Mobilisation contre la révision constitutionnelle : Haro sur un referendum dicté de l’extérieur !

5

Sous les pressions combinées de la France et du conseil de sécurité de l’ONU, le président Ibrahim Boubacar Keïta a remis la révision de la Constitution en tête de ses priorités. Mais, pour de nombreux Maliens, la nouvelle révision projetée s’inscrit en droite ligne d’un vaste complot contre le Mali. Alors, des voix s’élèvent pour dire Non à ce projet qui trace la voie à la partition du Mali. Alors, IBK n’a qu’une seule option : céder face aux pressions de l’extérieur ou abandonné (encore) ce projet porteur de gros risques pour lui et pour le Mali.

A peine annoncé, le projet de  révision  constitutionnelle provoque (à nouveau) une vive polémique. Et pour cause : plusieurs partis politiques et mouvements de la société civile, ainsi qu’une large partie de l’opinion publique malienne sont, d’ores et déjà,  hostiles à ce projet qui pour eux, une fois adopté ouvre la voie à un processus dont la finalité est la partition du territoire national.

Or, le président Ibrahim Boubacar Keita semble déterminé à mener à terme « sa révision constitutionnelle » malgré l’échec de la dernière tentative en  juin 2017. Alors même que les conditions à l’origine de la mobilisation populaire spontanée qui a contraint IBK à  reculer le vendredi 19 août 2017, sont toujours de mise, quand elles ne se sont pas tout simplement empirées.

Défendre la Constitution de 92 !

Pour  contrer cette révision constitutionnelle, de nombreuses voix s’élèvent dans les milieux politiques, intellectuels et de la société civile. Pour Brahima Fomba, chargé de cours de droit,  « il n’y a aucun doute pour ceux qui savent lire entre les lignes : le projet de révision constitutionnelle en cours prépare, s’il ne consacre tout court, la partition du Mali, en ce sens qu’il enterre les articles 97 et 98 de la Constitution du 25 février 1992 sur la libre administration des collectivités ». En effet, pendant que ceux-ci disposent respectivement que « Les collectivités territoriales sont créées et administrées dans les conditions définies par la loi » et que les « Les collectivités s’administrent librement par des Conseils élus et dans les conditions fixées par la loi », l’article 92 du projet stipule : « Les collectivités territoriales de la République sont la Commune, le Cercle, la Région, le District. Toute autre collectivité territoriale, le cas échéant en lieu et place de celles-ci, ou à statut particulier, est créée par la loi ». Outre cette division programmée du pays, Dr Brahima Fomba, constitutionnaliste, démontre comment le projet de futur acte fondamental est « bourré d’incohérences juridiques »

Dr Fomba poursuit : « On fera remarquer que l’Accord d’Alger ne vise que les collectivités territoriales de région. En constitutionnalisant ces dispositions élargies à toutes les catégories de collectivités territoriales, l’avant-projet de révision organise subrepticement la partition programmée du Mali en prenant le soin de l’emballer dans des anti-phases de l’unité nationale qui, comme de la poudre aux yeux, ne visent en réalité qu’à divertir l’opinion ».

« Cette partition annoncée de manière à peine déguisée est assise sur la paupérisation généralisée de l’Etat organisée à travers la rétention par les « collectivités territoriales »- les régions du Nord en particuliers soi-disant  riches en ressources minières de mannes financières dont le budget d’Etat sera privé ».

De son côté, Dr Soumana Sacko, ancien Premier ministre et leader du parti Convention Nationale pour une Afrique Solidaire (CNAS-Faso Héré), estime que le peuple malien est résolument  déterminé à défendre sa Constitution démocratique, celle du 25 février 1992, issue de la conférence nationale souveraine. « Encore plus qu’hier, le peuple militant du 22 septembre 1960, du 20 janvier 1961 et du 26 mars 1991 est déterminé à défendre sa constitution démocratique et à faire échec à tout projet, visant à embarquer le Mali dans une aventure mal inspirée et inutilement couteuse, sous le prétexte fallacieux de corriger d’imaginaires « lacunes et insuffisances » que ses pourfendeurs n’arrivent pas à démontrer, alors même que des lois organiques, voire ordinaires, suffiraient pour prendre en charge certaines des préoccupations actuelles.

Constat ? Avec les prises de position exprimées dans la presse, « il est évident que les contestations, au sujet de la révision constitutionnelle, recommencent comme en 2017 ». C’est pourquoi, Dr Sacko invite : « l’ensemble des Forces patriotiques, progressistes, républicaines et démocratiques à rester vigilantes et mobilisées pour la défense et la promotion des valeurs du 22 septembre 1960, du 20 janvier 1961 et du 26 mars 1991 ».

Pour certains leaders de la Plateforme « Antè A Bana : Touche pas à ma constitution ! », cette révision constitutionnelle n’a d’autre but que de préparer la future partition du Mali.

Pour sa part, Dr Choguel Kokala Maïga, ancien ministre et président du Mouvement patriotique pour le renouveau (MPR), estime que le projet est une « machination orchestrée contre le Mali ». « Pour ce qui observe bien et avec attention les faits et gestes des Autorités, on voit en filigrane qu’elles sont en train de mettre en place, en douceur, par doses homéopathiques, les instruments politiques et administratifs pour rendre irréversible le processus qui conduira à l’Autonomie des régions du Nord. Avec comme finalité à moyen et long termes la Partition pure et simple du Mali. Il y a un véritable risque de voir le Nord du Mali comme le Soudan du Sud… », précise Choguel Maïga. L’ancien ministre avertit : «  On risque de se retrouver dans un état effondré si la situation continue ainsi. La priorité des priorités doit être la restauration de la sécurité et de veiller à ce que le Mali ne soit pas divisé».

Le président de l’URD et chef de file de l’opposition, Soumaïla Cissé, est catégorique. Pour lui, toute révision constitutionnelle  ne  peut se dérouler dans le contexte actuel : «Il est clair, aux termes de l’article 118 alinéa 3 de la Constitution en vigueur que : « Aucune procédure de révision ne peut être engagée ou poursuivie lorsqu’il est porté atteinte à l’intégrité du territoire».

« Avant donc tout referendum sur la révision de la Constitution, il faut d’abord assurer l’intégrité du territoire en libérant Kidal et en le faisant revenir dans le giron national.

La présence d’un Gouverneur, qui reconnaît n’avoir aucun moyen coercitif à sa disposition, les conditions de voyage et de séjour des plus hautes autorités dans cette localité, le fait pour le Président de la République de n’avoir pu s’y rendre qu’une seule fois, non pas en sa qualité de Chef de l’Etat mais comme candidat à l’élection présidentielle et sans ses éléments de sécurité, l’interdiction faite aux Famas de s’y rendre, sont autant d’éléments objectifs sur Kidal occupée. De surcroît, la révision constitutionnelle devrait être l’aboutissement du dialogue politique envisagé. Il ne peut donc être organisé avant», estime Soumaïla Cissé.

« Toute réforme doit découler d’un dialogue politique national. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui », renchérit pour sa part Nouhoum Sarr, président du parti FAD. « La question de réformer la Constitution doit être posée aux Maliens au cours d’une conférence nationale. Mais cela n’est pas leur priorité aujourd’hui. Les Maliens veulent la fin des massacres, des tensions sociales et la relance de l’économie »,  ajoute celui qui a été porte-parole de Soumaïla Cissé lors de la présidentielle de 2018.

Un avis que partage  le RPDM de l’ancien premier ministre  Cheick Modibo Diarra. Pour le RPDM : « la priorité doit être  le recouvrement  de  l’intégrité territorial afin que le pays  puisse exercer sa pleine souveraineté ».

Il y a «un coup d’État institutionnel » derrière cette révision, déclare Oumar Mariko, député élu à Kolondiéba. Il promet que «l’opposition usera de tous les moyens pour faire échec à cette nouvelle tentative». Si certains membres de l’opposition et de la société civile  estiment que le moment (le Mali vit une grave crise) est loin d’être opportun, d’autres s’insurgent contre certaines dispositions prévues dans le nouveau texte.

 

Un échec comme en 2017 ?

Au Mali, il faut rappeler que c’est la quatrième tentative de révision de la Constitution de 1992. Tous les présidents de l’ère démocratique ont tenté sans réussir la réforme de la Loi fondamentale.

En 2017, cette révision s’est heurtée à une forte opposition des populations à travers le mouvement “An tè A banna” dans tout le pays.

Les acteurs du mouvement avaient reproché au président IBK de vouloir prendre notre démocratie en otage et de surcroit de n’avoir pas pris en compte les critiques objectives de l’opposition politique. Finalement, IBK avait reculé face à l’amplification de la contestation populaire contre le projet. Cette décision du président avait constitué une victoire pour les détracteurs du projet réunis au sein d’une plate-forme « Touches pas à ma constitution », un regroupement de partis politiques, d’organisations de la société civile et de diverses associations qui estimaient que cette révision est opportune au regard de la situation que traverse le pays.

Depuis le début de la procédure, la plate-forme avait organisé plusieurs gigantesques manifestations à Bamako et dans les autres grandes villes du pays, ainsi qu’à l’extérieur. La contestation populaire était si forte que le gouvernement a dû déjà, le 21 juin 2017, reporter le référendum prévu dans un premier temps le 9 juillet 2017.

