Issa Kaou N’Djim, le nouveau « garanké Mamou » de la transition

16

Homme politique, leader religieux et membre du Conseil national de transition,  Issa Kaou N’Djim  surprend plus d’un de par ses agissements et ses approches sur la gouvernance au Mali.

Si les autorités de la transition doivent compter sur Issa Kaou N’Djim pour relever le niveau du débat lors des réformes politiques et institutionnelles et se faire comprendre par l’opinion, le bout du tunnel est loin. Cet acteur politique au zénith de la contestation du Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques est loin d’être fédérateur. Il est plutôt vu comme oiseau de mauvais augure.

Pour rappel, Issa Kaou N’Djim était de ceux qui ont soutenu Ibrahim Boubacar Keïta en 2013 contre les autres candidats. Après l’accession du président IBK au pouvoir, l’homme a fait la pluie et le beau temps avec le régime en place. Il était considéré comme le bras armé du mouvement politique Sabati 2012, avant de prendre ses responsabilités pour participer à la création de l’autre mouvement politique fidèle à l’imam Mahmoud Dicko, Badeyaton. Face aux limites de ce mouvement dans un contexte politique plus exigeant, M. N’Djim lance la Coordination des mouvements, associations et sympathisants de l’imam Mahmoud Dicko. Cette fois-ci, il revendique la direction. Grâce à l’influence de l’imam, le mouvement réussira la sympathie de beaucoup de ses adeptes. Quelques mois après, il rejoint espoir Mali Kura avec son mouvement pour fédérer les actions contre IBK. Le début de la lutte a été laborieux. Seulement, l’homme abandonnera ses frères d’armes en pleine lutte pour changer de fusil d’épaule. Alors que l’unique objectif était le départ d’IBK, Issa Kaou N’Djim se désolidarise pour exiger le départ du gouvernement. Une volteface pour les membres du M5-RFP.

A peine le régime d’IBK est tombé, il compose avec le diable pour remettre en cause la belle cohésion au sein de la CMAS. Aujourd’hui, ce mouvement est devenu un serpent à deux têtes.

Et pour avoir un espace d’expression, il lance l’Appel citoyen pour la réussite de la transition (Acrt Faso Ka Wele). Objectif, selon lui : contribuer à la réussite de  la transition malienne qui durera 18 mois.

Selon lui, leur association a été lancée pour rassembler toutes les forces politiques et sociales du pays et se fixe comme objectif d’œuvrer activement à la réussite de la transition à travers un soutien politique et populaire. Cela, pour exiger les poursuites judiciaires contre les commanditaires, auteurs, complices des tueries de Sikasso, Kayes et des 10, 11 et 12 juillet 2020 à Bamako. Et d’exiger des poursuites judiciaires contre les auteurs de détournements des deniers publics et la réalisation des audits des établissements publics. Une association, selon lui, dont le mandat  prendra fin  avec la transition politique.

Ainsi, concernant leur plan d’actions, les premières activités en vue concernent un débat ouvert le 13 mars prochain, à Baguinéda, à l’endroit des femmes de cette localité et le 7 du même mois, d’un match de football, notamment une finale directe en commune III du district de Bamako.

En sa qualité de président de cette organisation, Issa Kaou N’Djim a fait savoir que la naissance de l’Acrt s’inscrit dans une dynamique de promotion d’espace politique qui soutient la réussite de la Transition, appelant les Maliens, les sensibiliser, les informer et surtout partager cette volonté qu’est la réussite de la période transitoire. « Il n’y a pas d’alternatif à la réussite de la transition. Ça doit être une transition qui nous conduit à la refondation de l’Etat, d’améliorer la gouvernance et d’aller à des élections crédibles, transparentes tout en prenant en compte des préoccupations majeures du peuple malien, le vivre-ensemble et pour appliquer aussi un accord qui doit préserver notre unité », a-t-il étayé.

Le 4ème vice-président du CNT a appelé à se mettre ensemble et rejoindre les plus hautes autorités pour le bonheur du pays. Comme message, M. N’Djim a réitéré leur soutien aux autorités de la transition et d’inviter le peuple à faire confiance aux FAMa. Cependant, il a convié le gouvernement à la bonne communication. « Nous demandons aussi au gouvernement de faire un effort de communication parce qu’il communique très mal…», a regretté le président N’Djim.

