Portrait des nouveaux ministres : Oumar Hammadoun Dicko, Ministre du Dialogue social, du Travail et de la Fonction

0

Né en 1954, Oumar Hammadoun Dicko est désormais le Ministre du Dialogue social, du Travail et de la Fonction publique. Il remplace à ce poste, Mme Diarra Raky Talla. Homme politique, membre influent du Front pour la sauvegarde de la démocratie (FSD), enseignant, le Pr Oumar Hammadoun Dicko a eu son Baccalauréat en Lettres Modernes (Mention Très Bien) au Lycée Prosper Kamara (Bamako-Mali) en 1974. Quelques années plus tard, il a eu son Certificat en Droit et en Anglais en 1978 à l’Université d’Abidjan. En Avril 1983, il décroche sa Licence en Sciences Politiques à l’Université Laval-Québec-Canada. En 1988, il obtient son Master en Sciences Politiques (MA) à l’Université Laval-Québec-Canada. Depuis Avril 1993, Oumar H Dicko est détenteur d’un Master en Droit International Public (ML) à l’Université Laval-Québec-Canada. Il a occupé plusieurs portefeuilles ministériels. Pour preuve, de Septembre 2002-Mai 2004, il fut Ministre Délégué auprès du Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale en charge des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine. Puis de Mai 2004 à Septembre 2007, il dirigea le Ministère des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine. En outre, il a participé et/ou organisé plusieurs activités. A titre d’exemple, il a organisé le Premier Forum de la Diaspora Malienne en Octobre 2003 à Bamako. Ensuite, il a dirigé la commission nationale d’organisation du cinquantenaire de l’indépendance du Mali de 2008 à 2011.  Depuis 2012,  il est le Directeur Général du CESAM : Cabinet d’Etudes, de Service, d’Appui, et de Management. Il a à son actif plusieurs publications dont « Contribution à la problématique des frontières en Afrique : le cas du Mali », Thèse en sciences politiques (Université Laval. Québec. Canada. 1988). Avec l’ébullition du front social, le tout nouveau ministre du Dialogue social, du Travail et de la Fonction, Oumar H Dicko est conscient des défis qui l’attendent.

Boubacar Alpha BAH, Ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation :

Né le 20 mars 1941, Boubacar Alpha BAH alias Bill est Titulaire d’un diplôme d’étude supérieur en économie du développement et d’une maîtrise en science économique. De 1956 à 1962, il fut élève au lycée Terrassons de Fourgères actuel Askia Mohamed. De 1962 à 1973, il fit ses études en France. De retour au bercail en 1978, il milite au sein du Parti Malien du Travail (PMT). Avec ses 40 ans d’expérience au plan national et international, le nouveau ministre en charge de la l’Administration territoriale et de la Décentralisation a occupé plusieurs postes de responsabilité. Ministre délégué auprès du premier ministre chargé de la promotion du secteur privé de 1992 à 1994. Ancien gouverneur de la Bceao de la banque mondiale au titre du représentant du ministre, consultant international dans plusieurs domaines et ancien maire de la commune 5 du district de Bamako. Il fut président de l’Association des municipalités du Mali (AMM) pendant plusieurs années. Boubacar Alpha Bah est marié et père de 4 enfants. Il parle Français, Anglais, peulh, Bambara et Ouolof. Plusieurs défis attendent le nouveau ministre de l’Administration territoriale dont l’organisation des élections législatives, référendaires etc.

Barry Aoua Sylla, Ministre délégué auprès du Premier ministre, Chef du Gouvernement, ministre de l’Economie et des Finances, chargé du Budget

Née  en 1957 à Bamako, Madame Barry Aoua Sylla  est détentrice d’un doctorat de 3ème cycle en gestion financière de l’Université de Paris IX Dauphine obtenu en 1984 avec mention très bien. Détentrice de plusieurs autres diplômes et attestations de formation, elle a occupé plusieurs postes de responsabilité dans le domaine de la gestion financière au Mali et ailleurs notamment les postes de Directeur général des marchés publics du Mali (1990-1991), de Secrétaire général du ministère des mines (2009-2011) et de Chef de cabinet du ministère de l’Economie et des Finances (2004-2009),  de Coordinateur de la Cellule d’appui à la réforme des finances publiques (CARFIP) de décembre 2015 à mars 2018 et Conseiller à l’Autorité de régulation des marchés publics et des délégations de service public (mars 2018-Juillet 2018). Avant sa nomination au poste de ministre délégué chargé du Budget, Madame Barry Aoua Sylla occupait depuis juillet 2018 le poste de Secrétaire général du ministère de l’Economie et des Finances. Elle lit, écrit et parle très bien le français et maitrise bien l’anglais. Elle parle couramment le bambara et le soninké.

