Quand la majorité fait le mort !

26
Adam Thiam
Adam Thiam

L’universitaire Joseph-Brunet Jailly a parlé en son nom certes, mais c’est un ami reconnu du Mali et un chercheur respecté. Dans une analyse d’une rare profondeur et d’une absolue clarté,  il nous prévient  que l’accord défendu bec et ongles par le gouvernement et les partenaires du Mali prépare l’indépendance de l’Azawad sans le dire. Pendant des jours, son article a trôné au hit parade des sitewebs locaux, suscitant des centaines de réactions d’internautes et donnant une idée de comment  la petite opinion publique du net juge l’accord d’Alger. Pourtant, personne dans la majorité présidentielle, ni universitaire ni politique, n’a jusque-là cru devoir réagir à l’article en question qui tout en évitant les mots qui blessent considère implicitement le paraphe du document comme une forfaiture. L’universitaire français peut se tromper d’analyse. Mais ce qu’il a écrit et dit est très grave et ne peut pas être traité par-dessus la jambe dans une démocratie et dans un pays dont les décideurs ont quelqu’égard pour ses citoyens. Quand c’est pour voyager, ils sont prêts, quand c’est pour manifester contre espèces sonnantes et trébuchantes, ils sont prêts. Quand il s’agit de porter la contradiction à de propos d’une gravité inquiétante, on fait le mort. Où sont-ils les universitaires, les débateurs, les contradicteurs qui ne ratent aucune occasion de crier leur loyauté au président. C’est maintenant, aujourd’hui et sur la réponse à Jailly qu’il a besoin de ces inconditionnels ! Qu’ils prennent l’espace que vient d’ouvrier l’universitaire français  car cela est mieux que de répéter sans cesse que l’accord sera signé avec ou sans Cma le 15 mai. Et c’est infiniment mieux que de dire au peuple : c’est trop tard de discuter le contenu.

Adam Thiam

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

26 COMMENTAIRES

  1. Bonjour,
    Le projet d’accord d’Alger pour la paix et la réconciliation au Mali n’est pas l’idéal car il est issu de COMPROMIS entre plusieurs parties prenantes, donc, ne peut être équidistant des aspirations de ces dernières.

    Il se repose sur un bon cadre défini à partir d’une feuille de route soigneusement étudiée.

    Etant issu de compromis, un comité international de suivi de l’accord, intégrant des Maliens, le supervisera et l’évaluera pour s’assurer constamment de sa conformité avec les besoins exprimés par les parties prenantes et les populations de base.

    Son bon cadre et le suivi qui en sera fait font que ce projet d’accord répondra aux besoins exprimés en termes de sécurité, défense, développement, réconciliation, justice, intégrité territoriale, laïcité, etc.

    C’est pourquoi, les Maliens/nes, quel que soit le bord politique, ont intérêt à s’unir autour de ce projet d’accord pour le bonheur de TOUS, pour la paix et pour la réconciliation au Mali.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    Expert TIC, Gouvernance et Sécurité
    E-mail: [email protected]
    TEL 78 73 14 61

  2. Ne compter pas sur ce parti M. THIAM IBK est seul et bien seul. Il l'a d'ailleurs compris. C'est pourquoi il a mis un peut sa fermeté en veilleuse face à l'Occident. Car il n'a persone derrière lui.

  3. Il n’y a ni de bon ni de mauvais accord . C’est dans l’application qu’on transforme un accord en opportunité favorable à son pays. Mais malheureusement le Mali n’a pas la capacité de cette transformation car ayant une armée à qui on ne permet aucune capacité de mouvement dans le Nord contesté. Le Président IBK ne peut pas non plus compter sur l’autre force qu’est le peuple. On dit qu’il a deçu. Hé bien non. Les contextes sont differents quand il était Premier Ministre et maintenant. A l’époque il avait derrière lui un parti dominant l’ADEMA et il n’avait pas la communauté internationale sur son dos. Si IBK dit aujourd’hui non sur qui peut il compter? Personne. On verra au plus deux ou trois petites marches de soutien et puis rien. Et en cas de sanction on se mettra à jaser en l’accusant de tous les maux. Le peuple malien à son patriotisme à refaire.