Le plan est réaliste. Mais l’homme qui le porte n’inspire certainement plus confiance aux yeux de beaucoup de Maliens. Il est pire que les acteurs de 1991 qu’il qualifie de corrompus.

Zan Diarra.

Commentaires via Facebook :

16 COMMENTAIRES

  1. Ce journaliste montre qu’il n’a aucun repère culturel en s’ exprimant de la sorte !
    Il faut apprendre à se connaître d’ abord !
    Celui qui ne sait pas d’où il vient ne sait pas où il va !

  2. Idriss c’est toi qui as tout faux et s’il te plait arretes et n’essayes pas de normaliser la segregation, la discrimination et le racisme, arretons des animosites de ce genre entre etres humains que nous sommes.

  3. Vous faussez tous, Garanke ne veut pas dire ces comportements de Kaou Djim. Le journaliste, il est tombe trop bas en s’exprimant ainsi.
    Paix au Mali .

  4. L ISLAM EST L ENEMI PERMANENT DU MALI LE COLONIALISME FRANCAIS ET LE CFA NE SONT QU OCCASINELS ET PERISSABLES!

    SOLDAT A RAISON!

    KAOU DJIM EST EN MISSION POUR DICKO ET DICKO EN MISSION POUR BOUYE QUI NE PARLE PLUS!

    BROWN!= FARAWN!
    QFAAR!

  5. Kinguiranke 11 Mar 2021 at 18:19 ;

    ” … arretons des epithetes qui rabaissent la race humaine comme Garanke, Djeli, Djon, Fina, Numu, Guessere, etc… ” …///…

    :
    Merci de dire les choses…
    Ceux qui sont privilégiés par ce système de castes et qui en profitent, ne peuvent pas comprendre qu’on veuille changer…

    Vivement le Mali pour nous tous.

  6. Kaou Djim est en mission pour Dicko afin de plomber Assimi GOITA. Attendez voir, il va le mettre à genoux afin que Dicko puisse saisir l’occasion.
    Ils ne voient que Assimi comme potentiel concurrent, donc ils veulent le décapiter.
    Ce mec est le futur Blé Coudé en con du Mali. Yougouyouhou ferela qui veut définir une stratégie pour le Mali. Eh pauvre pays!!!

  7. la grande soeur, ce que je veux c’est la fin de cette societe Malienne Castee, Segregationiste, Raciste et tres Discriminatoire, cette division qui ne nous unit pas autour des points de developpement essentiels pour notre pays, arretons des epithetes qui rabaissent la race humaine comme Garanke, Djeli, Djon, Fina, Numu, Guessere, etc….

  8. Extraordinaire de soutenir que ceux qui établissent les liaisons sociales (mariages, baptêmes, réconciliations, etc.) soient vus comme des hommes sans honneur, peu soucieux du respect de la parole donnée. Etablir le parallèle entre Garanké Mamou et les gens comme Kaou Djim c’est insulter nos anciennes valeurs.
    Ces valeurs nées de la division du travail plus qu’à toute autre considération.
    Personne n’est le captif de l’autre. Mais on s’arrange à répartir les fonctions (toi qui parle bien ; tu feras le jély; toi tu es plus habile : tu feras le forgeron ou le cordonnier. Toi tu vas être affecté à la défense contre l’ennemi.
    C’est comme ça que nos aieux s’organisaient.
    Nos contemporains qui n’y ont rien compris pensent qu’ils sont d’une race supérieure.
    Nègre plein, va tenir ce discours chez les racistes blancs.

  9. Kaou Djim sait comment fabriquer ses ennemis! Il dit avoir passe’ la nuit dans la douche sous le regime IBK. LES JEUNES DU M5-RFP N’ONT ATTENDU QUE QUELQUES SEMAINES APRES LE DEPART D’IBK, POUR VENIR DECHIRER SES HABITS AU SIEGE DU CMAS. SES PARTENAIRES AUSSI VIENNENT DE L’EVINCER DE LA PRESIDENCE DE….. QUELQUE CHOSE.
    KAOU DJIM TE’ FOY KALAMA!!! J’AI REGARDE’ L’INTERVIEW DE SON EPOUSE. LA DAME EST INTELLIGENTE!