Malick Coulibaly
Malick Coulibaly

Malick COULIBALY, Ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux

Né le 14 octobre 1971 à Bamako, Malick Coulibaly est Expert Consultant international Justice/gouvernance. Il a eu son doctorat en droit privé et sciences criminelles  sur le thème : « Le principe de proportionnalité en droit répressif français», thèse soutenue le 12 décembre 2003 à la Faculté de droit de Montpellier. De 2005 à 2007, il a fait une formation d’auditeur de justice (une année de formation théorique et une année de stage pratique dans les juridictions de droit commun et d’exception, maisons d’arrêt et de correction). Donc Magistrat de février 2005 à septembre 2008. En 2010, il a participé à la session annuelle de l’Institut International des Droits de l’Homme de Strasbourg (IIDH) et  du Centre International d’Enseignement des Droits de l’Homme dans les Universités (CIEDHU). Ce n’est pas sa première d’être ministre de la justice. Du 24 avril 2012  au 02 septembre 2013, Malick Coulibaly fut Ministre de la Justice Garde des Sceaux de la République du Mali.  Du 25 septembre au 10 novembre 2013, il fut conseiller Gouvernance Ambassade du Canada au Mali. Du 11 novembre 2013 au 27 juin 2014, Malick Coulibaly est consultant  International Gouvernance et Etat de Droit en appui au PNUD (Burundi). En Décembre 2016, il a prêté serment comme Avocat stagiaire à la Cour d’Appel de Bamako. Depuis le 04 janvier 2018, Malick Coulibaly est le Président de la Commission Nationale des Droits de l’Homme du Mal (CNDH)i. Chevalier de l’Ordre National du Mali, Malick Coulibaly a à son actif plusieurs publication dont « La Procédure pénale au Mali’’, manuel publié en août 2009 par les Editions   Jamana. Désigné l’homme le plus intègre du Mali en 2018, Dr Malick Coulibaly est Marié et père de cinq enfants. Il parle Français, Anglais, Bambara.

Pr  Mahamadou  Famanta, un ministre en terrain connu

Propulser  l’enseignement supérieur  et la recherche  du Mali  plus haut

A  la faveur  du  gouvernement  d’union nationale mis en place   le  5 mai  2019, le département  de  l’enseignement  supérieur  et  de  la recherche scientifique, qui  a avait  été fondu  dans le Ministère  de  l’éducation  nationale, refait  surface. L’homme  appelé à le diriger est un fin connaisseur de  l’enseignement  supérieur, étant  lui-même  du secteur. Il  s’agit  du Pr  Mahamadou  Famanta. Il est natif  de  Ségou  né en 1956, marié et  père de sept enfants. Professeur  d’enseignement  supérieur  de  classe exceptionnelle, Mahamadou Famanta, intervient  dans  les  domaines  de  l’administration d’institution d’enseignement  supérieur  et  de  recherche, l’enseignement  et  la  recherche  en gestion  de  la  fertilité  des sols,  l’enseignement   et  la  recherche  en  méthodologie  de recherche agricole expérimentation (conception, réalisation et analyse statistique  des  résultats  d’expérimentation agricole), l’ingénierie pédagogique  et l’ingénierie de  la formation selon  l’Approche  par compétence (APC) dans  le domaine  agro-sylvo-pastoral. Le natif de Ségou, est titulaire  d’un Doctorat  obtenu  à l’université Patrice  Lumumba  de Moscou entre  1984-1984) obtenu  dans  la  même  université. Le Pr Mahamadou Famanta, a suivi  une série  de formation  à l’IPR/IFRA de Katibougou sur les méthodes  de  diagnostic  des  besoins  de  formation,  la  gestion  des  ressources humaines,  la  gestion  de  projet  de  développement  rural,  les  méthodes  de   la pédagogie active,  le  marketing  de  la  formation, le genre  et  développement. A sa nomination à ce poste, le 5 mai 2019, il occupait le poste  de  directeur  général   de l’IPR/IFRA  de Katibougou, poste qu’il occupait depuis 2018.Avant, il avait occupé  d’autres  hautes fonctions. De 1998 à 2001, il  a été le  coordinateur  du centre  de  formation  continue  de  l’IPR/IFRA et chef  du projet  « appui  à  la  coopération  institutionnelle  entre  l’IPR et  la  Renstein (Pays Bas) ».De 1994 à 2001, le Pr Mahamadou Famanta, a été le directeur   adjoint , chargé   des  études   de  l’IPR/IFRA de  Katibougou. ET entre 1994 et 1996, il fut  le  coordinateur   du « micro projet 424 » IPR/IFRA  sur l’élaboration des  programmes  de   formation   du  cycle  ingénieur  de l’IPR/IFRA selon  l’approche  par  compétences.  De plus, il était en 2011, chargé du cours  « engrais  et fertilisation » du Master  sous  régional  en gestion  de  la  fertilité  des sols  (GIFS) à l’Institut   du développement  rural de  l’Université polytechnique de Bobo Dioulasso (Burkina Faso). D’Avril à novembre 2007, il était le président de  la sous commission d’élaboration  du programme d’études  en  élevage (niveau BT), selon l’approche  par  compétences , au compte   de  la  direction   nationale   et  l’enseignement technique  et  professionnel. Le Pr Mahamadou Famanta a aussi animé  et  co-animé plusieurs sessions  de formations  des formateurs  et fait  plusieurs  consultations. Le Pr Famanta parle Bambara, français russe et anglais.

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here