  4. DJANFA
    “L’accord d’Alger n’etant pas bonne , l’etat devait la rejetter et envoyer tout nos partenaires se promener”

    Mais tu sembles oublier le PRINCIPAL et L’ESSENTIEL!!!! 😯 😯 😯 😯 😯 😯

    Les accords d’Alger n’ont pas été, comme tu sembles le croire (ou comme tu veux te le faire croire! 8) ), rédigés A NOTRE INSU et CONTRE NOTRE GRE par des…”partenaires”! 🙄 🙄 🙄

    Ils ont été conçus, établis, et rédigés EN PRESENCE de nos “autorités”, qui ont participé du 1er au dernier jour aux discussions! 👿 👿 👿 👿

    C’est trop facile (et c’est SYSTEMATIQUE chez nous! 👿 ) de toujours incriminer ou pointer du doigt “les autres”! 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 pour les conneries que NOUS nous faisons! 👿 👿 👿

    Nos autorités étaient-elles OU NON présentes à la table des négociations???????????

    Accords d’Alger 1ère version: NOUS signons des conneries, mais nous accusons ensuite l’Algérie de nous avoir poussé à…………signer des conneries! 🙄

    Accords de Ouaga: NOUS signons des conneries, mais nous accusons ensuite le Burkina et la communauté internationale de nous avoir poussé à……signer des conneries! 🙄

    Accords d’Alger actuels: NOUS signons des conneries, mais nous accusons DEJA la communauté internationale, l’Algérie, la médiation, etc etc etc…

    Mais dans ces 3 cas, NOUS ETIONS D’UNE PART A LA TABLE DES NEGOCIATIONS, ET D’AUTRE PART, NOUS TENIONS NOUS-MEMES LE STYLO POUR SIGNER OU PAS!!!!!!!
    Quand on est pas capables nous mêmes de camper les positions qui NOUS conviennent, on accepte n’importe quoi par faiblesse et ensuite…. on accuse “les autres”! 😳 😳 😳 😳 😳 😳 😳 😳 😳 😳

    • Très bien NFP, tu n’as pas tout à fait tort mais, dis nous, que doit-on faire sachant que c’est aussi risqué de refuser toute signature? Que peux-tu nous proposer?

    • Salut Sans Pisser
      L’Accord d’Alger 1ere version comme tu le dis etait 10 fois meilleur a l’actuel. Beaucoup de gens ici le critiquent sans l’avoir jamais lu; pourtant ca ne fait que quelques pages (5-6 pages). (RE)Lis-le s’il te plait pour mettre les choses dans leur contexte et tu verras pourquoi je parle ainsi 😉 .

    • Waouououhhh, bravo frere nfp, chapeau :mrgreen: .
      Cas meme le frere Thiam essaye de marquer UN GROS POINT. C’est a dire a propos de Mr. Jailly. Je cite : L’universitaire français peut se tromper d’analyse. Mais ce qu’il a écrit et dit est très grave et ne peut pas être traité par-dessus la jambe dans une démocratie et dans un pays dont les décideurs ont quelqu’égard pour ses citoyens. Quand c’est pour voyager, ils sont prêts, quand c’est pour manifester contre espèces sonnantes et trébuchantes, ils sont prêts. Quand il s’agit de porter la contradiction à de propos d’une gravité inquiétante, on fait le mort. Où sont-ils les universitaires, les débateurs, les contradicteurs qui ne ratent aucune occasion de crier leur loyauté au président.
      Mariere a reflexions je pense meme si je crois qu’il faut paraphever cet accord, j’ai toujours des points d’interrogations comme tu les as mentionne dans ton commentaire. 😉 .

