Ministère des affaires étrangères : Les travailleurs en débrayage du 18 au 20 mars

4

Après avoir menacé l’administration d’observer trois jours de grève, le bureau central du Syndicat libre des Travailleurs des Affaires étrangères (SYLTAE) passe à l’action en déposant, hier 12 mars 2019, sur la table du gouvernement.

Selon le syndicat, aux termes du procès-verbal de conciliation, intervenu en application du Protocol d’Accord signé le 17 juillet 2017, le Gouvernement s’est engagé à faire examiner les différents textes en l’occurrence, le projet de Statut du Corps diplomatique de la République du Mali et le Décret n° 05-0464/P- RM du 17 octobre 2005 fixant la valeur du point d’indice du personnels occupant certains emplois dans les Missions diplomatiques et Consulaires, en corrigeant les inégalités salariales criardes entre la zone du francs CFA et les autres zones, dans un délai de trois (3) mois. Au dire du bureau central du SYLTAE, ce délai étant expiré et en dépit des multiples démarches entreprises auprès de l’Administration en charge des Affaires étrangères, ils n’ont reçu à ce jour, aucune information sur l’évolution de l’examen desdits textes. C’est fort de ce constat, que le SYLTAE a décidé de reconduire son mot d’ordre de grève de 72h à compter du lundi 18 mars au mercredi 20 mars 2019. Durant ces trois jours de grève, le service minimum sera assuré au département central comme suit : un Directeur, une secrétaire et un chauffeur. Au niveau des missions diplomatiques et postes consulaires, il sera assuré par : l’Ambassadeur et Ie Consul Général, une secrétaire et un chauffeur. Par ailleurs, au cours de la grève, les services suivants ne seront pas fournis : la légalisation des documents d’état civil au sein de la Direction des Affaires Juridiques et les études des passeports diplomatiques et de services, la réception el la délivrance des passeports diplomatiques el de services nu niveau de la Direction du Protocole de la République et la permanence à l’aéroport par les agents du Protocole de la République.

Ousmane Baba Dramé

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. C’ est déjà assez pathétique que le secrétaire général d’un département aussi stratégique que le ministère des Affaires étrangères de surcroit Conseiller des affaires étrangères de son état, refuse de communiquer avec le syndicat d’abord puis et pire avec la presse, sur des dossiers aussi importants de la vie du département et qui du reste font l’objet d’un mémorandum d’entente avec le gouvernement. L’on en arrive à se demander finalement à quoi sert l’administration aux affaires étrangères, cabinet et secrétariat général confondus?
    Voila ce qui pousse à juste titre le syndicat à l’extrémisme.
    Avec cette grève de 72 heures au Mali et dans les ambassades et consulats, la ministre en prend déjà pour son compte et le gouvernement aussi
    Elle doit tout simplement démettre son secrétaire général et son Chef de Cabinet et démissionner elle-même.

  2. LES ACTES DE NAISSANCES SERVENT SEULEMENT A L’ETAT DE FAIRE DES BONDS ET ENDETTER CES NOUVEAUX NEE DE DETTE DE L’ETAT.S’IL PEUT MME ARRETER CA POUR QUE TOUT LE MONDE SOIT NEE PANAFRICAIN OU PANTERRE.

  3. Tu ne sais de quoi tu parles, si le Mali a survécu à la crise de 2012, c’est bien parce que la diplomatie est dynamique et efficace. C’est grâce à elle que les partenaires ont couru au secours de notre pays. Regardez ce qui se passe au Venezuela. Demandez le minimum vital pour un père de famille ce n’est pas trop demandé. La diplomatie est la deuxième grande muette de l’Administration. Mais au Mali même si l’on te coupe la langue est obligé de parler au cas contraire tu meurs en silence.

  4. Le Syndicat libre des Travailleurs des Affaires étrangères (SYLTAE) n’a aucune raison de grever.
    Notre Pays est parmi les derniers d’Afrique en terme de développement. Leurs mauvais résultats parlent pour eux.
    Le Mali figure toujours dans dans le bas du classement, parmi les 5 derniers pays au Monde.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here