Détournement de 100 millions de FCFA à la Société Oil Libya : La direction et les gérants s’accusent mutuellement

3

OilibyaC’est le sauve-qui-peut à la direction nationale de la société d’importation et de vente de carburant Oil-Libya. Et pour cause, un trou de près de 150 Millions de FCFA dans la caisse de la structure divise les responsables. L’affaire  remonte à 2013- 2014, selon nos sources. Des tickets de carburant ont été indûment sortis de la direction sans que cela ait été mentionné officiellement dans les registres. Or, la destination finale des tickets demeure toujours les stations. Car les clients possédant ces fameux tickets n’ont d’autre choix que de se faire servir en carburants.

Cela fait quelques  mois que les responsables de la société Oil Libya font des va-et-vient entre leurs bureaux et le tribunal de la commune IV. Et pour cause, la direction a porté plainte pour détournement de près de 150 millions de francs CFA. Ainsi, cela aurait été possible, selon nos sources proches de la direction, à travers de nombreux tickets de carburants indûment sortis de la direction. Mais ce qui est bizarre, c’est qu’aucune circulaire n’est sortie de la direction pour informer les gérants des différentes stations OiL Libya leur intimant de ne pas servir les détenteurs des tickets datant de 2013 et 2014. Ou du moins chercher les détenteurs des dits tickets afin de savoir leur provenance. Car ils sont généralement adressés aux services de l’administration d’Etat. Les responsables « fautifs » se sont permis, après avoir  été soumis aux interrogatoires du juge, de convoquer les gérants de stations Oil Libya suivants : celui de l’hôtel Olympe, Alassane Maiga, celui de la station proche de l’aéroport, Firhoun Touré et celui de Niaréla, Mahamane Maiga. Ces gérants sont accusés par les responsables d’avoir accepté de livrer du carburant aux propriétaires des tickets incriminés qui ne sont ni faux ni falsifiés. Les enquêtes tendent vers leurs fins et tout porte à croire, selon les gérants accusés, que les responsables du détournement de ces fonds ne peuvent être qu’issus de la direction. « Mais, ils ne veulent pas s’assumer, c’est pourquoi ils cherchent à faire porter le chapeau aux gérants de différentes stations Oil Libya. »,  se défend les gérants. Ces derniers aussi n’entendent pas se laisser faire. Il faut  préciser que ce sont les trois gérants cités plus haut qui ont été convoqués pour qu’ils répondent des accusations « fomentées » de toute pièce, selon eux, sachant que les clients qui viennent s’approvisionner au sein de ces stations utilisent le plus souvent des tickets d’essence. Selon un gérant que nous avons rencontré : « les responsables connaissent ceux qui ont posé cet acte. Mais ils veulent obliger les gérants à endosser la responsabilité de quelque chose dont ils n’ont  pas connaissance… Il y a eu des responsables qui ont été arrêtés puis relâchés. Maintenant, ces derniers cherchent à charger les menus fretins. On verra bien. Nous ne pouvons rien dire de ce qu’on n’a pas fait. » Du côté de la direction du service,  c’est l’omerta. En effet, pour vérifier notre information, nous nous sommes rendus à la direction de la société Oil Libya sise à l’ACI 2000. Mais la chargée des ressources humaines qui a convoqué les gérants au tribunal de la commune IV,  nous a poliment fait savoir qu’elle ne peut pas se prononcer car c’est une affaire interne. Rappelons que depuis la mort du guide libyen Mouammar Kadhafi en 2011, la société  Oil Libya connaît une succession de crises internes. A suivre !

 

Moussa Samba Diallo

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. IMPOSSIBLE N EST PAS MALIEN et quand “Un malien te dit : il n’y a pas de problème, c’est que c’est remplit de problèmes” etc…KADHAFI assassiné, tué, mort….mêmes les terres, les champs, les voitures et tous les biens Lybiens au Mali ont été magouillés ou en cours déjà au Mali donc OILLYBIA CE N EST PAS ÉTONNANT. POUR LES AUTRES BIENS ON EN ENTENDRA PARLER UN JOUR

Comments are closed.