  5. Bonjour,
    Merci à toutes et à tous pour vos contributions à la recherche d’une solution durable à la crise Malienne.

    Merci pour ceux qui ont émis des critiques sur le projet d’accord d’Alger pour la paix et la réconciliation au Mali.

    Merci au Consultant et Enseignant, Joseph Brunet Jailly, pour son analyse et les critiques associées même si dans certains cas, elles ignoraient la méthodologie utilisée par les pourparlers inclusifs inter-Maliens d’Alger pour la paix et la réconciliation au Mali et supposent que les aspirations de la coordination des mouvements de l’azawad (CMA) pourront toutes être prises en compte malgré le fait que certaines d’entre elles soient incompatibles avec le projet d’accord paraphé, à Alger, le 01 mars 2015.

    Faisons de ces critiques, dont la plupart sont infondées, une force positive nous permettant de prendre de la hauteur en mettant le Mali en avant et de nous unir pour la mise en œuvre de ce projet d’accord d’Alger.

    J’ai répondu à ces critiques, depuis le 16 avril 2015, sous forme d’une lettre ouverte en ligne adressée au Président Malien, aux Maliens et aux Partenaires.

    Cette lettre ouverte avait été envoyée, à la même date, pour publication à certains journaux tels que Le Républicain, Le Combat, Le Journal du Mali, L’Indépendant, Les Echos.

    Mes répliques à ces critiques ont pour motivations principales, de contribuer à établir la vérité, la paix et la réconciliation de mes frères et sœurs Maliens dans un Mali Un et Indivisible sans fédération.

    Je me soucie de ce Mali que nous avons en partage et au sein duquel nous devons nous unir et favoriser le vivre ensemble.

    Tous les Maliens doivent savoir que ce projet d’accord sera bien pour la paix, pour la sécurité, pour la réconciliation, pour l’intégrité territoriale et le bien-être des populations à condition que chacun (e) y mette du sien en participant à sa mise en œuvre.

    Vous trouverez ci-dessous l’adresse internet pointant sur mes répliques à ces critiques qui ont été publiées depuis le 16 avril 2015 sur maliweb, facebook, twitter, mali web et plusieurs médias :

    http://www.maliweb.net/contributions/accord-dalger-pour-la-paix-et-la-reconciliation-au-mali-repliques-de-dr-anasser-ag-rhissa-aux-critiques-relatives-au-projet-daccord-916982.html

    Contrairement à ce qui est dit dans ces critiques, ce projet d’accord ne porte pas les germes de la dislocation, ni de la partition ni de la guerre civile, contrairement à la fédération et l’indépendance, proposées par la CMA (coordination des mouvements de l’azawad), qui, elles, généreront la dislocation, la partition et la guerre civile.

    La partition du pays, la fédération et l’indépendance ne sont pas des solutions durables à la crise Malienne car elles généreront des conflits entre les parties qui seront scindées.

    Ces conflits seront principalement dus à la répartition inégale du pouvoir, des ressources et des compétences dans ces parties.

    Chacune des parties sera déterminée à récupérer le plus de ressources possible, c’est pourquoi, ces conflits seront plus violents.

    Le Mali étant Un et Indivisible, la seule solution durable, c’est le développement équilibré et durable des régions et l‘intégration équitable des communautés dans les régions et dans le pays dans le cadre d’une décentralisation poussée.

    Cette dernière est l’extension et l’optimisation de la décentralisation qui avait été initiée au Mali.

    Une telle solution évitera ces conflits à travers une régionalisation réfléchie et équitable telle que celle qui est proposée dans ce projet d’accord.

    Cette régionalisation est l’opérationnalisation de la décentralisation poussée.

    Les régions seront autonomes dans le cadre de cette régionalisation à travers leur libre administration avec les ressortissants de ces régions qui seront au centre de leurs gestions et gouvernances.

