Mali: le président IBK fait quelques annonces concrètes pour contenir la grogne

8

Au Mali, le président Ibrahim Boubacar Keita s’est adressé mardi 16 avril à la nation. C’était à la télévision nationale. Une allocution très attendue après le massacre de 160 civils peuls à Ogossagou, dans le centre du Mali à la fin du mois dernier, et l’importante manifestation populaire qui s’en est suivie. Fronde sociale, grève des enseignants, conflits communautaires, depuis des semaines le gouvernement d’IBK est sur la sellette. Le président a fait hier quelques annonces concrètes pour contenir la grogne.

D’abord il y a le choc d’Ogossagou. « Les violences communautaires ne peuvent s’ajouter à celles des groupes terroristes », prévient le président. IBK hausse donc le ton et promet que l’État malien sévira contre « toutes » les milices.

D’autres mesures sécuritaires sont annoncées : plus de militaires dans le centre du Mali et le soutien des partenaires tels que la Minusma, la force de maintien de la paix de l’ONU et Barkhane, l’opération militaire française.

À cela s’ajoutent des mesures sociales pour les populations du Centre : « Un fonds d’intervention d’un milliard de FCFA sera mis en place en faveur de nos compatriotes qui, du fait de l’insécurité, se trouvent aujourd’hui dans une détresse extrême. Sur mes instructions, le gouvernement procédera également à un glissement de crédit de 12 milliards de FCFA vers les services sociaux de base dans le cadre du plan de sécurisation intégrée des régions du Centre. »

Sur le front social toujours, IBK promet de débloquer les salaires des enseignants grévistes. C’était un des points d’achoppement dans les négociations, alors que les enfants maliens sont privés d’école depuis des semaines.

Dernière annonce : elle concerne la réforme de la Constitution. C’est l’une des dispositions de l’accord de paix de 2015. IBK propose l’organisation d’une grande concertation nationale du 23 au 28 avril prochain.

Par RFI Publié le 17-04-2019

Commentaires via Facebook :

8 COMMENTAIRES

  1. ANSARY, ta “lecture” POINT PAR POINT de ce énième pathétique bla-bla présidentiel est un veritable modèle de pertinence et de lucidité !

    Chapeau bas!

  2. …LES ARABISES OU ARAPISSES SONT NULS ET N ONT RIEN A DONNE A NOTRE PEUPLE QUE LEUR BATARDISE…

    …LES FRANCISES FOUS-DE-FRANCE N ONT QUE LEURS EGOS ET NE PENSENT QU A DEVALISER ET S IMPOSER PAR BATARDISE-FRANCAISE, ILS N ONT RIEN A DONNER A CE PEUPLE….

    ***LE PEUPLE A SA MAJORITE NON-ARABISE-ARAPISSE ET NON-FRANCO-IDIOTISES DOIT SE PRENDRE EN MAIN ET RETABLIR L ORDRE TRADITIONEL DANS LA MODERNITEE A TRAVERS SES FILS RESTES DIGNES***

  3. Pour les concertations nationales, la présidence doit être confiée à une personnalité qui n’est pas comptable de la gestion des 28 années de la démocratie pour des raisons d’être comptable juge et partie et qui n’aurait qu’un seul objectif : empêcher la vérité d’être dite sur la réalité calamiteuse de la gestion du pays de l’ère démocratique.

  4. Pauvre IBK au bord du précipice que lui-même a crée au sein de la République, il est loin des désidératas de son peuple, c’est dommage de voir un Président qui n’est plus au diapason des réalités de son peuple, il a tapé à côté, il est au bord de la plaque, il ne sent plus son peuple, son régime va sans équivoque tomber devant ses collaborateurs totalement désarmés et sans inspiration. Nous sommes face à l’option de la mise en route d’une quatrième République sans nul doute, souhaitons que cela se fasse à l’algérienne sans aucune violence, cela nous étonnera beaucoup. Nous sommes dans l’oeil du cyclone dont le déclenchement aura lieu certainement le vendredi prochain sous la bannière des islamistes maliens sous l’oeil impuissant de nos partis politiques totalement disqualifié de la course au pouvoir, comment gérer cette transition?

