Année 2015 au Mali : Une année noire

70

L’année 2015 qui s’achève aura été pour le Mali une année  de défis, d’espoirs et d’inquiétudes, au triple plan économique, politique et social. En somme, une année noire avec l’entrée délirante des terroristes jusque dans la capitale.

Sur le plan économique, les perspectives économiques pour 2015 se sont améliorées en raison des prévisions de croissance supérieures à 5% et de l’impact positif des premières mesures prises par le nouveau ministre des Finances et de l’Économie. L’indice de pauvreté stagne et la dynamique de croissance demeure fragile, entravée par l’absence d’émergence d’activités à valeur ajoutée. L’économie du Mali reste caractérisée par une grande dépendance à l’exploitation des ressources naturelles limitées à l’or, au coton et aux céréales dont la production est soumise aux variations des cours mondiaux et de la pluviométrie, et par l’atrophie d’un secteur manufacturier confidentiel. Le Mali reste premier producteur de coton d’Afrique subsaharienne (380 000 T en 2013) devant le Burkina Faso et 3e producteur d’or (50 T en 2012) derrière l’Afrique du Sud et le Ghana.
Le recul manufacturier en revanche se creuse devant les retards de certains projets (cimenterie de Diamou par la société indienne WACEM/Diamond Cement) ou les hésitations, voire le retrait, de certains investisseurs (cas de la sucrerie de Markala après le retrait du Sud-Africain Illovo). Le Mali doit affronter les défis d’une importante pression démographique. Le taux de fécondité au Mali est le deuxième plus important de la région après le Niger et la population de 16,3M d’habitants croit de 3,1% par an. La population active représente environ 50% de la population totale, avec un taux d’emploi de 46%, dont plus de 80% dans le secteur informel. Les finances publiques restent confrontées à d’insuffisantes rentrées fiscales. La dégradation du déficit budgétaire, qui atteint finalement 5,5% du PIB en 2014 contre 3,9% initialement prévu, ne s’explique que pour moitié par la réintégration dans le budget de dépenses militaires et par l’achat d’un avion présidentiel. En 2015, les prévisions du FMI de réduction du déficit à 4,4% du PIB en 2015 s’appuient sur l’accomplissement des réformes qui doivent permettre un rythme de progression du taux de pression fiscale de 0,5% du PIB par an et une réduction progressive de la dépendance de l’aide extérieure (près d’un quart des ressources en 2014). Toutefois, le Mali reste très sensible aux variations du prix de l’or, ces exportations devant diminuer à moyen-terme. Le FMI recommande ainsi au Mali de ne recourir à de nouveaux emprunts extérieurs qu’à des conditions financières concessionnelles. Le reliquat de la dette monétaire que le Mali avait conservé à l’égard de la France -liée à un découvert du compte d’opérations de la Banque centrale du Mali avant la réintégration du pays à l’UEMOA en 1984-, d’un montant de 64,8 M€, a récemment fait l’objet d’une annulation sèche. La dette publique intérieure a été récemment auditée et est progressivement apurée. Sur le plan politique, une des faits marquants la vie de la nation en 2015, est la signature de l’accord de paix pour la réconciliation nationale, issu du processus d’Alger. Le 15 mai 2015, des représentants du gouvernement malien, de mouvements armés et de la médiation internationale ont signé vendredi après-midi à Bamako l’accord de paix conclu à Alger, en l’absence cependant des principaux groupes de la rébellion à dominante Touareg.  Le document a été signé par le ministre malien des Affaires étrangères Abdoulaye Diop, trois représentants de groupes pro-gouvernementaux, ainsi que deux membres de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA, rébellion). Mais les trois principaux groupes rebelles, Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), Haut conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA) et branche rebelle du Mouvement arabe de l’Azawad (MAA) n’assistaient pas à la signature, comme annoncé. Le texte avait été paraphé par le gouvernement malien et ses alliés le 1er mars à Alger, après huit mois d’intenses négociations. La CMA l’a paraphé  jeudi, au bout de deux mois et demi de pressions et d’atermoiements, après avoir prévenu qu’elle ne viendrait pas le signer vendredi à Bamako. Mais, deux représentants de groupes de la CMA sont venus apposer leur signature au bas du document: Mohamed Ousmane Ag Mohamedoun de la Coalition du peuple pour l’Azawad (CPA) et Younoussa Touré, de la Coordination des Mouvements et fronts patriotiques de résistance (CM-FPR2). Dans un communiqué diffusé dans l’après-midi, la CPA a annoncé avoir suspendu M. Ag Mohamedoun en raison de sa présence à la cérémonie de signature. Le 20 juin 2015, un représentant de la
rébellion à dominante touareg du nord du Mali a signé samedi à Bamako l’accord de paix déjà entériné par le camp gouvernemental et la médiation internationale.
L’accord a été signé au nom de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA, rébellion) par Sidi Brahim Ould Sidati, un dirigeant du Mouvement arabe de l’Azawad (MAA), lors d’une cérémonie en présence du président malien Ibrahim Boubacar Keïta et du chef de la Mission de l’ONU, Mongi Hamdi. Les youyous ont éclaté dans la salle de conférences lorsque M. Ould Sidati a apposé sa signature après celles figurant déjà sur l’accord depuis la cérémonie du 15 mai.
L’accord vise à instaurer une paix durable dans le nord du Mali, qui a connu une série de rébellions touareg depuis les premières années d’indépendance du pays, en 1960. En 2012, cette vaste région a été transformée en sanctuaire et en base d’opérations djihadiste, jusqu’au lancement par la France de l’opération Serval en janvier 2013.