    Je conseille fortement que les Maliens s’unissent autour de ce projet d’accord qui permettra d’éviter la guerre civile à travers cette régionalisation et ce développement équilibré de toutes les régions du Mali en privilégiant les régions du nord du Mali à cause du retard qu’elles avaient accumulé en termes de développement.

    J’appelle toutes les Maliennes et tous les Maliens, quelque soit le bord politique, pour participer à un élan national sur la base de la culture du vivre ensemble et de la paix et pour adhérer à ce projet d’accord d’Alger pour la paix et la réconciliation au Mali.

    Pour supporter cet élan national et pour la mise en œuvre de ce projet d’accord, je propose qu’un comité national, avec des ramifications régionales, soit crée dès la signature de l’accord définitif. Il doit être ouvert à TOUTES et à TOUS.

    A la coordination des mouvements de l’azawad, je dis ceci, ne laissez pas le train de la paix et de la sécurité partir sans vous, mieux vaut être à l’heure, le prendre à temps et en être un des acteurs actifs.

    La sécurité et la paix, c’est à nous TOUS de les établir en créant les conditions idoines dont la confiance et le vivre ensemble, c’est aussi à nous TOUS de les maintenir et de les améliorer.

    Quoique n’étant pas parfait, pour le bon cadre qu’il offre et pour la paix, la sécurité et la réconciliation nationale auxquelles il doit aboutir, prenons-nous la main dans la main, supportons cet accord d’Alger et mettons-le, TOUS, en œuvre pour le bonheur des Maliennes et des Maliens.

    Bien cordialement

    Dr ANASSER AG RHISSA
    Expert TIC, Gouvernance et Sécurité
    E-mail : [email protected]
    TEL 78 73 14 61

    • Bonjour Dr AG RHISSA

      J’aimerais croire moi aussi que ce projet d’accord ne porte pas les germes de la division et de la guerre civile. C’est pourquoi j’ai beaucoup apprécié le fait que la CMA aie demandé a consulter sa base avant de le parapher. Ma surprise aussi a été grande quand j’ai vu que cette base ne se trouvait qu’à Kidal alors que GAO qui avait été investie par par ces mêmes mouvements comme étant leur capitale ne devrait pas avoir d’objections. Ne parlons même pas de Menaka et de Tombouctou.
      Voyez-vous ? Si on devrait consulter KIDAL pour décider de la vie des autres dix fois plus nombreux …….
      J’ai du mal à comprendre !

      • Bonjour,
        Merci Yugubané de votre contribution et merci de croire avec assurance, et ne pas en douter, que ce projet d’accord ne porte pas en lui les germes de la division et de la guerre civile.

        Comme vous le dites, la CMA (Coordination des mouvements de l’azawad) a consulté sa base à Kidal mais pas à GAO, ni Tombouctou ni Ménaka.

        Les aspirations qu’elle a recueillies comme étant celles des populations du nord du Mali ne sont que celles de Kidal.

        Donc, il y a bien un problème mais il se trouve que même ces aspirations sont incompatibles avec le projet d’accord d’Alger, donc, elles ne pourront jamais être intégrées à ce dernier (voir les points 2.7 et 2.8 de ma lettre ouverte concernant les répliques aux critiques relatives au projet d’accord).

        Il faut se rappeler qu’il y avait des délégués de GAO, Tombouctou et Kidal parmi les participants aux pourparlers inclusifs inter-Maliens d’Alger : ils ont été écoutés, comme tous les membres de la société civile qui étaient présents à Alger, par la médiation.

        Relisez bien ma lettre ouverte sur ces répliques et croyez, avec assurance, que ce projet d’accord ne porte pas en lui les germes de la division et de la guerre civile.

        Sachant que la fédération et l’indépendance ont été écartées par les pourparlers inclusifs inter-Maliens d’Alger en mettant en avant la régionalisation dans le cadre de la décentralisation poussée, toute aspiration qui aura tendance à porter de tels germes ne sera, sûrement, pas intégrée à ce projet d’accord même lors de la mise en œuvre.

