Bougouni : le roi fantomatique arrive !

1

Le Mali entier (ceux qui en avaient envie, en tout cas) a suivi en direct, sur les ondes de la télévision nationale, le lancement de la journée paysanne. Les organisateurs avaient mis les (faux) petits plats dans les grands, et c’était la fête dans toutes ses acceptions. Chants épiques, danses, youyous, comme en raffole le président de la République.

On ne dirait pas un pays qui venait de vivre un carnage à travers la mort de près d’une centaine de personnes, il y’a juste une semaine, dans le village de Sobane, dans la région de Mopti. Comme s’ils étaient pressés que le gênant deuil de trois jours décrété, quelques jours auparavant, prenne fin.

Le président de la République a été annoncé, comme un roi, et son entrée a été, royalement, préparée. À ses côtés, plusieurs ministres, les autorités administratives de la région de Sikasso et le guignol et mongol, Bakary Togola, qui s’est même permis des écarts de langage en présence du président de la République, à travers un récit humoristique très mal inspiré. Malheureusement, c’est ce qu’affectionne IBK et ça l’a beaucoup fait rire. Lui et toute sa Cour royale !

Le clou de la cérémonie, sa quintessence, a été l’intervention du président de la République, lui-même. Il n’a pas hésité à affirmer, une seule seconde et en bambara, en présence de partenaires médusés, que «notre grand Mali avance». Avant de revenir sur la présidentielle de 2018, dont il  dit «être sorti vainqueur et de la plus belle manière».

Il a, en même temps, fait quelques invectives à l’endroit de certains de ses opposants. On a compris à travers ses propos qu’il faisait allusion à la récente sortie de SoumaïlaCissé au sujet de la révision constitutionnelle. Une révision constitutionnelle contre laquelle doivent se dresser tous les Maliens,parce qu’elle est très éloignée des priorités de l’heure.

Pendant que le président IBK faisait des invectives, jouissait et se réjouissait du folklore de Bougouni, qui l’emportait dans ses rêves royaux les plus grotesques, il ignorait qu’à moins de deux-cents kilomètres, des populations, qui avaient voté pour lui, s’entretuaient !

 M.K

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. UN PEU TROP TARD, MAIS BON RETOUR SUR TERRE , MAKAN. CE FOLKLOR, CETTE “GUIGNOLERIE”, NOUS EN FAISONS CAS DEPUIS 2013…
    EN UN CERTAIN MOMENT, CA TE FAISAIT “MOUCHER” QUE NOUS PARLAMES DES CAUSES DE CE QUE NOUS VIVONS AUJOURD’HUI….

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here