Au plan social, la capitale du Mali, Bamako, a été secouée vendredi 20 novembre par une prise d’otages, menée par de présumés djihadistes à l’hôtel Radisson Blu. On déplore au moins 21 morts, selon le président malien IBK. Pourtant, en juin dernier, un accord de paix avait été signé entre le gouvernement et certains groupes rebelles. Malgré cet accord, la violence se poursuit. Plus de neuf heures d’angoisse ce 20
novembre à Bamako. L’attaque a commencé à 7h du matin et s’est achevée à 16h, suite à l’intervention des forces de sécurité maliennes. Les opérations de sécurisation se sont poursuivies jusque tard dans la soirée. Deux des assaillants sont morts, l’un d’entre eux s’étant fait exploser. Mais le flou règne encore sur le nombre total d’assaillants. Les forces maliennes ont été aidées par des militaires étrangers présents au Mali en raison de la crise qui touche le pays depuis 2012. Le groupe de Moktar Belmoktar, al Mourabitoune, a revendiqué la prise d’otages. Ce groupe, affilié à al-Qaïda, « est sans doute à l’origine» de l’attaque, a déclaré Jean-Yves Le Drian

C’est sur le plan sportif que l’an 2015 a fait sourire les Maliens. En effet, le Mali est sorti vainqueur de la CAN de football Cadets : Les Aiglonnets ont, enfin, exorcisé le signe indien.  A l’évidence, les protégés de Baye Bah ont eu un parcours des plus honorables, en terminant la compétition invaincus. Ils ont concédé un nul face aux Bafana Bafana, qu’ils ont fini par battre en finale. Les Aiglonnets viennent de démontrer qu’à cœur vaillant il n’y a rien d’impossible.
Par leur victoire continentale et historique, ils ont fait voler en éclats le signe indien qui poursuivait notre sport-roi depuis l’indépendance. Et le mythe de la «malédiction du Père Bouvier» avec.
Ce faisant, ils ont démontré de la façon la plus éloquente que seul le travail bien organisé et l’effort soutenu et déployé sans arrière-pensée paient. Quelle belle aventure au Mondial U17 pour le Mali. Les Aiglonnets se sont qualifiés pour la première fois de leur histoire pour la finale d’une Coupe du monde des moins de 17 ans. Les champions d’Afrique de football en titre ne seront pas champions du monde. Les moins de 17 ans du Mali, qui avaient pourtant remporté la coupe d’Afrique U17 2015, se sont inclinés en finale du Mondial de leur catégorie d’âge, ce 8 novembre 2015 à Vina Del Mar. Les Aiglons ont subi la loi de Nigérians encore impressionnants. Cette finale de coupe du monde 100% Afrique – la deuxième après celle du Mondial cadets 1993 – a basculé peu avant l’heure de jeu.