        Bien cordialement
        Dr ANASSER AG RHISSA
        EXPERT TIC, Gouvernance et sécurité
        TEL 78 73 14 61

    • Merci Dr Ag Rhissa. Je partage votre point de vue notamment sur la decentralisation poussée.
      C’est sûr et certain que c’est une porte de sortie pour la resolution de la crise et permettrait le developpement du Mali, car à mon humble avis, le developpement d’un pays commence par le bas (regions, cercles et communes).

  6. Bonjour,
    Merci à toutes et à tous pour vos contributions à la recherche d’une solution durable à la crise Malienne.

    Merci pour ceux qui ont émis des critiques sur le projet d’accord d’Alger pour la paix et la réconciliation au Mali.

    Merci au Consultant et Enseignant, Joseph Brunet Jailly, pour son analyse et les critiques associées même si dans certains cas, elles ignoraient la méthodologie utilisée par les pourparlers inclusifs inter-Maliens d’Alger pour la paix et la réconciliation au Mali et supposent que les aspirations de la coordination des mouvements de l’azawad (CMA) pourront toutes être prises en compte malgré le fait que certaines d’entre elles soient incompatibles avec le projet d’accord paraphé, à Alger, le 01 mars 2015.
    Faisons de ces critiques, dont la plupart sont infondées, une force positive nous permettant de prendre de la hauteur en mettant le Mali en avant et de nous unir pour la mise en œuvre de ce projet d’accord d’Alger.

    J’ai répondu à ces critiques, depuis le 16 avril 2015, sous forme d’une lettre ouverte en ligne adressée au Président Malien, aux Maliens et aux Partenaires.

    Cette lettre ouverte avait été envoyée, à la même date, pour publication à certains journaux tels que Le Républicain, Le Combat, Le Journal du Mali, L’Indépendant, Les Echos.

    Mes répliques à ces critiques ont pour motivations principales, de contribuer à établir la vérité, la paix et la réconciliation de mes frères et sœurs Maliens dans un Mali Un et Indivisible sans fédération.

    Je me soucie de ce Mali que nous avons en partage et au sein duquel nous devons nous unir et favoriser le vivre ensemble.

    Tous les Maliens doivent savoir que ce projet d’accord sera bien pour la paix, pour la sécurité, pour la réconciliation, pour l’intégrité territoriale et le bien-être des populations à condition que chacun (e) y mette du sien en participant à sa mise en œuvre.

    Vous trouverez ci-dessous l’adresse internet pointant sur mes répliques à ces critiques qui ont été publiées depuis le 16 avril 2015 sur maliweb, facebook, twitter, mali web et plusieurs médias :

    http://www.maliweb.net/contributions/accord-dalger-pour-la-paix-et-la-reconciliation-au-mali-repliques-de-dr-anasser-ag-rhissa-aux-critiques-relatives-au-projet-daccord-916982.html

    Contrairement à ce qui est dit dans ces critiques, ce projet d’accord ne porte pas les germes de la dislocation, ni de la partition ni de la guerre civile, contrairement à la fédération et l’indépendance, proposées par la CMA (coordination des mouvements de l’azawad), qui, elles, généreront la dislocation, la partition et la guerre civile.

    La partition du pays, la fédération et l’indépendance ne sont pas des solutions durables à la crise Malienne car elles généreront des conflits entre les parties qui seront scindées.

    Ces conflits seront principalement dus à la répartition inégale du pouvoir, des ressources et des compétences dans ces parties.

    Chacune des parties sera déterminée à récupérer le plus de ressources possible, c’est pourquoi, ces conflits seront plus violents.

    Le Mali étant Un et Indivisible, la seule solution durable, c’est le développement équilibré et durable des régions et l‘intégration équitable des communautés dans les régions et dans le pays dans le cadre d’une décentralisation poussée.

