Les figures politiques du Mali à la conférence nationale de l’Alliance pour la République (APR) : Ce qu’ils ont dit

0
Perspectives 2018 : L’APR, convoité par l’opposition et le RPM

Lors de la 2ème conférence nationale de l’Alliance pour la République, le samedi 17 février, plusieurs personnalités politiques de notre pays (majorité et opposition) se sont prononcées sur l’actualité politique du Malinotamment la tenue de la présidentielle de 2018 dans le délai constitutionnel, la situation sécuritaire sur la majeure partie de notre territoire et la recomposition de la carte politique entre les différents camps politiques afin d’instaurer une alternance en 2018 ou assurer la continuité.

Soumaïla Cissé de l’URD : « Tous les acteurs politiques du Mali doivent travailler de façon à éviter une crise postélectorale »

Soumaila Cissé
Soumaila Cisse

Le président de l’Union pour la République et la démocratie (URD), l’honorable Soumaïla Cissé s’est dit très heureux d’être présent à la conférence nationale du parti du perroquet. Selon lui, être à l’APR, c’est aussi être à l’URD, car les deux formations politiques ont partagé beaucoup de choses ensemble,tout au long de leur parcours, sur les questions sécuritaires et de gouvernance entre autres.

Il a saisi l’occasion pour inviter les délégués à la 2ème conférence nationale de l’APR à réfléchir sur les questions majeures de la vie de notre nation en l’occurrence la tenue de l’élection présidentielle de 2018 dans le délai constitutionnel. Pour le président du parti de la poignée de main, tous les acteurs politiques du Mali doivent travailler de façon à éviter une crise postélectorale surtout à l’issue des prochaines échéances. « Nous vous invitons à mener des réflexions approfondies sur la vie politique de notre nation surtout en cette année électorale où notre pays fait face aux défis de l’organisation d’élections libres et transparentes afin d’éviter à notre pays de vivre une crise postélectorale. Évitons de rajouter la crise à la crise », a-t-il martelé.

Invitant les autres partis politiques à rejoindre les rangs de l’opposition afin d’instaurer une alternance en 2018, l’honorable Soumaïla Cissé n’a hésité de rappeler que sa formation politique, l’URD est parti de la main tendue pour recevoir les partis politiques soucieux de l’avenir de notre pays.

Me BaberGano du RPM :« Vos recommandations sont attendues pour faire élire le président IBK en 2018 »

Soutien au projet de révision constitutionnelle : Koutiala « son na »
Baber Gano

Quant au secrétaire général du Rassemblement pour le Mali (RPM), le parti présidentiel, il a exprimé que le parti du tisserand attend de cette assise de l’APR des recommandations pertinentes par la même occasion à tous les acteurs politiques se déclarant de la majorité présidentielle.

Il n’a pas manqué de rappeler la participation de qualité du parti du perroquet aux activités de la Convention de la majorité présidentielle (CMP), ce depuis les dernières heures de l’élection du président IBK en 2013. « Depuis 2013, votre participation au périmètre de la majorité a été plus que satisfaisante. Car, elle a permis de rendre possible la vision du président IBK, tout au long de son premier quinquennat », a-t-il ajouté.

La 2ème conférence nationale de l’APR a donné lieu à un véritable marchandage politique entre l’opposition et la majorité. En effet, après l’appel de l’honorable Soumaïla Cissé à l’intention des responsables de l’APR, le secrétaire général du RPM a saisi l’opportunité pour inviter le ministre commissaire à la Sécurité alimentaire, Oumar Ibrahima Touré et ses compagnons à accompagner IBK dans la zone de vérité, c’est-à-dire à la victoire en 2018. « Vos recommandations sont attendues pour faire élire le président IBK en 2018 », a-t-il renchéri.

Dr ChoguelKokalaMaïga du MPR : « L’APR est un parti d’envergure nationale et son président peut s’inscrire sur la liste des hommes d’État »

Choguel Kokalla Maiga
Choguel Kokala Maiga,

Prenant la parole, le président du mouvement démocratique pour le renouveau (MPR), Dr ChoguelKokalaMaïga précise qu’il va juste faire un constat. « Nous savons tous que les problèmes cruciaux dont dépend la survie de la nation malienne ce sont le problème du nord et la question de l’unité nationale », a-t-il laissé entendre.

À ses dires, les partis politiques qui ont pour vocation à conquérir et exercer le pouvoir au nom de la majorité des citoyens doivent faire en sorte que la majorité des citoyens puissent trouver une lueur d’espoir. « Lorsque j’ai écouté mon frère Oumar Ibrahim Touré et surtout lorsque je regarde la salle ainsi que les accoutrements, cette conférence nationale de l’APR apporte un démenti cinglant aux oiseaux de mauvais augure qui pensent qu’il y a deux Mali, un Mali du Sud et un Mali du Nord, car je vois le Mali des turbans, le Mali des chapeaux », a-t-il indiqué.

De son point de vue, à travers cette diversité multiculturelle, l’APR a fait la preuve, en seulement cinq ans d’existence, qu’il est un parti d’envergure nationale. Aussi, le président du parti peut s’inscrire sur la liste des hommes d’État. « Je peux raisonnablement dire que les Maliens peuvent porter en lui leur espoir. Je voudrais donc féliciter mon frère et ami Oumar Touré pour cette grande performance de créer et faire fonctionner un parti qui couvre l’ensemble du territoire national. Ce, en moins de cinq ans. Il y a des partis qui ont fait plus de vingt ans, ils ne sont que dans un cercle ou dans une région », a fait remarqué le président du MPR.

Mama PAGA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER