Olivier Salgado-Hamidou Boly-Joël Meyer : Ces diplomates indésirables à Bamako

0

Le respect du Mali et de ses institutions : C’est désormais l’exigence que les nouvelles autorités du pays veulent imposer à tous y compris aux diplomates étrangers en poste à Bamako. Pour ne pas avoir compris cette exigence, trois diplomates étrangers en ont fait les frais. Ils ont été sommés de quitter le sol malien. Le dernier est le  porte-parole de la Minusma, Olivier Salgado, expulsé, la semaine dernière, suite à une publication jugée tendancieuse par les autorités maliennes. M Salgago emboite ainsi le pas à Hamidou Boly, représentant spécial de la CEDEAO au Mali et Joël Meyer, ambassadeur de France au Mali.

Dans un communiqué le mercredi 20 juillet 2022, le gouvernement a annoncé l’expulsion du porte-parole de la MINUSMA, Olivier Salgado. Les autorités maliennes lui reprochent la publication des « informations inacceptables » sur l’affaire des 49 militaires ivoiriens détenus depuis plus d’une semaine à Bamako.

Ainsi, la représentante spéciale adjointe du Secrétaire général des Nations Unies au Mali, Daniela Kroslak, a été reçue au Ministère Affaires étrangères et de la Coopération internationale pour lui notifié l’expulsion de son porte-parole.

De son côté, « La Mission prend acte de cette décision qu’elle regrette profondément », indique la mission onusienne au Mali qui promet de « continuer à œuvrer à la mise en œuvre de son mandat en appui à la paix et à la sécurité au Mali ».

Hamidou Boly Joël Meyer : « persona non grata » 

L’expulsion de Olivier Salgado intervient après celles de deux autres diplomates en poste à Bamako, en espace de quelques mois. En effet, le représentant spécial de la CEDEAO, Hamidou Boly, a été le premier à quitter Bamako le 25 octobre 2021. Motif invoqué ? Des « agissements incompatibles » avec son statut. Ce diplomate de nationalité burkinabé  n’a eu que 72 petite heures pour faire ses valises et quitter  le pays.

Olivier Salgado
Olivier Salgado

Cependant, le ministère des Affaires étrangères a indiqué que mesures est intervenue « après plusieurs mises en garde adressées à l’intéressé à travers sa hiérarchie ».

L’expulsion la plus retentissante aura été celle, Joël Meyer, Ambassadeur de France au Mali. En effet, le diplomate français s’est vu notifié « le carton rouge » le 31 janvier 2022. Il n’a eu que 72 heures pour quitter Bamako. Pourquoi ? L’expulsion de Joël Meyer est consécutive à des propos  tenus par l’ancien Ministre français des Affaires Etrangères français, Jean-Yves Le Drian. En effet, dans une de ses incessantes attaques verbales contre les autorités de la transition, M. Le Drian a scellé le sort de son diplomate en poste à Bamako.
Ainsi, le gouvernement malien a indiqué que l’expulsion de M. Meyer « fait suite aux propos hostiles et outragés du ministre français de l’Europe et des affaires étrangères tenus récemment, à la récurrence de tels propos par les autorités françaises à l’égard des autorités maliennes en dépit des protestations maintes fois élevées ».

SE Joel Meyer, ambassadeur de la France au Mali

Pour sa part, Abdoulaye Diop, Ministre des Affaires Etrangères, a déclaré que : « Ces déclarations tendent à remettre en cause et la légalité et la légitimité des autorités auprès desquelles l’ambassadeur de France est accrédité (…) Vous ne pouvez pas être accrédité auprès d’autorités que vous-mêmes vous ne reconnaissez pas ».

Pour rappel, l’ambassadeur, Joël Meyer avait déjà été convoqué le mardi 5 octobre 2021, au Département des Affaires étrangères à Koulouba. Cette convocation du diplomate français faisait suite aux propos discourtois du Président Emmanuel Macron à l’égard des Autorités de la Transition. Le Chef de la Diplomatie malienne, avait après avoir exprimé le mécontentement des Autorités maliennes suite à ses “propos inamicaux et désobligeants” tenus par Emmanuel Macron. Aussi, Abdoulaye Diop avait invité “les Autorités françaises à la retenue, en évitant des jugements de valeur ». Le Ministre Diop avait exprimé une “vive protestation contre ces propos regrettables”.

Mohamed Sylla

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here