Le président IBK avait estimé à l’époque que l’initiative, qui a pourtant reçu l’onction du Parlement et de la Cour Constitutionnelle, n’a pas été suffisamment expliquée aux maliens. Après avoir reçu tour à tour les principaux acteurs politiques, associatifs et religieux du pays, le chef de l’Etat malien a fini lui-même par se convaincre que les explications « peinent à être entendues et acceptées ». D’autant que parallèlement, la contestation des opposants au projet n’a pas faiblit d’un iota.

L’échec de la tentative de révision de 2017 illustre le fossé existant entre les attentes des Maliens et l’action publique. Pour rappel, l’installation du Parlement malien, à la suite de l’élection législative de décembre 2013, avait marqué une étape cruciale dans le processus de sortie de crise du pays. L’une des principales préoccupations des populations étaient de voir cette institution, longtemps perçue comme une « caisse de résonance » du gouvernement, jouer un rôle plus déterminant dans le processus législatif. L’action du Parlement était donc très attendue dans la mise en œuvre des réformes envisagées.

Or, le 3 juin 2017, avant la décision du président, le Parlement avait adopté le projet de révision de la Constitution avec 111 voix pour et 35 contre. L’Assemblée nationale, alors même qu’elle disait avoir mené des consultations, n’avait pas su prendre la mesure des réticences et des réserves face à cette révision constitutionnelle mettant ainsi en perspective sa déconnexion des attentes des Maliens.

La polarisation de l’opinion publique nationale entre le « oui » et le « non » à cette réforme avait fini par créer une tension palpable dans la population.

La révision constitutionnelle, malgré qu’elle soit présentée par le président de la République et le gouvernement comme une « exigence » de l’Accord pour la paix et la réconciliation, a fait l’objet de contestations populaires d’où la nécessité d’une meilleure inclusivité du processus. La mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation ainsi que les réformes qui en découleront sont nécessaires, mais elles ne pourront avoir un effet stabilisateur que si la population y adhère.

Mémé Sanogo

 

 

 

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. LE SEUL CHOIX QUI S’IMPOSE AU PRESIDENT IBK EST D’EVITER L’ECLATEMENT DU MALI EN ACCORDANT UNE TRES LARGE AUTONOMIE DE GESTION AU NORD!!!!! CELLES QUI DISENT NON A L’APPLICATION DES ACCORDS D’ALGER VEULENT UN ECLATEMENT DU MALI!!! LE MALI N’A AUCUN INTERET A’ S’OPPOSER AUX GRANDS DECIDEURS INTERNATIONAUX ET AUX ORGANISATIONS INTERNATIONALES. IL NE FAUT PAS ETRE SUICIDAIRE. IL FAUT JOUER LE JEU JUSQU’AU JOUR OU’ LES CHOSES SE CALMENT. N’OUBLIEZ PAS QUE LA ROUE DE L’HISTOIRE CONTINUE DE TOURNER!!!! SI ON DECIDE D’ETRE SUICIDAIRE, CE SONT D’AUTRES MALIENS PLUS DES MERCENAIRES QUI SERONT ARME’S POUR ATTAQUER ET OCCUPER LE MALI. ILS SERONT AIDE’S DANS CETTE BASSESSE PAR DES PAYS AFRICAINS BIEN CONNUS QUI NE REFUSENT RIEN AUX GRANDS DECIDEURS. MES AMIS, IL FAUT REGARDER LA SITUATION DE MANIERE CYNIQUE!!!!!!
    JE CONSTATE QUE PLUSIEURS PEREONNES PRETENDENT ETRE DES NATIONALISTES ET DES PATRIOTES MALIENS MAIS EN REALITE’ CE SONT DES GENS DONT LA VISION EST TRES LIMITE’E!!!!! JE PENSE QU’ON DOIT LEUR INTERDIRE DE FAIRE DE LA POLITIQUE!!!!!!!
    CUT YOUR LOSSES!!!! NOUS NE POUVONS PAS ACCEPTER LA DESTRUCTION TOTALE DE NOTRE FASO AVEC SES 19 MILLIONS DE PERSONNES PARCE QU’IL Y A DES IMBECILES, DES INCONSCIENTS, DES IRRESPONSABLES ET DES IGNORANTS QUI VEULENT NOUS FAIRE CROIRE QU’ILS SONT BRAVES ET PATRIOTES! ILS NE SONT RIEN D’AUTRE QUE DES CONS AVEC UNE VISION LIMITE’E!!!!! LE SEUL PATRIOTISME, LE SEUL NATIONALISME ET LA SEULE BRAVOURE QUI COMPTENT RAMENENT LA PAIX, LA STABILITE’ ET LA SECURITE’ AU MALI!!!!!!
    LA SAISON AGRICOLE COMMENCE MAIS NOUS SAVONS QUE PLUSIEURS VILLAGEOIS DU CENTRE NE SE SENTENT PAS EN SECURITE’ POUR CULTIVER LEURS CHAMPS!!!! NOUS AVONS DES IMBECILES ASSIS DANS LEURS SALONS DE MERDE A’ BAMAKO QUI CONTINUENT A’ JOUER AVEC LA VIE DES MALIENNES ET DES MALIENS ORDINAIRES!!!! CES IMBECILES SE CROIENT EXPERTS EN POLITIQUE! SHAME ON THEM!!!!!