Haman Khadra

PARTAGER

70 COMMENTAIRES

  1. Je pense que la population doit comprendre une chose,c’est que nous revenons d’une crise militaro-politique qui a fragilisé le pays. Donc, les choses peuvent pas aller comme sur des roulettes. Il faut confiance à IBK et son gouvernement et je pense qu’ils ont besoin de nos soutiens pour sortir le pays dans sa léthargie.

  2. Le chômage sous l’ère IBK a baissé d’un cran. En effet, lors de son accession à la magistrature suprême a décidé de faire son cheval de bataille le chômage des jeunes aà travers la création de 200 000 emplois. Et en deux ans, il a crée 81 000 emplois. Ce qui est à féliciter et à encourager.

  3. Concernant l’équipement de nos forces de défense et de sécurité, je pense que les différents partenariats de sécurité signés par l’Etat et les USA sont des preuves de ce engouement. En plus, il a promis lors de sa tournée à Ségou de doter l’armée d’un hélico. Chose qu’il a réalisée. Donc, faisons confiance au président.

  4. Je pense que la corruption sous l’ère du président IBK a beaucoup baissé et les indices en témoignent. Force est de reconnaître que beaucoup de mesures ont été prises quant à traquer les acteurs et à les punir. A mon humble avis, j’estime qu’il faut attaquer le mal à la racine c’est-à-dire UN CHANGEMENT DE COMPORTEMENT.

  5. A mon avis, le Mali revient d’une crise militaro-politique qui a fragilisé le tissu social. Pour recoudre ce tissu social, il faut de la part de tout un chacun une volonté ferme car on ne peut avoir la paix et la réconciliation que si nous nous donnions les moyens pour y parvenir. Et cela réside dans note état d’esprit et l’acceptation de l’autre tel qu’il est sans distinction de race et d’ethnie.

  6. Pour ma part, je pense que le défi de la paix et de la réconciliation nationale n’est pas la seule affaire du président de la république. A quoi serviraient les efforts du président en faveur de la paix et la réconciliation si nous populations sommes pas préparées à celles-ci ? Donc à mon avis, ce challenge est l’affaire de tous.

  7. L’accord de paix est “un espoir pour tous” et il convient de ne pas le remettre en cause pour un quelconque motif. Nous avons atteints des points de non retour et nous ne devons pas mettre à mal tous ces progrès difficilement obtenus en mal. Vive la paix et l’unité pour une nation plus forte.

  8. La paix est la prérogative à tout développement; sans paix on ne peut rien construire, on ne peut rien investir car pour qu’un quelconque investissement puisse se faire il faut des garanties en termes de stabilité et je crois que ça ne saurait durer car les parties signataires des accords de paix ont malgré leur volonté et je crois sincèrement que nous sommes sur la bonne voie.

  9. Quant au rehaussement des salaires, le gouvernement a amélioré sensiblement certains indicateurs. « Le salaire minimum inter professionnel garanti a été porté à 35 000 F CFA en janvier 2015, a-t-il relevé. Il sera de 40 000 F CFA en janvier 2016. Les traitements indiciaires des fonctionnaires et les salaires de base du personnel de l’Administration relevant du code du travail, du personnel enseignant contractuel de l’Etat et du personnel enseignant contractuel des collectivités territoriales sont majorés de 10%, 3% et 7% respectivement pour compter du 1er janvier 2015, du 1er janvier 2016 et 1er janvier 2017. Le taux des allocations familiales est porté à compter du 1er juillet 2015 à 3 500 F CFA par mois et par enfant et 4 000 F CFA par mois et par enfant vivant avec un handicap. »

  10. L’accord de paix connait des obstacles comme tout accord d’ailleurs mais il y a des avancées.
    Je pense donc qu’il est temps qu’on se donne la main, soutenir le président, nos forces armées, le gouvernement, leurs montrer à quel point ils peuvent compter sur la population, c’est sure que le Mali retrouvera le bonheur car avec l’accord de paix.

