Jeamille Bittar sur la convocation d’IBK à Pau: «il n’y a ni la manière, ni la forme»

2

Le président du Pôle Politique du Consensus (PPC), Jeamille Bittar a animé une conférence de presse, ce mercredi soir, au siège provisoire du regroupement de partis politiques, à Sogoniko. Devant les journalistes, le conférencier a donné le point de vue du PPC sur trois sujets d’actualité: Affaire Christophe Sivillon, l’invitation des présidents du G5 Sahel à Pau et le Dialogue National Inclusif.

-Maliweb.net- «Déclarer Christophe Sivillon « persona non grata » au Mali est une décision salutaire», assure Jeamille Bittar. «Nous nous réjouissons de cette décision du président IBK qui va apaiser les cœurs», ajoute le conférencier. Au-delà de cette mesure, indique Bittar, Kidal ne doit pas être une base militaire étrangère au Mali. Kidal, dit-il, doit avoir des infrastructures civiles et la seule force qui doit sécuriser cette ville est l’armée malienne. Au-delà de l’affaire Sivillon, Bittar demande au gouvernement de régler la question du statut de Kidal.

Jeamille Bittar dénonce l’invitation des chefs d’Etat du G5 sahel par le président français Emmanuel Macron. «Il n’y a ni la manière ni la forme pour que nos chefs d’Etat aillent en France», fustige Jeamille Bittar. A ses dires, le président en exercice du G5 Sahel, en l’occurrence le président Mahamadou Youssouf du Niger, devait être saisi par Macron. C’est ce dernier qui devait saisir à son tour ses pairs. Pour Jeamille Bittar, le Mali doit revoir sa coopération avec la France. Sur la présence de la Minusma au Mali, Bittar estime qu’il faut penser à un plan de retrait.

Tous au DNI

Devant les journalistes, Jeamille Bittar a plaidé pour la participation de tous au Dialogue National Inclusif. «Nous disons à nos frères de venir dans le dialogue, car la politique de la chaise vide n’a jamais été payante», indique Bittar, à l’endroit de ceux qui ont refusé jusque-là de participer au DNI. Selon le président du Pôle Politique du Consensus (PPC), il y a cinq raisons pour que son regroupement participe au DNI: opportunité de se retrouver, opportunité de renouer avec le dialogue, diagnostiquer le mal malien, proposer des pistes de résolution à nos problèmes et renaître la confiance entre gouvernés et gouvernants, entre politiques et société civile.

Le Dialogue National Inclusif est, selon Bittar, une occasion pour le président IBK de ne pas aller à Pau. «Le président doit rester avec son peuple dans ce moment important. Même s’il ne peut pas être présent tous les jours du Dialogue, il doit être au Mali», soutient le président du PPC.

Mamadou TOGOLA/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Bittar tu feras mieux de t’occuper de ton parc auto. Un parc auto qui comptait plus de 50 cars voire 100 sont partis d’une manière fantôme. Bittar trans faisait la fierté malienne de la sous région. Quelle humiliation? Sais tu que tu es politiquement grillé à jamais ? Tu seras rien politiquement au Mali. Il faut te ressaisir, te remettre au travail pour reconstituer ton parc. Quand on tombe on cherche à se relever, c’est la devise des hommes. Retire toi de ces bla bla bla . Fait comme ton ancien mentor ATT.
    “A bon entendeur salue”

  2. Un autre imbecile qui conseille le Bouani IBK sur l’invitation de Macron, Bittar tu fais partie de ceux qui avec ATT ont seme les graines de la destruction de notre pauvre pays! Nous n’avons pas besoin des apatrides comme toi! Merci pour tes conseils mais tu peux les garder pour toi-meme!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here