  2. IBK EST TRAITRE NÉ, UN TRAITRE DANS LE SANG, QUI JOUE AU FOU…EN COMMETTANT ET RE-COMMETTANT LA MEME “ERREUR”. QU’ EST-CE QUE IBK A RECU POUR KIDAL …???

    1 — PARMI NOUS , QUI A VU LE TEXTE INTÉGRAL DE CE “ACCORD DE PAIX”..???

    DEPUIS LONGTEMPS J’ AI DEMANDÉ Á PLUSIEURS PERSONNALITÉS PUBLIQUES,
    DONT DR ANASSER AG RISSHA DE COMMUNIQUER UN HYPER-LIEN SUR LE WEB
    OÚ LE TEXTE INTÉGRAL DE ” L’ ACCORD DE PAIX” PEUT ETRE LU ET TÉLÉCHARGÉ.

    FORCE EST DE CONSTATER QUE RIEN N’ EST FAIT DANS CE SENS…!

    POURQUOI ??? CET ACCORD DE PAIX, DU MOINS SON TEXTE INTÉGRAL EST-IL
    UN SECRET ???

    2 — LA SIGNATURE DE CET ACCORD FUT UN ACTE ANTI-CONSTITUTIONNEL. NOUS LE
    SAVONS TOUS.

    DEPUIS CETTE TRAHISON, ABDOULAYE DIOP EST TENU, OU SE TIENT BIEN LOIN DU
    BERCAIL.

    3 — SI ACCORD DE PAIX DEVRAIT ETRE SIGNÉ , ALORS CA DEVRAIT ETRE ENTRE LA
    FRANCE ET LE MALI.

    C’ EST LA FRANCE QUI EST ENTRÉE EN GUERRE CONTRE LE MALI.

    C’ EST LA FRANCE QUI A INTERDIT Á L’ ARMÉE MALIENNE D’ ENTRER Á KIDAL AVEC ELLE.

    C’ EST LA FRANCE QUI APRES SON ENTRÉE SOLITAIRE Á KIDAL, A CHERCHÉ
    MAISON PAR MAISON DES PERSONNES QUI DEVAIENT ETRE CE QUE NOUS
    NOMMONS AUJOURD’ HUI MNLA OU/ET CMA, DANS LE BUT QUE CES DERNIERS
    FASSENT LA GUERRE Á SA PLACE.

    QUI IGNORE DANS CE MONDE QUE MNLA ET CMA SONT FINANCÉS ET ARMÉS PAR
    LA FRANCE???

    CET “ACCORD DE PAIX”, SIGNÉ Á ALGER EST NUL.

    ENCORE ET ENCORE, OÚ EST LE TEXTE INTÉGRAL DE ” L’ ACCORD DE PAIX” ?

    LES MALIENS ONT LE DROIT DE CONNAITRE SON CONTENU INTÉGRAL..!!!

    ENCORE ET ENCORE, OÚ EST LE TEXTE INTÉGRAL DE ” L’ ACCORD DE PAIX” ?

    LES MALIENS ONT LE DROIT DE CONNAITRE SON CONTENU INTÉGRAL..!!!

    ENCORE ET ENCORE, OÚ EST LE TEXTE INTÉGRAL DE ” L’ ACCORD DE PAIX” ?

    LES MALIENS ONT LE DROIT DE CONNAITRE SON CONTENU INTÉGRAL..!!!

    PERSONNE N’ OBLIGE IBK Á ETRE LE PRÉSIDENT DU MALI.

    SI IBK PERSISTE DANS LE MENSONGE ET LA TRAHISON, ALORS NOUS ALLONS LE FAIRE PARTIR.

    ENCORE, SI IBK PERSISTE DANS LE MENSONGE ET LA TRAHISON, ALORS NOUS ALLONS LE FAIRE PARTIR.