  10. Bonjour,

    Ceux qui s’impatientent de la réponse de SEM le vice-président aux provocations de Kaou Djim et son association de le voir candidat à la présidentielle 2022, attendront encore longtemps car il est dans son un dilemme duquel il sortira vaincu sauf s’il choisit de rester à son poste honorifique durant toute la transition.

    Dans mon dossier de candidat au poste de président ou premier ministre de la transition, j’avais proposé de créer ce poste de vice-président pour que les militaires ne soient pas exclus mais en se portant candidat, SEM le vice-président, s’auto-exclura et en plus ne gagnera pas la présidentielle 2022 à cause des mécontentements cristallisés contre lui-même et les militaires.

    Kaou Djim appelle SEM GOITA a violé ou faire violer la charte de la transition, donc, à se faire piéger.

    De la part de quelqu’un siégeant au CNT, c’est inqualifiable.

    Une telle attitude faisant agir Kaou Djim dans les médias et dans des rencontres publiques hors de son travail devait amener le Président du CNT à lui infliger un avertissement : ça fait désordre, comme ce qu’avait fait Bien le Cerveau. Pourquoi ce dernier a eu droit à un recadrage et pas Kaou Djim ?

    Respectons les règles de la charte de la transition et de la transition.

    Il fallait mettre un article dans la charte de la transition empêchant de la violer.

    Mon conseil à SEM le vice-President garder votre honneur, votre dignité, respecter votre sermon, votre engagement en restant à votre poste tout en respectant vos honorables responsabilités.

    Bien cordialement
    Dr Anasser Ag Rhissa
    Expert TIC, Gouvernance et Sécurité, TEL 78731461

  11. Un N°10 qui joue remplaçant?!, je crois que cet énergumène de Kaou Djim Garanké n’est pas satisfait de sa situation et veut provoquer la masse populaire à une nouvelle révolution!!!

  12. Mon cher Kinguiranke, qu’est-ce que j’ai dit et qui n’est pas honnête dans mes propos? J’ai tout simplement déploré le fait que le journaliste a pris nommément le Vieux par son nom; et je sais que cela ne va pas du tout plaire à ses descendants. Il pouvait tout simplement dire que kaou est garanké de Assimi sans pour autant dire le nom du vieux Mamou. C’est juste ce que j’ai voulu faire comprendre. Si vous trouvez cela malhonnête de ma part, pardon!

  13. la grande soeur, ce n’est pas honnete ce que tu dis car Mamou etait garanke, alors soyons moins racistes moins discriminatoires et moins segregationnistes, pour laisser tomber ces epithetes qui rabaissent la race humaine! Quand a Kaou Djim, il derange beaucoup de personnes car ce qu’il dit est honnete et pas politiquement correct alors on se met sur son dos pour rien!

  14. Je suis entièrement d’accord avec la grande soeur. Le journaliste pouvait lui attribuer le nom garanké sans pour autant prendre par son nom, le Vieux Mamou comme l’a si bien dit la grande soeur.

  15. ” … Alors que l’unique objectif était le départ d’IBK, Issa Kaou N’Djim se désolidarise pour exiger le départ du gouvernement. Une volteface pour les membres du M5-RFP… ” …///…

    :
    Vous aurez beau essayer de le faire passer pour je ne sais qui, je ne sais quoi…, ça ma marche pas. Vous Monsieur, vous donnez la preuve de la cohérence de Issa Kaou DJIM…
    Comment vous pouvez demander le départ d’un Président de la République ” élu “, du POUVOIR…, et ne pas demander le départ de son Gouvernement… ???
    Ça n’a pas de sens… !

    Vivement le Mali pour nous tous.

  16. Mr le journaliste, avec tout le respect que je vous dois, je vous dis que vous avez offenser la famille de cet illustre disparu qui est Garanké Mamou. Vous pouvez désigner ce farfelu de issa kaou par un simple mot commun qui est “garanké”, sans pour autant dire le nom du Vieux décédé, paix à son âme. Il fallait pas le prendre par son nom. Vous pourriez tout simplement dire “garanké” un point c’est tout!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here