Le candidat Choguel Kokalla Maïga lors de son meeting de campagne à Kati : « L’armée malienne a été trahie par l’élite politique»

3

Accompagné d’une forte délégation le candidat du Mouvement Patriotique pour le Renouveau le (MPR),   à l’élection présidentielle du 29 juillet,  Docteur Choguel Kokalla Maïga a tenu  dans la soirée du vendredi 20 juillet à Kati, 3ème région militaire du pays,  un grand meeting  sur la place publique  devant  la mairie de  Kati. Dr Choguel a  présenté  à la population de Kati son projet de société qui est  en grande partie axé sur la sécurité pour le Mali.

C’est sous une  grande escorte que le candidat du Mouvement Patriotique pour le Renouveau (MPR) le Dr Choguel Kokalla Maïga, accompagné d’une forte délégation composée de son directoire de campagne a été accueilli dans la ville de  Kati, située à 15 km de  Bamako par des militants venus en très grand nombre de tous les  démembrements de la section de Kati.

Lors de son mot de bienvenue le président de la section MPR de Kati, Adama Sidibé a salué  le candidat du parti d’avoir fait le déplacement à Kati pour ce meeting, malgré son programme très chargé. Selon lui, la situation sécuritaire du Mali  est  très critique durant ces dernières années. Pour lui  le seul homme qui peut sortir le Mali de cette impasse  est le président Dr Choguel Kokalla Maïga. Ce, en raison de sa parfaite connaissance de la crise. Avant de conclure son propos, M. Sidibé a invité la population de Kati à sortir massivement le 29 juillet afin d’élire le candidat du MPR qui n’est plus à présenter aux Maliens,  car il a toujours tenu ses promesses.

Quant au  président des jeunes de la section MPR de Kati, non moins 1er vice pdt du Bureau National des Jeunes MPR, Ladji Issouf Sangaré, il s’est largement étalé sur la question de l’insécurité au Mali, qui  est une préoccupation majeure  de la population de Kati. Et pour cause,  un  grand nombre des agents des forces de défense et de sécurité tombés sont de Kati.  D’où une  inquiétude des Katois  face  à la crise  sécuritaire de notre pays.

« Les politiques  ont politisé l’armée, Choguel est le seul  qui dit non à cette politisation de l’armée. Ces mêmes hommes disent qu’il n’y a pas de solutions au problème du nord, mais Choguel dit qu’il y a de solutions, donc l’homme qu’il faut à la place qu’il faut » a-t-il déclaré.

Choguel a détaillé son projet de société !

Vêtu  d’un grand boubou de couleur étincelante, Choguel en prenant la parole a tenu tout d’abord à remercier ses militants de Kati pour cette mobilisation de grandeur nature. Son intervention a été axée essentiellement sur son projet de société qui est de ‘’restituer au Mali, son honneur, sa dignité et sa souveraineté’’. Pour lui être président, c’est être un chef de famille,  qui doit chercher la solution à tous les  problèmes de la famille. « Être président n’est pas facile, il faut connaitre le pays  » a dit Choguel. Et d’ajouter que  certains se promènent maintenant à l’intérieur du pays pour connaitre les problèmes des uns et des autres, mais lui n’a pas besoin de faire cela parce qu’étant issu de ces milieux il connait mieux que quiconque les préoccupations de nos compatriotes de l’intérieur, de ce qu’ils  souffrent. C’est pourquoi, il a fait un développement pointu sur les difficultés des ruraux, notamment les cotonculteurs, qui évoluent dans une précarité sans précédent.

Pour lui, avant de soigner un mal, il faut le diagnostiquer, au Mali  notre mal est la sécurité au nord qui est descendu au centre. « Tout président qui viendra vous dire qu’il va vous donner de l’emploi, l’éducation, santé. Tant que qu’il n’y a pas de solution pour la crise du nord, le pays n’aura pas la stabilité » a déclaré Dr Choguel.  Et de poursuivre : « pour la stabilité, il faut une armée forte ».