  3. Nous disons et rappelons la vérité fait mal aux malhonnêtes et les met hors d’eux mais apaise et ou rend heureux les honnêtes

    1)Nous disons et rappelons aux maliens et maliennes fiers et honnêtes ayant un amour profond pour leur Mali

    *COMMENT EST CE QUE ET Á QUEL TITRE ET DE QUEL DROIT

    le MALIN LETTRÉ MUTANT PRÉSIDENT POLITIGUIMÔGO SYBARITE LE MARCOPOLO MALIEN CHOIX DE LA FRANCE-AFRIQUE UN FOU DU MALI UN AMI D’UN PARRAIN DE LA MAFIA UN CHARLIE DE 1ère LIGNE DE LA LUTTE ANTI-MOHAMADANNE ET CELUI « DU MALI D’ABORD DEVENU MA FAMILLE D’ABORD »

    CHEF SUPRÊME AFRICAIN DE LA BOUFFONNERIE DE LA JOYEUSETÉ DE LA BOUFFONNADE DE L’ARLEQUINADE DE LA PLAISANTERIE DE LA COCASSERIE DU COMIQUE DE LA MUSIQUE DE L’ART DU PATRIMOINE

    SON GOUVERNEMENT DE MALINS LETTRÉS MUTANTS ET MUTANTES « DU MALI D’ABORD DEVENU MA FAMILLE D’ABORD » puis « DES BOUBOU-NI APRÈS »

    LES MALINS ET MALINES LETTRÉS MUTANTS PROCUREURS JUGES CONSTITUTIONNALISTES

    LES MALINS ET MALINES LETTRÉS MUTANTS DÉPUTÉS

    LES MALINS ET MALINES LETTRÉS MUTANTS CHEFS DE PARTIS

    LES MALINS CHEFS RELIGIEUX TOUTES CROYANCES CONFONDUES MUTÉS

    LES MALINS CHEFS TRADITIONNELS MUTÉS etc

    *bafouent déchirent piétinent LEUR CONSTITUTION LOI SUPRÊME DE LEUR MALI

    en décidant acceptant allant de PROROGATION EN PROROGATION DES MANDATS DES DÉPUTÉS

    en faisant fi en dédaignant en méprisant de procéder AUX ÉLECTIONS LÉGISLATIVES AVEC LA FIN DU MANDAT DES DÉPUTÉS TELLES STIPULÉES DANS LEUR LOI SUPRÉME Á SAVOIR LEUR CONSTITUTION

    *Et pourtant la Constitution de leur Mali dit à l’Aticle 61 que les députés sont élu pour un mandat de 5 ans

    *Par ailleurs l’Article 118 alinéa 3 de la Constittution de leur Mali est clair précis

    Aucune procédure de révision ne peut être engagée ou poursuivie lorsqu’il est porté atteinte à l’intégrité du territoire.

    2)Nous disons et rappelons aux maliens et maliennes fiers honnêtes ayant un amour profond pour leur Mali tout le monde sait avec un brin d’honnêteté mêmes les tarés idiots de naissance et ceux et celles qui refusent de connaitre la vérité d’une chose d’une situation pour des raisons primaires primitives égoïstes partisanes

    IL Y A BIEN ET BEL ATTEINTE Á L’INTÉGRITÉ DE LEUR MALI

    *ET POURTANT ET POURTANT ET POURTANT

    le MALIN LETTRÉ MUTANT PRÉSIDENT POLITIGUIMÔGO SYBARITE LE MARCOPOLO MALIEN CHOIX DE LA FRANCE-AFRIQUE UN FOU DU MALI UN AMI D’UN PARRAIN DE LA MAFIA UN CHARLIE DE 1ère LIGNE DE LA LUTTE ANTI-MOHAMADANNE ET CELUI « DU MALI D’ABORD DEVENU MA FAMILLE D’ABORD »

    CHEF SUPRÊME AFRICAIN DE LA BOUFFONNERIE DE LA JOYEUSETÉ DE LA BOUFFONNADE DE L’ARLEQUINADE DE LA PLAISANTERIE DE LA COCASSERIE DU COMIQUE DE LA MUSIQUE DE L’ART DU PATRIMOINE

    SON GOUVERNEMENT DE MALINS LETTRÉS MUTANTS ET MUTANTES « DU MALI D’ABORD DEVENU MA FAMILLE D’ABORD » puis « DES BOUBOU-NI APRÈS »

