À fleur de vérité : Sans pudeur !

2

À entendre mon cousin apprécier le bond qualitatif de la République populaire de Chine, lors de la cérémonie de réouverture du Centre international de Bamako, on reste admiratif devant le discours mais inquiet. Parce que celui qui le dit ne semble pas réaliser le bond régressif qu’il a fait subir à notre pays depuis bientôt six ans. La vision futuriste des dirigeants de ce pays semble émerveiller mon cousin. Lequel en est complètement dépourvu pour son pays.

Morceau choisi de son discours : «…ce grand bond qui a propulsé la Chine dans le monde moderne sur tous les plans, les autoroutes, les chemins de fer, les villes nouvelles, les perspectives de développement planifiées avec précision de Beijing, dans 10 ans, Beijing, dans 20 ans et Beijing dans 30 ans ; les besoins qui seront nouveaux en terme d’urbanisation, en terme d’assainissement, en terme de circulation, telle est la Chine moderne ! Tout a été pensé pour le futur. Et cette Chine moderne mondiale, fabuleuse, est amie avec notre pays.»

Quelle seule autoroute a-t-il fait construire dans la capitale malienne ?  Quelle politique d’urbanisation, d’assainissement a-t-il mise en place pour la ville de Bamako ? Rien. Autant le dire, sans ambages, mon cousin a été élu président pour se la couler douce.

À ta place, cousin d’amour, je serais vraiment, mais vraiment, gêné de prononcer ces mots. De quoi seras-tu fier à la fin de ton mandat ? Que laisseras-tu à la postérité ? Toi qui es même incapable d’élargir quelques voies urbaines de la ville de Bamako.

Un autre morceau choisi : «C’est pourquoi, je suis là aujourd’hui à fêter, avec vous, outre la réouverture de ce véritable joyau qu’est le CICB, mais avec vous également, le nouvel an, la nouvelle année de grâce 2019. Et je fais beaucoup de bonheur en découvrant cet espace qui vous nous offrez désormais, qui nous permettra la tête haute d’accueillir quelle que rencontre que ce soit au niveau mondial».

Et de rester avec beaucoup de bonheur et la tête haute, et sans pudeur, un éternel quémandeur et complexé devant le bond qualitatif que des dirigeants sérieux impriment à leur pays, ai-je envie d’ajouter.

Issiaka SISSOKO

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Ça fait un bon moment qu’ on s’interroge,même les MALINKÉS s’interrogent,de l’appartenance d’Ibk à la famille de cette ethnie qui a donné à notre pays de valeureux homme D’ÉTAT tant son comportement a atteint un niveau de déception incroyable.
    Même s’il fait partie de cette ethnie,il est de la famille des griots,pas celle des HORON tant il aime parlé des autres alors qu’ on aimerait qu’ il parle de son bilan depuis qu’ il est sur la scène politique.
    Du porte parole du président ALPHA OUMAR KONARE en 1992 à la présidence de la république,IBK ne peut parler que de l’éclat de 1994 en provoquant la deuxième année blanche de l’histoire du Mali après celle provoquée par son ami MOUSSA TRAORÉ .
    Il dit avoir sauvé le régime D’ALPHA OUMAR KONARE,pas sauvé le MALI.
    Il sert un homme,pas le Mali.
    Ce n’est pas le signe d’un griot là?
    Après tous ces postes occupés le BILAN de IBK se résume à :J’AI ÉTÉ TRAHI PAR ALPHA OUMAR KONARE et AMADOU TOUMANI TOURÉ car après les avoir aidé,ils devraient l’aider à accéder à la présidence.
    Il a aidé ces deux hommes,pas le MALI.
    Ce n’est pas le signe d’un griot là?
    Il accède à la présidence,il exige que ces collaborateurs servent sa famille.
    Sa femme,ses fils,ses neveux…doivent être servis comme on sert la famille royale aux risques de perdre les avantages requis.
    Beaucoup en ont fait les frais qui sont ses opposants actuellement.
    Le MOI a toujours dominé tout ce que fait IBK.
    Son bilan se résume à tous ces hommes qu’ il a aidés à s’enrichir impunément sur les deniers publics .
    CES HOMMES LUI SONT TELLEMENT RECONNAISSANTS QU’ ILS SONT PRÊTS À TUER POUR LUI.
    Le collectif,l’intérêt général est toujours absent chez IBK et ses thuriféraires.
    Il ne peux pas AIDER le MALI car il n’a jamais été dans sa vision depuis qu’ il a commencé la politique.
    Il a toujours servi les hommes et en a profité pour se SERVIR lui et ses thuriféraires.
    Il partage cette vision avec le dictateur MOUSSA TRAORÉ qu’ on a vu se séparer au fur des années de ses compagnons pour se faire entourer par les parents de sa femme.
    Lui aussi partait dans les pays arabes se faire filmer entre les buildings alors qu’ il n’arrivait pas à réaliser un kilomètre de route à Bamako.
    IBK et tous ses semblables présidents qui exercent en majorité en Afrique centrale ne se considèrent pas comme le président de tous leurs compatriotes,mais d’un CLAN.
    C’est pourquoi se donner la peine d’investir dans le pays n’est pas leurs préoccupations principales.
    OSER LUTTER ,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue .

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here