Selon lui, le président qui est au pouvoir n’a pas été élu en 2013 pour  construire des écoles, des routes et biens d’autres infrastructures, mais pour assurer la sécurisation du pays, parce que les gens  croyaient, qu’il était l’homme de la situation. « La cause de l’élection du  président de la République en 2013 n’a pas été atteinte »  estime Dr Choguel Kokalla Maïga.

Plus loin il dira  que l’armée malienne a été trahie par l’élite politique. Ce qui a fait que, selon lui, le  Mali est devenu un pays sous tutelle de la communauté internationale.

Il promet de redresser l’armée en consacrant 80 % de son énergie durant la première année de son élection sur cette mission, car dira–t-il la paix est l’intérêt de la majorité du peuple. Pour Choguel après le redressement de l’armée, vient le monde rural comme deuxième priorité et  suivront d’autres domaines comme l’école, la santé et les autres secteurs.

Par Jean Joseph Konaté 

===============

Choguel Kokalla Maïga, candidat du MPR sur le plateau du CNPM :

 « Le rôle d’un président n’est pas de créer des emplois, mais en créer les conditions»

Organisé à l’attention des candidats à l’élection présidentielle, le président du Conseil National du Patronat (CNPM), Mamadou Sinsy Coulibaly a reçu sur son plateau dénommé ‘’ Mémorandum du secteur privé’’ le candidat du Mouvement Patriotique pour le Renouveau (MPR), Dr Choguel Kokala Maïga le mercredi 18 juillet dans la salle de conférence du CNPM.

« Le développement des secteurs économiques, la création d’emplois et la sécurité dans notre pays » tels ont été les sujets abordés avec le candidat Choguel K Maïga sur ce plateau.

En effet, l’objectif pour le CNPM est d’ouvrir la voie à un quinquennat qui verra se concrétiser les aspirations les plus légitimes pour l’émergence d’un secteur privé malien, fort, dynamique compétitif, créateur de richesses et d’emplois.

Très à l’aise dans un tel exercice, le Dr Choguel Kokalla Maïga comme dans un cours magistral a d’abord abordé la question sécuritaire. Condition sine qua none selon lui pour la prospérité du climat des affaires au Mali. « En tant que président de la République ma priorité serait de faire en sorte que la sécurité des personnes et des biens soit une réalité sur l’ensemble du territoire national » a-t-il promis avec un ton ferme.

Dans un langage franc, il dira que l’Etat doit avoir la force nécessaire d’assurer la sécurité des citoyens sur toute l’étendue du territoire dans le cadre de leurs activités. Qui ne doivent, selon le candidat du MPR, avoir aucune crainte d’agression encore moins d’enlèvement ou d’assassinat.

Selon lui, sous son régime la rigueur sera de mise par rapport au respect du droit de protection des citoyens contre toutes les formes d’injustice afin de préserver leur   sécurité, gage d’une paix sociale durable. « Je m’engagerai une fois président à faire respecter le droit pour protéger   les hommes d’affaires, les paysans, éleveurs, pécheurs, les jeunes et femmes contre toutes les formes d’injustice » a-t-il promis.

Parlant de l’axe économique de son projet de société, l’ambition du président du ‘’ Tigre debout’’ consiste à développer les secteurs créateurs de richesse et pourvoyeurs d’emplois. Il, s’agit donc pour lui de concentrer tout son effort dans la promotion des investissements dans le secteur de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche et de l’industrie. « Les moyens pour protéger les entrepreneurs qui prennent le risque de s’investir dans ces secteurs ne manqueront pas » a-t-il déclaré.

En réponse aux candidats qui promettent de créer des milliers d’emplois une fois à la magistrature suprême, Choguel se démarque de cette logique et soutient qu’un président de la République n’est pas élu pour créer des emplois. « Le président crée des conditions pour que le secteur privé s’émerge et y créé des emplois » a-t-il précisé.

Pour la mise en exécution de ses engagements et leur suivi régulier, Choguel Kokalla Maïga promet de nommer un conseiller spécial qui servira de croix de transmission entre le président, les hommes d’affaires et le gouvernement.

Par Fatoumata Coulibaly

=========

DR CHOGUEL KOKALLA MAÏGA en deux mots !