    LES MALINS ET MALINES LETTRÉS MUTANTS PROCUREURS JUGES CONSTITUTIONNALISTES

    LES MALINS ET MALINES LETTRÉS MUTANTS DÉPUTÉS

    LES MALINS ET MALINES LETTRÉS MUTANTS CHEFS DE PARTIS

    LES MALINS CHEFS RELIGIEUX TOUTES CROYANCES CONFONDUES MUTÉS

    LES MALINS CHEFS TRADITIONNELS MUTÉS etc

    *VEULENT BAFOUER TRANSGRESSER FROISSER DÉCHIRER MÂCHER CRACHER PIÉTINER LA CONSTITUTION LOI SUPRÊME DE LEUR MALI

    SOUS LES DICTAS ET ORDRES DE LEURS MAITRES ET SEIGNEURS D’OCCIDENT ET ORGANISATIONS qui pourtant respectent scrupuleusement intégralement pointilleusement méticuleusement consciencieusement religieusement LEURS CONSTITUTIONS OU LEURS LOIS SUPRÊMES

    *Et Pourtant leur Mali les a vu naitre grandir et a nourri ces Enfants Ingrats Egoïstes Cupides Cyniques Hypocrites Monstrueux Traites Irresponsables Méchants Impénitents Notoires de lettrés mutants et mutantes

    et croyait bien faire en les envoyant dans les meilleures écoles et universités des « Autres » aux fins

    qu’ils soient travailleurs honnêtes qu’ils aient un amour profond pour leur Mali partout où ils se trouvent

    qu’ils instaurent la démocratie vraie de justice d’égalité de tous les citoyens et citoyennes dont ils ont bénéficié

    qu’ils se comportent d’égal à égal avec les « Autres » sans complexe pour la défense des intérêts de leur Mali dans cette compétition mondiale économico politico militaro religieuse raciale où tous les coups sont permis sans aucun état d’âme pour faire mal détruire asservir soumettre déposséder l’autre et où n’il y a pas de place pour les esclaves les sans dents les soumis les mendiants les peureux les sybarites les faibles les fainéants les farfelus les inconscients les médiocres les rêveurs les naïfs les idiots les tarés les complexés les laxistes les insouciants les pleurnichards les cupides et les sentimentaux

    *MAIS QUE NON Ils y subirent à jamais et pour toujours Une Mutation Négative pour leur Mali

    ET ILS SONT DEVENUS LES PIRES ENNEMIS IMPÉNITENTS NOTOIRES DE LEUR MALI

    VRAIMENT QUELLE INGRATITUDE VRAIMENT QUEL ÉGOÏSME VRAIMENT QUEL CYNISME VRAIMENT QUELLE MÉCHANCETÉ VRAIMENT QUELLE CUPIDITÉ VRAIMENT QUELLE FOURBERIE VRAIMENT QUELLE DÉLOYAUTÉ VRAIMENT QUELLE TRAITRISE

    VRAIMENT QUELLE MANCHE VRAIMENT QUELLE MENDICITÉ VRAIMENT QUEL QUÉMANDAGE VRAIMENT QUEL ESCLAVAGISME VRAIMENT QUEL SANS-DENTISME VRAIMENT QUELLE SOUMISSION AUX DICTAS ET ORDRES DE LEURS SEIGNEURS ET MAITRES D’OCCIDENT ET ORGANISATIONS

  4. 3)Nous disons et rappelons aux maliens et maliennes fiers et honnêtes ayant un amour profond pour leur Mali

    *le MALIN LETTRÉ MUTANT PRÉSIDENT POLITIGUIMÔGO SYBARITE LE MARCOPOLO MALIEN CHOIX DE LA FRANCE-AFRIQUE UN FOU DU MALI UN AMI D’UN PARRAIN DE LA MAFIA UN CHARLIE DE 1ère LIGNE DE LA LUTTE ANTI-MOHAMADANNE ET CELUI « DU MALI D’ABORD DEVENU MA FAMILLE D’ABORD »

    CHEF SUPRÊME AFRICAIN DE LA BOUFFONNERIE DE LA JOYEUSETÉ DE LA BOUFFONNADE DE L’ARLEQUINADE DE LA PLAISANTERIE DE LA COCASSERIE DU COMIQUE DE LA MUSIQUE DE L’ART DU PATRIMOINE

    *SON GOUVERNEMENT DE MALINS LETTRÉS MUTANTS ET MUTANTES « DU MALI D’ABORD DEVENU MA FAMILLE D’ABORD » puis « DES BOUBOU-NI APRÈS »

    *ONT DIT ET DISENT « les caisses sont vides »

    *ET POURTANT Á LEUR AVÈNEMENT AU POUVOIR ILS ONT CLAMÉ CACATÉ COASSÉ HUHULÉ MIAULÉ ABOYÉ BÊLÉ NASILLÉ MUGI

    « Qu’ils sont venu au pouvoir pour l’émergence de leur Mali et des maliens et maliennes autrement dit pour le bien-être des maliens et maliennes »