  5. Un discours nul
    L’adresse à la nation du Président IBK du 16 avril 2019 est d’une médiocrité improvisée et déconcertante. Des formules philosophiques et poétiques à l’emporte pièce se disputent à de nombreuses fautes et à l’essence des messages qui ne répondent finalement à aucune question du moment.
    1ère remarque : IBK confesse que sa parole est jugée rare ? Par qui et pourquoi ? Depuis la marche du 5 avril, il s’est exprimé tous les jours directement ou indirectement aux acteurs de la société civile et aux leaders politiques.
    2ème remarque : l’expression laisser le temps au temps est incorrecte. Cette formule philosophique qui n’a aucune valeur dans le message se dit plutôt donner du temps au temps.
    3ème remarque : éviter la passion est inexact dans la prise de décisions, pas dans l’écoute du peuple.
    4ème remarque : l’évocation de l’incendie survenue à la basilique notre dame qui n’a pas fait de victime dans un message s’adressant à la nation est un mépris de l’ordonnancement des sujets.
    5ème remarque : le bout de phrase « logés à la même enseigne » apparaît comme une fuite de responsabilité pour justifier le semblant d’absence du chef de l’Etat sur les décisions à prendre au quotidien. Surpris par les évènements, ses invectives privées ne font plus peur à personne de son entourage qui s’est enrichi très rapidement et s’abonne aux fêtes et aux danses en discothèque alors que brule le pays.
    6ème remarque : le long retour sur les évènements d’Ogassagou qui avaient fait l’objet d’un conseil des ministres extraordinaire et de nombreuses déclarations officielles était oiseux et sans intérêt.
    7ème remarque : parler d’une jeunesse en perdition et en échec est également une preuve palpant de l’échec du Président qui a déroulé le tapis rouge pour des enfants gâtés, des activistes et de jeunes griots dont le seul mérite est l’injure et l’excès.
    8ème remarque : le mot glissement des fonds est une périssologie politique utilisée en RDC pour justifier le report anticonstitutionnel d’une élection. Il ne correspond pas au transfert de ressources d’un secteur à un autre. Ne s’agit il pas des mêmes fonds prélevés sur les acquis des départements ministériels (carburant, alimentaires,…).
    9ème remarque : cartes sur table dont parle le président, ne se rapporte t-il pas au nom générique de l’émission d’un chroniqueur ami Soumaila Cissé.
    10ème remarque : cartes sur table pour parler de nos problèmes dont parle le président IBK, ne se rapporte t-il pas au nom générique de l’émission d’un chroniqueur ami Soumaila Cissé.
    11ème remarque : contrairement à ce que dit le Président, le Forum national sur l’éducation a eu lieu en 2008 et non en 2011. Citer le nombre des recommandations n’apporte aucune valeur ajoutée à ce message qui devait avoir de la hauteur.
    12ème remarque : le point d’équilibre sur la question de la grève à instruire au gouvernement est tardif et superfétatoire.
    13ème remarque : le point d’équilibre sur la question de la grève des enseignants à instruire au gouvernement est tardif et superfétatoire.
    14ème remarque : le triumvirat est un terme qui correspond plus à des parties qu’à des personnalités le sens du mot ayant évolué, il faillait seulement dire 3 personnalités en citant au besoin le nom du président.
    15ème remarque : la fixation de la date de la concertation à l’avance porte en elle-même les germes de son échec. Les personnalités choisies ne seront que des épouvantails dans une camisole de force sans cadrage et conduite élaborés par eux.
    16ème remarque : pourquoi IBK parle de consensus solide à faire alors qu’il a toujours défendu le fait d’une majorité qui gouverne et d’une opposition qui attend son tour.
    17ème remarque : le Forum national sur l’Ecole n’a pas été organisé par l’actuel régime.
    18ème remarque : quant IBK dit « au nom du sang qui nous unit, au nom du lait que nous avons sucé » on peut se demander s’il avait vu le texte préparé par son rédacteur avant de le lire. Des termes aussi primitifs que sucer le sein ou téter le lait, c’est le comble de la vexation à toute la nation. Cela ne correspond pas non plus à la définition de la nation.

  6. comrades communique from Julu Mandingo to Julu Ubuntu, Muslim Ubuntu plus Christian Ubuntu. Well after all is done plus said it still seem like that faggot president of france is clearly giving IBK orders that are being followed. In short liberty or death is being promoted plus liberty or death fight have not ever been fights for Old Men to lead.
    For sure IBK government have multitude of serious problems that possess dynamic effect plus it continue to seem that IBK is aware of those problem but lack competence to deal with them as they must be dealt to bring productivity plus cessation to negative conditions of those issues. As for schools IBK government must stop subscribing to that centuries old European method of to intentionally create economically poor by failing to give citizens adequate modern basic education that would make them capable of pursuing vast number of professions upon those citizens receiving advance education that world class basic education have prepared them to undergo. This deprivation of education is method applied to create elite groups consisting of members who have been provided basic world class education plus some advance learning. In most cases they are not geniuses plus whatever they do common citizen provided same basic education may also do as well maybe better thus for that cause common citizen through cleverness of government officials manipulating school system by directing school system in manner it do not provide basic world class education it should provide.That is despicable plus next to maintenance of unproductive customs is real cause Ubuntu now are undergoing 20 year genocide few Ubuntu appear to realize we are undergoing.

    WHY are french still in Mali pretending they are doing for us what we are able to do for ourselves if french leave. french is not our saviour instead french are major part of problem.
    Very much sincere,
    Henry Author(people of books) Price aka Obediah Ubuntu IL-Khan aka Kankan aka Gue.
    translationbuddy.com

  7. Pour contenir la grogne,il faut plus que ces mesurettes.
    Le président doit se remémorer les raisons pour lesquelles les maliens ont massivement porté leurs choix sur lui en 2013 au plus fort de la crise,que six ans après,il est obligé de provoquer un discours pour calmer la population exténuée par la situation économique et sociale du pays.
    Les MALIENS exigent un nettoyage complet de l’ administration publique de tous les hommes sales qui ralentissent ou empêchent l’exécution des décisions gouvernementales comme promis en 2013.Les milliards annoncés vont certainement se perdre dans cette administration.
    Les MALIENS exigent une indépendance totale dans l’élaboration de la nouvelle LOI FONDAMENTALE comme symbolisé par le candidat IBK par le slogan MALI D’ABORD.
    Les MALIENS veulent une conférence nationale souveraine bis permettant de valablement faire face à la plus grande crise de notre histoire.
    Les MALIENS espèrent qu’ IBK soit véritablement le président du MALI c’est à dire débarrassé de l’influence d’un CLAN autour de sa femme,de celle de la France qui lorgne le NORD de notre pays.
    Les MALIENS auraient aimé que le président annonce le départ de son premier ministre particulièrement rejeté par la population,convoque une conférence nationale souveraine au sortir de laquelle sera formé un gouvernement de large ouverture qui s’occupera d’exécuter les recommandations de la conférence.
    Les mesurettes annoncées vont certainement intensifier la grogne.
    OSER LUTTER ,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue .

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here