  11. Dans le cadre de la paix,le président IBK a tout fait pour obtenir l’accord de paix qui a calmé les tensions entre les différents belligérants de la crise du nord Mali.
    Nous savons que dans la nouvelles année qui commence cet accord sera appliqué dans son intégralité pour redonner la paix à notre pays.

  12. Avec l’accord de paix,nous avons maintenant la patrouille mixte dans le nord de notre pays.
    Cette patrouille est un signe de la présence de l’État dans cette zone.
    Nous pouvons donc dire que la sécurité n’est plus loin de nous.

  13. Au niveau de la création d’emploi,le président a déjà créé 81.000 emplois depuis son arrivée au pouvoir.
    Il est toujours dans cette logique et nous savons que d’ici la fin de ses deux mandats le chômage ne sera qu’un vieux souvenir.

  14. C’est vraiment difficile de travailler dans un pays comme le nôtre et voir ses ouvre être appréciée à leurs juste valeurs.
    Mais nous croyons au président IBK car nous voyons ce qu’il a pu faire en si peu de temps.
    Merci président et bonne continuation…

  15. Nous pouvons vraiment dire que sous le régime IBK notre armée est vraiment en place.
    Une bonne armée c’est d’abord des hommes capables plus un bon équipement.
    Le président IBK fait tout en ce moment pour que notre armée soit très bien équipée.
    Merci à l’armée malienne pour son dévouement et merci au président IBK pour tout ce qu’il fait pour cette armée. 😛 😛 :-

  16. Ces attaques sont vraiment regrettables mais je pense qu’avec ce nouveau type de guerre que ces terroristes mènent contre les nations du monde aujourd’hui nul n’y est suffisamment préparé.
    Même les grandes puissances de notre monde en font leurs frais; c’est pourquoi nous devons être solidaires de nos gouvernants et leur apporter les informations pour contribuer à ramener la stabilité et la quiétude gage d’un développement assuré.

  17. « Nous avons l’ambition d’offrir de l’emploi aux jeunes » dixit le président IBK lors de la célébration de la journée nationale de l’industrie.
    En plus des 14 116 emplois du 1er janvier au 31 juillet 2015, 71 652 emplois durables ont été générés par les activités économiques sur l’étendue du territoire national, soit 36% de la promesse du Président de la République. Et du 1er juillet au 30 septembre 2015; 5795 emplois dont 3684 sont des contrats à durée déterminée et 2111 à durée indéterminée.
    Ces chiffres démontrent que la volonté est là il faut donc y aller.

  18. Les Maliens devraient se donner la main pour bâtir ensemble le Mali.
    Comme dit un célèbre adage que l’union fait la force.
    Compte tenu de la devise du Mali, un peuple, un but ; une foi, les Maliens sont tous les mêmes alors donnons-nous la main pour renforcer cette devise et faire renaître le pays qui a trop souffert.
    Vive le développement, Vive le peuple malien; Vive le président IBK

  19. Je constate qu’il y de moins en moins des gens qui sont dotés d’objectivité dans ce pays. Même si toutes les promesses du gouvernement n’ont pas encore été tenues du fait des certaines réalités qu’aucun malien n’est censé ignoré. C’est pourquoi je salue personnellement les progrès du président et de son équipe.

  20. Je pense que tout n’est pas encore perdu car le président de la république est un homme de vision et il sait ce que le peuple attends de lui. Nous devons donc le soutenir en cette nouvelle année et je pense que nous ne serions pas déçu car malgré la crise qu’a connu le pays avant son accession au pouvoir et à laquelle des solutions sont en train d’être trouvées; il y a eu quelques avancées dans plusieurs domaines et ce la va se poursuivre.