    *SI LES CAISSES SONT VIDES

    CELA NE PEUT ÊTRE QUE LA CONSÉQUENCE DE LEUR MAUVAISE GESTION DES BIENS PUBLICS DE LEUR BOUFFE DE LEUR BOUFFETANCE DE LEUR BOUSTIFAILLE DE LEUR RIPAILLE DE LEUR MANGEAILLE DE LEUR BECQUETANCE DE LEUR BECTANCE DES DENIERS PUBLICS

    EN EFFET LEUR MALI EST GRAND PRODUCTEUR D’OR DE COTON DE BÉTAILS etc

    VRAIMENT DES PRÉDATEURS DES RAPACES DES PILLEURS DES PILLARDS DES DESTRUCTEURS DES RAVAGEURS DES DÉVASTATEURS DE L’ÉCONOMIE DE LEUR MALI

    *Ils doivent être traduits devant une juridiction spéciale pour

    détournement des deniers publics et déliquescnce de l’économie de leur Mali

    l’accroissement l’aggravation du dénuement de la détresse de l’indigence de la pauvreté de la misère de la désolation de l’infortune du paupérisme du chagrin de la merde

    des pauvres citoyens et citoyennes lambda maliens et maliennes fiers honnêtes

    4)Nous disons et rappelons aux maliens et maliennes fiers et honnêtes ayant un amour profond pour leur Mali

    *le MALIN LETTRÉ MUTANT PRÉSIDENT POLITIGUIMÔGO SYBARITE LE MARCOPOLO MALIEN CHOIX DE LA FRANCE-AFRIQUE UN FOU DU MALI UN AMI D’UN PARRAIN DE LA MAFIA UN CHARLIE DE 1ère LIGNE DE LA LUTTE ANTI-MOHAMADANNE ET CELUI « DU MALI D’ABORD DEVENU MA FAMILLE D’ABORD »

    CHEF SUPRÊME AFRICAIN DE LA BOUFFONNERIE DE LA JOYEUSETÉ DE LA BOUFFONNADE DE L’ARLEQUINADE DE LA PLAISANTERIE DE LA COCASSERIE DU COMIQUE DE LA MUSIQUE DE L’ART DU PATRIMOINE

    *SON GOUVERNEMENT DE MALINS LETTRÉS MUTANTS ET MUTANTES « DU MALI D’ABORD DEVENU MA FAMILLE D’ABORD » puis « DES BOUBOU-NI APRÈS »

    *ONT DIT ET DISENT « l’insécurité règne dans le centre du pays »

    *ET POURTANT TOUT LE MONDE SE RAPPEL DES PAROLES MIELLEUSES DU MALIN LETTRÉ MUTANT PRÉSIDENT

    « Pour l’honneur du Mali, je rétablirai la sécurité sur l’ensemble de notre territoire. Je serai le garant de la sécurité de tous les maliens. Mais aussi des étrangers qui viennent sur notre territoire, et dont l’appui nous est décisif. Pour moi, la sécurité n’a pas de prix.
    Pour la garantir, je veux reconstituer une capacité de défense et de surveillance du territoire. Désormais, aucun groupe terroriste ou criminel ne franchira la frontière du Mali sans trouver devant lui les forces armées nationales en position de combat.Je le dis, je le ferai ! Inch’Allah »

    *MAIS ILS SE SONT DÉBARRASSÉ ILS ONT ABANDONNÉ ENLEVÉ Á JAMAIS ET POUR TOUJOURS LEURS TENUES LEURS UNIFORMES DE CHEFS SUPRÊMES DES ARMÉES DE LEUR MALI

    CAR REFUSANT AVEC FORCE ET FERMETÉ D’ALLER AUX FRONTS DE COMBATS CONTRE LES ENNEMIS DE LEUR MALI

    TOUT EN ÉTANT DES AMBASSADEURS DES CHEFS SUPRÊMES AFRICAINS DE LA BOUFFONNERIE DE LA JOYEUSETÉ DE LA BOUFFONNADE DE L’ARLEQUINADE DE LA PLAISANTERIE DE LA COCASSERIE DU COMIQUE DE LA MUSIQUE DE L’ART ET DU PATRIMOINE

    ET TOUT EN ÉTANT AUX ANGES AU 7ème CIEL EN PLEIN BONHEUR EN PLEINE BÉATITUDE EN PLEINE FÉLICITÉ EN PLEIN NIRVANA

    EN LAISSANT RÉGLER TOUS LES PROBLÈMES DE LEUR MALI PAR LEURS SOIT-DISANT AMIS-ENNEMIS LES AUTRES D’OCCIDENT ET ORGANISATIONS