    Cette dernière est l’extension et l’optimisation de la décentralisation qui avait été initiée au Mali.

    Une telle solution évitera ces conflits à travers une régionalisation réfléchie et équitable telle que celle qui est proposée dans ce projet d’accord.

    Cette régionalisation est l’opérationnalisation de la décentralisation poussée.
    Les régions seront autonomes dans le cadre de cette régionalisation à travers leur libre administration avec les ressortissants de ces régions qui seront au centre de leurs gestions et gouvernances.

    Je conseille fortement que les Maliens s’unissent autour de ce projet d’accord qui permettra d’éviter la guerre civile à travers cette régionalisation et ce développement équilibré de toutes les régions du Mali en privilégiant les régions du nord du Mali à cause du retard qu’elles avaient accumulé en termes de développement.

    J’appelle toutes les Maliennes et tous les Maliens, quelque soit le bord politique, pour participer à un élan national sur la base de la culture du vivre ensemble et de la paix et pour adhérer à ce projet d’accord d’Alger pour la paix et la réconciliation au Mali.

    Pour supporter cet élan national et pour la mise en œuvre de ce projet d’accord, je propose qu’un comité national, avec des ramifications régionales, soit crée dès la signature de l’accord définitif. Il doit être ouvert à TOUTES et à TOUS.

    A la coordination des mouvements de l’azawad, je dis ceci, ne laissez pas le train de la paix et de la sécurité partir sans vous, mieux vaut être à l’heure, le prendre à temps et en être un des acteurs actifs.

    La sécurité et la paix, c’est à nous TOUS de les établir en créant les conditions idoines dont la confiance et le vivre ensemble, c’est aussi à nous TOUS de les maintenir et de les améliorer.

    Quoique n’étant pas parfait, pour le bon cadre qu’il offre et pour la paix, la sécurité et la réconciliation nationale auxquelles il doit aboutir, prenons-nous la main dans la main, supportons cet accord d’Alger et mettons-le, TOUS, en œuvre pour le bonheur des Maliennes et des Maliens.

    Bien cordialement

    Dr ANASSER AG RHISSA
    Expert TIC, Gouvernance et Sécurité
    E-mail : [email protected]
    TEL 78 73 14 61

  7. Je le redis aujourd’hui, besoin en est. Ce n’est pas le Nord du pays seulement qui a besoin d'”autonomie”. C’est tout le Mali. Il faut se mettre a table avec tous les concernes-toutes les regions- pour definir une autre administration, qui reponde des attentes des electeurs. A propos d’elus, il faut elir Gouverneurs, Avocat General Regional; mettre sur pied des polices regioanles; une Gendarmerie Nationale; redynamizer la Justice. Les ressources resteront ou elles sont generees. L’etat prelevera Impots qui seront reverses aux localites Regionale…
    Mais c’est difficile a mettre en place. Et nos elus actuels n’aiment pas se creuser la meninge!!!

  8. “…Quand la majorité fait le mort !…”

    Depuis belle lurette il n´ya plus eu de débats contradictoires au Mali, d´AOK au concensus d ATT, et puis mantenant, cette notion a déjá été placée ds les oubliettes de l´histoire de notre democratie…résumons tt splmt que les Maliens ne se disent pas la vérité, ns ne l´admettons, ns ne l´acceptons pas, on se complaint ds l´ aliénation et la doube aliénation totale …

    Le Mali,la Cté Intle ainsi que l´Algérie se sont mis d´accord pour ne pas être d´acord sur un accord qui suscite plein de turpitudes dont l´issu pose des interrogations…ce que le prof Jailly met en relief, 1 sorte d´avertissemt á ns Maliens á sortir de notre torpeur…
    Comment peut-on investir tant de tps, d´efforts physiq et financiers ds 1 négociation pour en venir á la conclusion sur 1 conviction ni convainquante ni certaine que c´est seulemt q´1 “plupart” des parties sera présente au paraphe…dixit le chef de la diplomatie algérienne!

