133,  Pr Keita aussi fait plusieurs communications.

Le ministre Amadou Keita parle Bambara, sa langue nationale, Français, Anglais, Russe et Italien.

Il est appelé à relever les défis majeurs au niveau de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

 

Boureima Guindo

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here