  21. Il est pour la bonne gouvernance c’est pourquoi il veut tout mettre en oeuvre pour éradiquer la corruption de notre société. Cela représente un réel frein de développement et il a jugé bon de mandater les nouveaux magistrats de mettre un accent particulier sur la corruption

  22. Les accords de paix sont dans leur phase d’application qui d’ailleurs est d’une avancée louable. Nous notons la libération de prisonniers et la mise en place de la commission vérité et réconciliation et DDR.
    Les partis signataires de ces accords sont prêts pour aller définitivement à la paix tant recherchée.

  23. Il est pour la bonne gouvernance c’est pourquoi il veut tout mettre en oeuvre pour éradiquer la corruption de notre société. Cela représente un réel frein de développement et il a jugé bon de mandater les nouveaux magistrats de mettre un accent particulier sur la corruption

  24. Aucun malien ne peut se plaindre de la gestion des affaires d’IBK durant cette année. Le pays est sombré dans une crise sans précédent. Conscient de cette situation, je suis convaincu que le bilan d’Ibrahim Boubacar Keïta est salutaire.

  25. Les institutions financières FMI et autres approuvent le mode de gestion de notre finance et prévoit une croissance de 5,7%. Cette croissance rejaillira sur la population mettant fin aux souffrance de nos parents.

  26. Les journalistes doivent comprendre qu’un président est jugé sur 5 ans et non 2 ans. Nous pouvons dire que le bilan est positif dans la mesure notre économie est assainie et les actions de développement se posent, nous ne pouvons qu’être fiers du président.

  27. Nous avons toujours eu confiance en IBK et nous continuerons d’avoir confiance en lui car les actes qu’il pose prouvent une qu’il est une personne digne de confiance.
    Il ne cesse de se battre pour améliorer les conditions de vie de ses compatriotes.
    Nous pensons qu’il est vraiment l’homme qu’il faut à la tête du Mali.

  28. IBK a promis l’équipement des forces de sécurité et doté le camp de Ségou d’un hélico. A cela il faut ajouter les différents accords de partenariat signés avec les USA et l’UE pour la lutte contre le terrorisme

  29. Depuis qu’IBK est là l’économie se porte bien grâce à son équipe dynamique, très dévouée au travail. Il ont sure trouver la confiance des partenaires financiers et des financements des projets pour notre pays.

  30. Bonne année a tous et a toutes,
    Certe oui mais l’espoir est permis en nettoyant toutes nos classes de politicards, nos dirigeants, nos leaders religieux musulmans et surtout en changeant de mentalité et de comportements. Pensons tous et toutes Maliba en premier que le peuple malien reprenne Sa Place au lieu de rester les bras croisés, mourridonds, assis et de parler simplement sans JAMAIS DE REACTIONS. Nos leaders quel qu’ils soient sont a Nos Services et Demandes et sont là parce que Nous le voulons. Donc s’ils disent et font des conneries et bétises etc…C’est parce que Nous l’avons voulu.
    Vive le Maliba Un et Indivisible et Emergent.

  31. Nous sommes des hommes et des femmes qui voulons un avenir meilleur pour ce pays, cela ne peut être trouvé qu’avec le président IBK, on se rappel de ce que nous avait fait son prédécesseur. Mais comme on le dit, tous ce qu’un homme est capable d’attacher un autre est capable de le détacher.
    Prions qu’IBK nous détache de ce problème.
    2015 a été une année de grand relance pour ce pays et espérons que 2016 soit l’année de réalisation.
    Vive le Mali…

  32. Ses personnes qui sont toujours ouverts aux critiques contre les autres, nous savons tous que la mise en application d’un accord n’est pas une chose facile, l’importance c’est que d’abord l’accord soit signé, maintenant prions à son application même si c’est des années après.
    Que le bon Dieu aide le Mali.