    De tt maniére,á défaut de débats par nos autoriés sur la reflexion de Jailly, il faudra préparer serieusemt notre armée pr les années á venir pr se délivrer de ce chantage intl. bien orchestré…Qu´elle puisse faire face frontalemt á cet accord dt certains points jettent les bases d´1 idpdce, á ce rendez-vs il faudra y répondre sans grands verbiages médiatiques: Les termes indpdce, autonomie, fédéralisme reviendront á coup sûr!

  9. Salut Thiam
    Voici ma contribution sinon ma réaction suite à l’analyse de Jally que je respecte pour son amour de mon pays et son courage et sa clairvoyance.
    Oui cet accord est un bon accord si c’est réellement pour l’intérêt de tous les maliens, si et vraiment si les ressources richesses de ce pays doivent servir équitablement les fils de ce pays partout et n’importe où qu’ils se trouvent.
    Reconnaissons que les peuples du nord ont soufferts et continuent de souffrir sous le poids de sous-développement après 50 ans d’indépendance et une manque de vision et de clairvoyance des dirigeants qui ont eu la chance de présider son destin; et cela n’est pas propre qu’au Mali seulement.
    Oui je comprends mes frères maliens du nord dans leur quête du bien être pour eux même et leur futur, seulement je ne suis pas d’accord avec la manière de faire même si on dit souvent que “à l’impossible nul n’est tenu”.
    Trop de vies ont été sacrifiées pour cette cause et toutes des maliens qu’ils soient du sud ou du nord et cela est difficile à accepter.
    Ceux qui se sentent assez braves pour engager ce genre de bras de fer ou la manière forte ne le font pas de gaité de cœur car ils savent bien que les dégâts collatéraux sont inévitables.
    Une raison de plus pour changer et trouver une solution salvatrice. Et cette solution se trouve bien dans l’accord paraphé pour la simple raison qu’l accorde un avantage certain aux populations d’assurer leur propre développement à partir de leurs compétences et leur savoir-faire, même s’il faut pour cela qu’elles fassent appel à des partenaires extérieurs comme il est de coutume pour tout pays sous développé et n’ayons pas peur de le dire ce sera toujours les mêmes clauses c-à-dire “venez explorer et exploiter avec vos moyens, prenez ce qui vous arrange et laisser nous (l’élite malienne et les politicards) les miettes ça nous dérangerai pas et le peuple peut trimer c’est pas grave”.
    Pourquoi avoir peur de laisser les communautés se prendre totalement en charge pour le besoin de leur développement? De toutes les façons on a adopter la décentralisation chez nous ici depuis 1998 et confié le sort et la gestion des communes aux élus locaux et cela devait nous préparer à cette nouvelle donne qui s’accorde parfaitement avec l’évolution des esprits et le besoin de développement tant souhaité et voulu dans un monde sans frontière par la magie du virtuel.
    Ce sont ces peuples qui font de ces zones leur milieu de vie malgré les aléas et les difficiles conditions d’y vivre.
    Nous peuple malien nous devons prendre le devant et accompagner la mise en œuvre de cet accord en veillant à impliquer tout le monde. La réussite de cette mise en œuvre procurera beaucoup d’emplois au Mali et évitera à nos enfants d’aller périr à l’exil.
    SURTOUT QUE LE MALI SERA COMME D’HABITUDE UN PIONNIER EN LA MATIERE EN AFRIQUE.
    VIVE LES PEUPLES DU MALI.