Choguel Kokalla MAÏGA de son vrai nom  Chouaïbou Issoufi Souleymane est né en 1958 à Tabanco dans le cercle d’Asongo.

Il est actuellement connu sur l’ensemble du territoire national et hors de nos frontières comme celui qui préside aux destinées du Mouvement Patriotique pour le Renouveau(MPR) et qui vient de se déclarer candidat à la présidence de la République du Mali, le Dr Choguel Kokalla MAÏGA est issu d’une famille qui s’occupe de la politique depuis plusieurs générations.

Le tarik de cette famille pieusement conservé et régulièrement mis à jour ainsi que les témoignages vivants attestent qu’il descend du fondateur de l’empire Songhoï Sony Ali Ber et qu’il appartient à la 16ème génération descendant de cet homme d’Etat exceptionnel. Du 15ème siècle à ce jour sa famille a constamment joué un rôle majeur à toutes les phases de l’histoire politique du peuple malien. En 2002, il a défendu les couleurs du MPR à l’élection présidentielle où il a été classé 7ème sur 24 candidats.

Pour les Maliens le président du parti du tigre incarne le courage, la persévérance, la capacité d’anticipation, plus d’un adversaire à saluer en lui ses qualités redoutables de polémiste, visionnaire, serein, affable…

Le Dr Choguel Kokalla MAÏGA dès sa jeunesse fait preuve de lucidité et d’une grande ouverture d’esprit.

QUELLE EST SON AMBITION ?

L’Idéologie de son parti est la construction d’un Etat démocratique républicain. D’une société libérale, forte du fonds consensuel du peuple malien, option que le 2ème congrès du parti a identifié sous la dénomination du libéralisme consensuel.

Convaincu que rien de durable ne peut être réalisé dans une nation divisée il ne cesse de prôner la réconciliation nationale fondée sur la vérité et le pardon, il s’engage à restituer au Mali son honneur et sa dignité, sa grandeur comme on le dirait en Bamanakan « Ka Mali Dambé Ségui a ma»  et pour ce faire il formule à l’intention du peuple Malien les 5 propositions suivantes :

  • Rebâtir l’Etat en restaurant l’ordre et la sécurité garant du développement
  • Réaffirmer l’unité du peuple et l’intégrité du territoire national
  • Restituer le pouvoir au peuple en lui conférant la possibilité de conception de contrôle et de sanction.
  • Former les acteurs du développement grâce à un système scolaire et universitaire performant
  • Assurer la promotion de la femme et redonner espoir à la jeunesse.

En définitive, il s’agit pour le de Dr Choguel Kokalla MAÏGA de réarmer moralement le peuple MALIEN, le remettre au travail en suscitant et en soutenant les initiatives afin que chaque citoyen de notre pays puisse vivre honnêtement du fruit de son labeur,

Renforcer la solidarité nationale et en faire le socle pour promouvoir l’amélioration des conditions de vie du peuple.

Le journal l’Essor écrivait déjà dans les années 1980 que de nombreux annalistes s’accordent plutôt pour louer son réalisme politique. « En tant que leader il ne manque pas de punch d’éloquence lorsqu’il s’agit de haranguer  les militants ».

L’homme se bat avec rigueur pour un éventuel critique mais honnête du bilan de la 2ème République et reste intransigeant vis-à-vis des dirigeants actuels dont il fustige les erreurs et les dérives.

Avec lui le MPR s’est imposé comme une force incontournable sur l’échiquier politique Malien, un poids de l’opposition

Dès son jeune âge l’homme aura retenu l’attention par deux traits de caractère essentiels d’exceptionnelles qualités intellectuelles et des qualités avérées de meneur d’hommes.

Toujours major de sa promotion !

Docteur Ingénieur en Télécommunications, diplômé de l’Institut des Télécommunications de Moscou,  Choguel Kokalla MAÏGA se distingue par un brillant cursus scolaire et universitaire.

De 1963 à 1974, il fréquente des écoles fondamentales de Tabanco et du Bara cercle d’Ansongo se maintenant régulièrement premier de sa classe.