  33. Ses personnes qui sont toujours ouverts aux critiques contre les autres, nous savons tous que la mise en application d’un accord n’est pas une chose facile, l’importance c’est que d’abord l’accord soit signé, maintenant prions à son application même si c’est des années après.
    Que le bon Dieu aide le Mali…

  34. 2015 a été une année de monture pour le Mali, ayons une bonne vision pour que 2016 soit l’année des réalisations.

  35. IBK n’a déçu personne, il faut le dire, certes la situation a été compliquer, mais nous avons tous constater que le président ibk ne s’est pas reposer une seconde, vous aussi il faut reconnaitre la sueur des autres.

  36. Le président s’est battu jours et nuit afin que le Mali soit un pays confortable pour les maliens,
    Nous devons le soutenir au lieu de critiquer sa gestion, essayons de nous sentir en des maliens qui aiment leurs pays par des actes et non des dits. Faisons beaucoup attention aux dits des politiciens.
    Vive un Mali qui réussit…

  37. 2015 a certes été compliquer, mais pour le monde entier avec les mêmes problèmes d’attentats, ce n’est pas que le Mali. N’oublions surtout pas que la presse joue un grand rôle dans l’avancement d’un pays. Aux hommes de presse d’accomplir leurs mission dans la dignité.

  38. ce journaliste ne sais pas faire des analyses.
    Bonne et heureuse année à tous les maliens du monde entier, que cette année soit pour les maliens une année de paix et de stabilité.
    Que cette année soit aussi une année dans laquelle les journalistes maliens sauront apporter des véritables informations et non des informations qui sont basé sur des critiques et des mensonges sur les personnalités de ce pays pour des problèmes personnel.

  39. Certes 2015 a été une année des attaques terroristes, mais les maliens sont à saluer pour leurs attachements et accompagnement au gouvernement quel qu’en soit les complications.
    Que cette année les maliennes et maliens savent prendre plus de confiance et d’accompagnement à son gouvernement car ce qui est sûr c’est ce gouvernement qui nous amènera à une stabilisation de ce pays.

  40. Ayons espoir pour cette nouvelle année, le gouvernement est vraiment à saluer pour tous leurs effort déployer avant et en 2015 nous sommes et nous resterons en leurs compagnie dans ses décisions.
    Bonne année aux maliens…

  41. Nous sommes très contant de notre président pour ses réalisations qu’il a apporté à ce pays en 2015, IBK a fait de son mieux nous pouvons même dire plus…
    Un travail remarquable.

  42. Notre pays avait était déjà plongé dans cette crise multidimensionnelle avant même l’élection d’IBK au pouvoir. En toute franchise, ce n’est pas lui qu’on doit accuser mais plutôt ses prédécesseurs. Il s’agit de ceux-là qui ont passé dix ans à la tête du pays sans pourtant apporter quelque chose de concret.

  43. Le Mali ne va demeurer dans cette situation pénible, unissons juste nos forces et soutenons nos gouvernants. Deux ans et 3 mois est minime par rapport à ceux qui ont passé dix ans au pouvoir. Donnons-lui du temps.

  44. Comme nous le savons tous, le président Ibrahim Boubacar Keita fut élu avec 77% de voix d’électeurs. A mon avis, il ne sera pas capable de trahir ce pays, s’il est vraiment conscient de cette confiance que lui porte le peuple malien.

  45. Les journalistes maliens sont cauchemar de la population malienne, c’est eux qui divisent le pays à travers les diffamations. Ils n’ont aucune estime pour notre pays encore moins son avenir.

  46. 💡 💡 💡 La compétence du régime d’IBK a abouti à la signature d’un accord de paix très favorable. Grâce à cet accord les armes se tairont dans le nord Mali la stabilité reviendra, la justice sera faite et les réfugiés de guerre rejoindront leurs pays. Merci à IBK et son gouvernement. 💡 💡 💡

  47. « Le Mali Broie du Noir », vous avez balancé une phrase dont vous ignorez certainement le sens cher éditeur. Sinon au contraire, vous ne serez pas là à publier des diffamations sur les sites d’informations.

