Malick Coulibaly : Ministre de la justice et des droits de l’homme, garde des sceaux

0

Malick Coulibaly avait déjà été ministre de la Justice, Garde des Sceaux dans le gouvernement de la Transition en 2012. Après cette expérience gouvernementale, il a été élu à l’unanimité, le 6 janvier 2018, président de la Commission nationale des droits de l’Homme (CNDH), poste qu’il occupait jusqu’à son retour au gouvernement pour diriger le même département de la Justice et des Droits de l’Homme.

Malick Coulibaly est né le 14 octobre 1971 à Bamako. Après un bac en série langues et littérature, il entre à l’Ecole nationale d’administration du Mali (ENA) où il passe une maîtrise en droit privé. Ce diplôme lui ouvre les portes de la Faculté de droit de Paris X Nanterre en 1999 (maîtrise droit privé) puis celles de la Faculté de droit de Montpellier (DEA droit privé fondamental et doctorat en droit privé et sciences criminelles) et de l’Institut de formation judiciaire.

Malick Coulibaly a été successivement chef du Département d’études et de recherches (DER) de droit à l’Université Mandé Bukari d’octobre 2004 à juin 2009. Il a aussi été chargé de travaux de cours magistraux et de travaux dirigés à la Faculté de sciences juridiques et politique de Bamako (FSJP) où il enseigna le droit civil, le droit des obligations et de biens, le droit de successions et régimes matrimoniaux, etc.

Malick Coulibaly fut substitut du procureur de la République près le Tribunal de première instance de Kati jusqu’en septembre 2008. En 2008, il démissionne de la magistrature, pour protester contre la non exécution d’une décision de justice. L’affaire fait alors grand bruit. Il se reconvertit dans la consultation privée. Jusqu’à sa nomination dans le gouvernement de la Transition, Malick Coulibaly était expert en formation en droit humain au Programme d’appui conjoint des Nations unies à la promotion des droits humains et genre (PCDHG).

Le nouveau Garde des Sceaux est l’auteur de nombreuses publications dans le domaine judiciaire parmi lesquelles on retient «Les voies de recours extraordinaires en droit malien» ; «La saisie immobilière selon le droit communautaire OHADA» ; «La criminalité chez l’adolescent au Mali». Marié et père de plusieurs enfants, il parle le français et l’anglais. Ces hobbies sont la lecture et la marche.

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here