De 1974 à 1977 il entre au lycée Technique de Bamako d’où il sort major de sa promotion en série Mathématique Technique et industrielle(MTI) avec un baccalauréat technique.

De 1977 à 1988 : il fréquente l’université d’Etat de Biélorussie Ex URSS et l’institut des télécommunications de Moscou. Ses études supérieures dans un premier temps sont sanctionnées par le diplôme d’ingénieur des télécommunications avec mention Excellente et les félicitations du Jury.

Son attachement  au pays se manifeste à travers le choix du thème de son mémoire de fin d’étude ‘’le désenclavement par Réseau Hertzien ou par Satellite des régions nord du Mali Mopti, Tombouctou, Gao, Kidal’’, projet qui sera réalisé 13 années plus tard. Le jury apprécie la pertinence du sujet traité et à l’unanimité lui recommande pour des études post universitaires.

C’était en 1983, quatre années plus tard en 1987, il soutient avec brio une thèse de doctorat d’Etat en télécommunications.

2002-2007, il siège au gouvernement comme Ministre de l’Industrie et du Commerce. En tant que Ministre il retiendra l’attention par ses talents de négociateur, concepteur et de rénovateur.

Ainsi Dr Choguel Kokalla MAÏGA a représenté le Mali dans les différentes négociations internationales sur le commerce et le développement dont les plus emblématiques furent les négociations au sein de l’Organisation Mondiale du Commerce OMC où en fin négociateur il a mené la célèbre bataille du coton pour protéger les intérêts des paysans Maliens et Africains contre les subventions des pays développés.

Dans ces différents forums en sa qualité de négociateur en chef choisi par ses paires il a défendu les intérêts du Mali et s’est fait le porte parole aussi bien de l’ensemble des pays africains producteurs de coton que de ceux des pays les moins avancés (PMA) des autres continents. Les résultats de cette bataille épique sont unanimement reconnus pour la première fois dans les négociations commerciales internationales.

Le Mali, l’Afrique et le tiers monde en général ont su et pu défendre dignement leurs intérêts. Cela s’est traduit par des retombées importantes pour notre pays et le monde paysan.

Par ailleurs le ministre a conduit les délégations du Mali dans plusieurs rencontres consacrées aux accords de partenariat économique(APE) entre l’union Européenne et les pays d’Afrique des caraïbes et du pacifiques ACP. Il a mené à terme le processus de qualification du Mali aux …visa……..textile AGOA pour l’accès des produits textiles Maliens au marché Américain sans droit de douanes. L’histoire retiendra aussi de lui qu’il a été l’initiateur ou l’un des concepteurs d’actions et des projets vitaux structurant l’économie du pays au profit des couches des plus exposées de la population.

En Février 2008 après son départ du gouvernement Malien, il était Directeur Général de l’Autorité Malienne de Régulation des télécommunications TIC et Postes ‘’AMRTP’’. A la tête de cette structure stratégique il a travaillé à insuffler une forte vitalité au secteur des télécommunications et des TIC faisant du marché malien l’un des plus dynamiques en Afrique et dans le monde.

Dans l’exercice de ses fonctions, il se distingue auprès de ses collèges et de ses supérieurs hiérarchiques par ses qualités tant professionnelles qu’intellectuelles et morales. Tous reconnaissent en lui un cadre compétent intelligent, sérieux, très exigeant sur la qualité du travail, mais aussi très courtois et respectueux dans ses rapports avec les autres.

-De janvier 2015 à juillet 2016 : il siège au Gouvernement comme Ministre de l’Economie Numérique et de la Communication, Porte-parole du Gouvernement
– Pendant cette période, d’importantes réformes ont été initiées ou parachevées dans les secteurs dont il avait la charge au sein de l’équipe gouvernementale.
– Il s’agit, entre autres :
-des textes portant création de la Haute Autorité de la Communication ( HAC),
-de la réforme du secteur de l’audiovisuel avec le changement du statut de l’ORTM et le passage à la Télévision Numérique Terrestre ( TNT)
-la création du Centre d’Information Gouvernemental du Mali ( CIGMA),
-les lois sur la cryptologie au Mali, les transactions , échanges et services électroniques
– la Politique Nationale de Développement de l’Economie Numérique
-la Politique Nationale de Communication pour le Développement.
– la loi sur la Société de l’Information au Mali
– la mise sur pied du Comité national de pilotage du programme
e-gouvernement
les textes sur la relance de la Poste et la Réglementation du Secteur postal
– la dotation de l’AMAP d’une nouvelle imprimerie.