  48. Le Mali est à nous tous, et non à Ibrahim Boubacar Keita et son gouvernement. De ce fait, il est normal que nous unissions nos forces pour la sauvegarde de notre pays. Certes, nos dirigeants jouent leurs rôle, mais à nous aussi de contribuer à la reconstruction de notre pays.

  49. Soyons reconnaissant envers nos dirigeants, quoi qu’il en soit ils ont fait de leur mieux. Ils ont trouvés le pays dans cette phase difficile, ils font tous leurs possibles pour le sauver. Par contre, ne restons pas à côté et les critiqué, unissons nos forces et sauvons le Mali.

  50. C’est vrai que le Mali a traversé des moments difficile ces derniers temps. Mais est ce que nous pouvons dire que c’est le gouvernement IBK qui est la base de ce malheur ????????????

  51. Durant cette décennie, le PIB a cru au taux annuel moyen de 5,7 %. Le PIB malien a enregistré en 2012 un recul de 0,4%, après une année 2011 dont la croissance avait déjà été assez faible (2,7%). Mais la croissance a rebondi en 2013 avec 1,8 % puis a été de 7,2% en 2014. En 2015, le taux de croissance est estimé à 5,5%.

  52. Je ne suis du même avis que ceux qui disent que le régime actuel est la cause de ce qu’il arrive à ce pays. Nous savons tous que bien avant l’élection d’IBK au pouvoir, le Mali souffrait déjà.

  53. Je pense aussi que beaucoup de signaux sont ouverts en 2015. Cela augure quand même de bonnes choses. Donc je pense que le président de la République a eu un bilan assez satisfaisant courant 2015. Je vois aussi que sur le plan économique, beaucoup de choses ont été faites. La confiance retrouvée des bailleurs de fonds, des partenaires techniques et financiers sont aussi des signaux qui ne trompent pas. Je sais que le peuple a beaucoup d’espoir, et je sais que c’est logique. Vous savez, rien ne peut aller sans la sécurité. Je me réjouis d’ailleurs que le gouvernement ait proposé et que l’Assemblée ait adopté la loi de programmation et d’orientation militaire. L’économie et tout ce qui s’en suit sont liés à la sécurité. Et aussi l’octroi de 15 % du budget à l’agriculture, ce sont des signes encourageants qui feront que 2016 augure bien”.

  54. Laissez-moi te dire une chose, si vous êtes en carence d’information, ne venez pas nous embryer avec vos sottises. Nous savons tous que le Mali va bien, seulement que le coup d’Etat du 22 mars nous a mis dans un contexte embrassant.

  55. Membre du groupe parlementaire Alliance pour le Mali (APM), Zoumana N’Tji Doumbia, a soutenu que “2015 était une année de charnière qui a vu la signature de l’accord de paix, issu du processus d’Alger, la rehausse de l’économie, l’éducation sur de bonne raille, une diplomatie remarquable partout dans le monde, le redressement de la justice et la lutte contre le terrorisme et la corruption crédible et objectif. L’année 2015 a été vraiment une année très salutaire.

  56. L'année 2015 a été un succès au Mali sur tous les plans, pas sur le plan sportif seulement. On peut être sceptique mais jusqu'à ce point. 2015 a été une année de sourire et de soulagement chez les maliens.

  57. Dans les milieux politiques, les avis sont divergents sur le bilan 2015 du président de la République Ibrahim Boubacar Kéita. Mais pour la majorité, ce bilan est “positif”. Elle cite, entre autres comme acquis, “l’adoption d’une loi de programmation militaire, le retour des bailleurs de fonds et l’octroi de 15 % du budget à l’agriculture”. La majorité se dit optimiste quant à la mise œuvre de l’accord de paix d’Alger, malgré les difficultés.