  10. Il n’y a pas de grande contradiction à apporter à l’analyse du Pr Jailly. Son argumentation est objective, claire et pertinente. On ne peut l’accuser d’être une plume au service de l’opposition politique. Au contraire il exhorte le peuple malien et surtout sa frange politico intellectuelle à faire preuve de courage, pour ne pas se laisser imposer ce qu’il ne veut pas et qui plus est, tout à fait contraire à ses intérêts.
    Mais hélas! Le courage et la combativité ne sont plus nos points forts.
    Le gouvernement va imposer un accord qu’il ne trouve pas bon par “respect” (plutôt par peur) pour la “Communauté internationale. Ceux qui s’opposent à l’accord se contentent d’un ou de deux communiqués, autant d’articles de presse, sans entreprendre d’actions pour se faire véritablement entendre par le gouvernement la communauté internationale.
    Il n’est jamais trop tard pour bien faire!

  11. Mr Thiam je pense que la majorité est d’avis avec le constat etabli par Mr Jailly c’est la raison de leur méprise L’accord d’Alger n’etant pas bonne , l’etat devait la rejetter et envoyer tout nos partenaires se promener , demander cela a un pays sous perfusion a l’urgence dont le pronostique vital est engagé est faire preuve d’apatride

  12. Voila le politologue Adam Thiam auquel on est habitués et qui sonne le tocsin dès qu’il y a péril en la demeure! Merci de secouer le cocotier: en réalité la majorité est convaincue que l’Accord n’est pas bon mais ils ne veulent pas désavouer IBK et son gouvernement. L’intérêt du Mali prime sur celui du RPM et d’IBK. Il faut qu’ils se réveillent avant qu’il ne soit trop tard sinon c’est le jugement garanti pour IBK pour hazute trahison ainsi que tous ceux qui auraient supporté cet Accord poar leur silence coupable ou par complicité active!

  13. Adam Thiam merci beaucoup de nous réveiller, ceux qui doivent réagir à l’analyse de joseph-Brunet Jailly font semblant de ne rien entendre . Et pourtant l’opposition démocratique Malienne a bien vu au départ que les accords D’Alger sont des germes de division.

  14. L’indifférence est la base de tous les excès, cela n’est pas encore compris au Mali…… Merci Thiam de nous rappeler à l’ordre.

  15. Pourtant, il faut réagir et très rapidement pour répondre à cette analyse de JAILLY. La France cherche cette indépendance de cette partie du Mali depuis la fin de la colonisation; elle ne baisse jamais les bras. Je reste certain qu’elle parviendrait à ses fins un jour étant donné que les choses sont savamment organisées, elle a commencé à affaiblir le Mali depuis l’armée jusqu’aux cadres de l’administration publique (Création des apatrides et des grands commis de l’état carrents et incapables). Notre pays est jeté à la pâture par la France. C’est vraiment dommage.

    • C’est ce genre de salade que M Thiam combat dans son article. La France n’a pas besoin de passer par qui que se soit pour diviser le Mali(voir Côte d’Ivoire, la Lybie). Arrêtez vos bêtises. Du 06 avril 2012 au 11 janvier 2013 la division était de fait. L’hypocrisie n’amène d’une part. Je ne sait pas avec baromètre COULIBALY Yacouba mesure le patriotisme des maliens.
      Peut-on se dire patriote quand on préfère un avion alors que l’armée n’est pas capable de combat?
      Peut-on se dire patriote, quand on met son fils inexpérimenté devenir président la commission de défense, alors qu’on dit que tout est à refaire dans l’armée?
      Peut-on se réclamer le plus patriote de tous les patriotes, quand on augment son propre budget de moitié au moment où le pays est dans une crise profonde?
      Il faut revoir votre notion de patriotisme.

  16. Salam le peulh
    Je suis surpris de lire dans votre publication un découragement et une profonde déception due au comportement de nos politiques et gouverneurs local,mais tenez bon Coro les choses vont se décidé d’eux mêmes et dans la douleur total du peuple inerte.
    Une question :qu’es que ibk est aller faire en turkie? quel intérêt pour le peuple?
    N’a-t-il pas d’autre problème plus crucial à géré?
    Puisse dieu protège le peuple des mauvaises intention de ses dirigeants.
    Salam

Comments are closed.