Le 28 juin dernier, Dr Choguel Kokalla Maïga a lancé son livre : « Les Rébellions au Nord du Mali, des origines à nos jours », coécrit avec le Pr Issiaka Ahmadou Singaré. Cet ouvrage constituera l’argumentaire principal de Choguel  pour animer sa campagne lors de ce scrutin présidentiel, lui qui fut un brillant élève, un étudiant studieux, un cadre dévoué à la cause de son pays et un politique profondément attaché au retour de la stabilité dans notre pays.

« Restituer au Mali son honneur, sa dignité et sa souveraineté » tel est le slogan de ce candidat.

La Rédaction

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. M. Choguel Kakala Maiga, c’est ton ami ATT qui a le plus trahi l’armée malienne, sa mère nourricière, et par conséquent, le Mali, son père protecteur. C’est pour cela qu’il est un maudit. Voyez comment il est parti. M. Kakalla, pourquoi est-ce que tu n’as dit cela quand ton ami était à la tête du pays? N’es-tu pas un peu opportuniste, M. Kokari Maïga?

  2. comrades as we all know there is but one candidate possessing withal to manage security to extent security must be managed if Mali is to have Perpetual World Class Modern Living throughout Mali. That guy is Moussa Coulibaly. If IBK “the French Puppet” had properly done what was needed over last five years modern living development in Mali would be of position to thrive however, IBK sought to have minor development in plus near Bamako while stealing funds that should have gone for lasting major developments in Bamako plus minor infrastructure developments in smaller cities plus rural areas. By now clean water should be available to all citizens of Mali plus Bamako should be having modern sewage treatment plant. Unfortunately funds for these entities are in foreign bank accounts of IBK, IBK family members plus IBK foreign partners of European bankers, diplomats, businessmen plus others.
    Soumalia Cisse’ is servant to IBK encouraged to run for president with intent of depriving Moussa Coulibaly of votes that would have Moussa Coulibaly easily defeat IBK. Let us not forget that it was group of IBK, Soumaila Cisse’ plus Ras bath that have led to this condition of IBK plus Soumalia Cisse’ attempting with IBK media controlled assistance to appoint themselves front runners in this election as if citizens of Mali are mentally enslaved plus unable to decide for themselves who they believe will best represent them.
    IBK have had five years to demonstrate his incompetence at fulfilling Mali security needs against terrorists plus demonstrating unwillingness to duly develop Mali in order to by way of corruption steal as much of Mali new found wealth as humanly possible. It was drug addict Ras Bath who led us to Soumaila Cisse’ in order to fulfill agreement Ras Bath made with IBK in order for Ras Bath to avoid serving one year prison sentence that was pronounced against him. We are not so foolish to believe that IBK would select opponent who is capable of beating him thus, for us to select IBK to run second round of election against Soumaila Cisse’ would be charade of election. It would be better not to have election at all.
    To conclude in truth our best choice for president of Mali remain as it was when campaigning for president of Mali started. That is Moussa Coulibaly.

    VOTE MOUSSA COULIBALY FOR PRESIDENT OF MALI JULY 29, 2018
    pATRIOTIC MOVEMENT FOR CHANGE

    VERY MUCH SINCERE,
    Henry Author(people of books) Price Jr. aka Obediah Ubuntu IL-Khan aka Kankan aka Gue.
    translationbuddy.com

  3. CHOGUEL n’a dit que la pure vérité….et il n y a pas beaucoup de politiciens qui connaissent mieux les maux de ce pays que ce monsieur. Dommage que cette élite n’a jamais été inquiétée pour ces crimes!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here