  58. Ce sont, seulement, les détracteurs qui pensent que le bilan de la gestion du président de la république de l’année 2015 a été mitigé. Sinon aucun malien soucié de sa patrie et conscient des réalisations faites dans l’année 2015 trouvent que le président n’a absolument rien à se reprocher. 🙄 🙄 😈 😈 😈

  59. Depuis l’arrivée d’IBK, il est en train de redresser lentement mais surement toutes secteurs Etatiques. Le pays malgré, la crise multidimensionnelle, il a su repartie sur de nouvelle base. L’économie, l’agriculture, l’éducation, la mine et tant d’autre domaine commence à se rétablir durablement. L’année 2015 une année remplit de progrès de régime d’IBK en plus de cela des programme salutaire en crédible pour l’avenir de notre pays.

  60. Mes félicitations à Ibrahim Boubacar Keïta pour les réalisations qu’il a fait dans l’année 2015 dont la plus importante et la plus remarquable est la signature de l’accord de paix issu du processus d’Alger. Sans oublier de mentionner la relance économique, nous saluons la loi de programmation militaire.

  61. La compétence, la responsabilité, le sens de patriotisme, la bonne foi et la sureté du ministre de l’Economie et des Finances Mamadou Igor Diarra est salutaire, remarquable, crédible en 2015, parce que vue les résultats d’accroissement dont économie malienne nie aujourd’hui est crédible et objectif. Le Mali a besoin des leaders comme lui, il mérite vraiment une place et une considération respectable dans le gouvernement d’IBK. L’économie malienne est un secteur qui connait le succès en ce moment, 2015 a été une année de succès pour l’économie du Mali.

  62. Nous voulons la paix, la sécurité, la tranquillité et la réconciliation nationale. Nous avons clôture l’année 2015, l’année qui a donné naissance à l’accord de paix issu des pourparlers d’Alger.

  63. Certes, l’accord de paix a été signé. Mais la paix n’est pas jusqu’à présent de retour dans notre pays. Nos concitoyens sont toujours dans les pays voisins comme des réfugiés. Il faut que le président de la république accélère le processus de paix et de réconciliation nationale.

  64. En moins de deux (2) ans, Le chef de l’Etat Ibrahim Boubacar Keïta a créé plus de 81 600 emplois dans le cadre de la lutte contre le chômage et de la délinquance. Le taux de la chômage sera diminué d’ici la fin du quinquennat d’IBK. De ce fait 2015 a été une année de réussite pour Ladji Bourama.

  65. Monsieur le journaliste, vous vous trompez sur toute la ligne, ce n'est pas seulement qu'en sport qu'IBK a fait d'énorme succès. Dans le domaine de l'économie, l'agriculture, l'éducation, diplomatique et tant d'autre le travail du président est tout à fait salutaire.

  66. Les réfugiés maliens sont pressés de rentrer dans le pays. Nous invitons toutes les parties signataires de l’accord à faire tout leur mieux pour que l’année 2015, qui a donné naissance à l’accord d’Alger, soit gravée dans notre mémoire pour la vie.

  67. Cet article est un article incitateur à la haine, les journalistes apatride, de mauvaise foi et corrompus se permet de manipuler la conscient des pauvres citoyens avec des stupidités de toute sorte. Ces journalistes crève la faim la stabilité de leur pays importe peu le plus important à leur yeux est de se remplir la poche avec des miettes, qui peuvent même pas couvrit leurs déplacements.

  68. La gouvernance d’IBK quoi qu’on dise reste la meilleure. Malgré la charge de son programme de la campagne présidentielle de 2013, il est encore confronté à d’autres problèmes plus colossaux que prévus. Le Président de de République est déterminé et attentif pour redresser le pays et le résultat est satisfaisante. Les détracteurs essaient de tromper l’opinion publique, pour en tirer profit, mais le peuple reste indifférent.

  69. L’année 2015 a été marquée par la signature d’un accord de paix au Mali. Le pays, sombré dans la crise depuis 2012, a connu un texte de paix en 2015. C’est une année qui restera gravée dans les mémoires des maliens pour toujours.

  70. La paix que doit apporter l’accord de paix issu du processus d’Alger est la seule chose qu’attendent actuellement tous les citoyens maliens. Nous sommes sans doute rassurés d’une paix. Cela grâce à la signature de l’accord d’Alger en 2015. Donc 2015 n’est une année noire.

Comments are closed.