Affaire du commandant de la FORSAT : Le Procureur de la commune III sort de son silence

2

Le Procureur de la commune de la République près du tribunal de grande instance de la commune III, chargé du pôle économique et financier, Ousmane Fati, dans une lettre datée du 7 septembre a réagi suite aux événements du 3 novembre 2021 concernant le commandant de la FORSAT.

Ousmane Fati informe les citoyens maliens que le processus de la détention qui avait été interrompu à cause des incidents, suit son cours normal car le commandant de la FORSAT, le Commissaire divisionnaire Oumar Samaké a été replacé en détention , le lundi 6 Septembre 2021.

Le parquet de la commune estime que cet incident n’entrave en rien  la détermination de la justice à poursuivre, dans l’impartialité et le respect strict de la loi.

Il poursuit que les investigations continuent toujours, afin de faire toute la lumière sur le dossier relatif à l’affaire dite “les évènements du 10-11 et 12 Juillet 2021”.

Le Procureur rappelle que toute obstruction faite à l’exercice de la justice constitue une atteinte à l’Etat de droit dont le respect incombe à chaque citoyen. Il a tenu, en outre à rassurer le peuple malien contre toute idée de justice sélective dans la conduite ce dossier.

Enfin, le Procureur déclare que le peuple malien sera tenu informé de l’évolution des investigations en cours dans la limite du respect de secret de l’information judiciaire.

Rappelons que la Synergie des policiers avait protesté contre l’arrestation du commandant de la FORSAT, après quelques heures de son placement sous mandat de dépôt le vendredi dernier.

Seydou Diamoutené

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Que j’adore les pensees rebelles! Le Commandant Samake et les policiers ont oublie que leur devoir est et sera toujours de respecter la loi et la justice de leur Mali. Personne n’est au dessus de la loi et ils doivent comprendre que la seule source d’eclaircissement pour eux c’est la justice Malienne, c’est devant la justice de leur pays que leur voix sera entendue et justice leur sera rendue!

  2. Tout ça est est bien beau à dire. Mais la véritable question en suspens est quand est-ce que les policiers frondeurs seront interpelés pour leur indiscipline ? Il faut avoir le courage d’appeler le chat par son nom.

    Pensées rebelles.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here