Mali-Guinée : Un réseau de voleurs de motos tombe dans le filet de l'Epervier du Mandé

0

Dans deux opérations ciblées, la brigade de recherches  du commissariat du 3è Arrondissement, sous la direction de l’inspecteur principal Papa Mambi Kéïta plus connu sous le sobriquet de l’Epervier du Mandé, a procédé à l’arrestation de Boubacar Sacko, François Touré et Mory Sacko. Trois malfrats faisant partie d’un réseau qui a à son actif plus d’une vingtaine de motos volées en Guinée et au Mali.

La première arrestation a eu lieu le 8 Novembre dernier, aux environs de 20 heures, au restaurant Amandine sis à Badalabougou. Papa Mambi Kéïta, chef Brigade de recherches du Commissariat du 3ème Arrondissement et ses éléments ont procédé à l’arrestation d’un individu trouvé en possession d’une moto Jakarta toute neuve. Interpellé, il a décliné son identité.  Il se nomme Boubacar Sacko, 28 ans, né à Baraouéli,  résidant à Kalaban  et exerçant la fonction d’employé de commerce. Or,  Boubacar Sacko, un repris de justice faisait justement l’objet  de recherches pour association de malfaiteurs, auteur de vols multiples et de trafic d’engins à deux roues entre la Guinée et le Mali. Lors de son interrogatoire, il reconnaîtra avoir volé plus d’une vingtaine de motos sur la rive droite de la capitale et plus exactement à Kalaban Coura, Niamakoro, Faladié et Magnambougou. Selon ses déclarations, il opère toujours en solitaire et tous ses butins sont vendus à des ressortissants guinéens de passage à Bamako et à ses complices guinéens  résidants  chez un certain Mamadou Bagayoko dit "Capi" à Djikoroni Para. Il s’agit de François Touré, Mory Sacko et d’un certain Bouréma.

Après avoir recensé toutes ces informations, l’Epervier du Mandé sous la houlette de son chef hiérarchie, le Contrôleur général Moussa Sissoko, a dépêché une équipe pour rechercher ces malfrats.  Le mardi 8 novembre aux environs de 20 heures, Papa Mambi grâce à la collaboration de Boubacar Sacko a tendu un piège dans lequel François Touré  et Mory Sacko sont tombés. Conduits au poste de police, les deux Guinéens ont reconnu les faits qui leur sont reprochés et ont en outre déclaré qu’ils faisaient partie d’un réseau de trafiquants d’engins à deux roues volés soit en Guinée soit au Mali.  Selon leurs affirmations,  les motos volées au Mali sont acheminées et vendues en Guinée et vis versa. L’enquête se poursuit et il n’est pas exclu l’éventualité de l’arrestation de toutes les personnes impliquées.  Seul le nommé Bouréma court toujours.

Alou BADRA HAIDARA

Photo: L’Epervier du Mande FELICITE PAR le Ministre SADIO GASSAMA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER