Après la répression du 02 juin : Le gaz galvanise l’opposition !

1
manifestation

L’opposition regroupée au sein de la Coalition pour l’alternance, après sa première  tentative de marche réprimée par le pouvoir, ne désarme pas. Au contraire, Soumaïla Cissé et ses camarades sonnent la grande mobilisation à Bamako, Kayes, Sikasso, Ségou, Paris et New-York, pour de gigantesques manifestations prévues ce vendredi 8 juin 2018. Dans toutes ces villes, le mot d’ordre est le même : transparence de l’élection présidentielle, libération de l’ORTM… Pour donner le ton aux manifestations programmées pour demain, les leaders de l’opposition étaient le dimanche dernier à la Maison de la presse. Occasion pour eux de dénoncer vigoureusement les atteintes aux libertés perpétrées lors de la marche du 2 juin dernier. Ce jour, le régime avait, en effet, sorti un impressionnant arsenal sécuritaire pour gazer, brutaliser et agresser les manifestants. Loin de tempérer les ardeurs, les gaz lacrymogènes et autres matraques de l’appareil répressif du pouvoir ont, au contraire, remobilisé et galvanisé les opposants, qui ont décidé de remettre ça… Aussi, la répression de la semaine dernière a suscité une vague de condamnations au Mali et à travers le monde.   

Après la répression brutale de la manifestation de samedi 2 juin dernier qui a fait une trentaine de blessés. L’opposition  alerte sur les  dérives totalitaires du régime. A cet effet, elle a organisé une  conférence de presse le dimanche dernier.  Elle était animée par  le président du Parena, Tiébilé Dramé, l’honorable Amadou Thiam, le porte-parole du CDR, Youssouf Mohamed Bathily (Ras Bath), l’ancien ministre, Mohamed Ali Bathily, Laya Amadou Guindo du mouvement « Bandeya ton ».

La conférence a également enregistré la présence de certains candidats à la présidentielle de juillet prochain, notamment Soumaïla Cissé, Alou Boubacar Diallo, Mamadou Igor Diarra…

Amadou Thiam, de L’ADP-Maliba dira que la répression de la marche du samedi dernier traduit la volonté du gouvernement d’en  découdre avec les forces progressistes et la société civile. « Le prétexte de l’interdiction de la marche ne justifie point cette attitude belliqueuse des forces de l’ordre commanditée par le pouvoir », a déclaré  Thiam.

Pour le président  des APM, Mohamed Ali Bathily, la répression de la marche  du 2 juin est une régression  de la démocratie malienne. Elle est une  violation flagrante  des droits pour lesquels, les Maliens se sont battus en 1991. L’ancien ministre  point un doigt accusateur sur  le premier ministre Soumeylou Boubeye Maïga. « Boubeye est responsable de la répression. Il excelle  dans  de basses manœuvres. C’est un homme d’ombre dans des affaires sombres », martèle M. Bathily.

Pour sa part, le leader du Parena, Tiébilé Dramé  a salué la détermination des jeunes, des femmes, qui malgré les tirs de  gaz lacrymogène et les coups de matraques étaient  déterminés à marcher pour la défense des droits constitutionnels.  En outre, il dénonce les agissements du gouvernement qui a ordonné la répression d’une manifestation pacifique. « L’intention du gouvernement était claire : terroriser l’opposition et toutes les forces démocratique ».  Face à  cette tentative de bâillonnement de la démocratie, Tiébilé Drame se veut clair : « Nous allons encore marcher, marcher pour les obliger à respecter les droits fondamentaux de la démocratie. Qu’ils sachent que le fascisme rampant ne marchera pas », a-t-il déclaré.

Le  porte-parole du Collectif pour la Défense de la République, Ras Bath a déploré le recul de la démocratie malienne. Pour lui, IBK, à travers cette répression,  rejoint  la longue liste de tyrans qui tentent de museler  leur peuple comme l’ancien président  Moussa Traoré.  Il fustige aussi le comportement  du premier ministre, Soumeylou Boubeye Maïga qui  de  combattant pour la démocratie hier se retrouve aujourd’hui  fossoyeur des principes de cette même démocratie. Ras Bath invite  les citoyens à sortir massivement le vendredi 08 juin pour réclamer leurs droits.

Les leaders de l’opposition  et de la société civile ne sont pas les seuls à déplorer  l’attitude du gouvernement. Ainsi, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres « déplore l’interdiction par le gouvernement de la tenue de manifestations des partis de l’opposition ». Il « appelle également le gouvernement malien à assurer la protection des droits de l’homme fondamentaux et la liberté d’expression et de manifester pacifiquement, y compris dans le cadre de l’état d’urgence actuellement en vigueur », a-t-il ajouté.

L’opposition réclame des élections transparentes et un « égal accès à l’ORTM », la radio-télévision publique

Les candidats Soumaïla Cissé, Alou Boubacar Diallo, Mamadou Igor Diarra … ont tous dénoncé la répression de la marche par le régime IBK et appellent les Maliens à l’Alternance le 29 juillet.

Mémé Sanogo

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. hahahaha ko on marche pian!!!! Vous avez été maté pian. Que ces irresponsables ce qu’ils veulent. Les maliens en ont marre d’eux. Ils ont été chicoté ce qui va permettre de les éduquer. Force est à la loi. Il parait qu’ils veulent encore marché ce vendredi. Si vous avez le droit de faire tout ce que vous voulez, l’Etat a également de vous faire tout ce qu’il veut. La fin de la recréation a sonné désormais. Ce pouvoir ces irresponsables ne l’auront pas et aucun sang ne sera versé.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here