    Ils ont affaibli avachi abâtardi délabré blasé dévasté exténué frelaté fragilisé dégradé émoussé miné leurs forces de défense et de sécurité maliennes par l’introduction

    de soldats et officiers parentaux et claniques politiques juste incomporés pour bouffer manger leur part de Gâteau-Mali succulent savoureux qui donne de l’embonpoint et qui ne sont pas prêts à mourrir pour leur Pays-Mali et qui détalent dès les 1ers coups de AK 47

    de soldats et officiers rebelles de MNLA et consorts Cheval-de -Troie traites collabos impénitents des ennemis de leur Mali et qui rejoignent les ennemis de leur Mali avec armes bagages véhicules et tenues dès les 1ers coups de KALA ou qui restent dans les forces de défense et de sécurité en informant les ennemis ou qui font des replis stratégiques bidons et de foutaise permettant aux ennemis d’occuper le territoire convoité

    de quelques soldats et officiers prototypes des maliens antiques fiers honnêtes courageux intrépides ne fuyant pas le combat mais malheureusement dotés d’armes obsolètes qui ne font même pas peur à une horde de lièvre en rase campagne

    *Ainsi l’insécurité l’instabilité qui règnent dans le centre et le nord de leur Mali ne peuvent que les être imputables

    Et ils doivent être traduit devant une juridiction spéciale pour déliquescence de leurs forces de défense et de sécurité et de leur Mali pour haute trahison et association avec les ennemis de leur Mali

  5. Je me demande pourquoi les maliennes et les maliens se préoccupent autant à cette révision constitutionnelle importée de l’exterieur (France et les Nations Unies). IBK fait semblant d’ignorer la capacité de mobilisation du peuple malien, il le sait par deux exemples sous son régime : le 21 Juin 2017, il n’a pas été prié pour retirer son fameux projet de révision de la Constitution . Le 05 Avril 2019, malgré les menaces et intimidations, les membres du gouvernement y compris lui même étaient ou ? Je sais qu’il y’a des mouchards qui l’encouragent à honorer son engagement vis à vis de la «  communauté internationale « . C’est vrai qu’en 2013 il a été élu par la majorité des électeurs maliens tant à l’interieur qu’a l’exterieur . Il a bénéficié d’un quinquennat en bonne forme, mais qu’a t-il fait des engagements prient lors de la campagne présidentielle ? Jamais il n’a honoré a aucun . Je ne reviendrai pas sur les péripéties qui ont émaillé sa gouvernance . Même cette fameuse communauté internationale a dénoncé la mal gouvernance d’IBK. Après les 5 ans, une nouvelle élection présidentielle a été organisée . Il disposait de moyens faramineux financiers , matériels et humains , mais aussi du soutien de ses alliés du moment (la France et les Nations Unies). En tout cas, en 2018 il y’a pas eu d’election Présidentielle au Mali, plutôt un simulacre , avec la complicité de ces mêmes alliés cités haut. Entre eux il y’a un pacte qui les lie: «  nous allons vous aider par tous les moyens à gagner l’election présidentielle mais à condition que vous opérez les réformes institutionnelles pour adapter la Constitution à l’accord pour la paix et la réconciliation « . Le peuple a tout compris, jamais cette révision constitutionnelle ne se fera par IBK. Nous savons qu’elle est une œuvre humaine donc non parfaite surtout datant du 25 Février 1992. IBK est tellement impopulaire aujourd’hui , qu’il serait inutile de le prévenir du danger de cette deuxième tentative de réviser la Constitution. Il l’apprendra à ses dépens . Il n’aura pas cette chance de l’organiser pour bourrer encore les urnes par le « Oui », avec la complicité de ses alliés du moment. Elles (la France et les Nations Unies) savent très bien être au Mali pour défendre leurs intérêts sordides, que d’aider le retour de la paix et la stabilité au Mali. Vraiment je donne tord aux différents intervenants , il fallait encore attendre avant de mettre le pied dans le plat. Je remercie tous les patriotes, en particulier le Dr Brahima FOMBA, constitutionnaliste qui a depuis des années éclairé la lanterne des maliens de ce complot international ourdi contre le peuple souverain du Mali. Cette révision de la Constitution ne se fera pas ici, au lieu de parler de son échec . Un élève échoue à un exemple , c’est parce qu’il a composé . Maintenant les patriotes doivent se donner la main , enterrer les querelles personnelles , pour défendre l’unité du Mali: la Constitution du 25 Février 1992 issue de la conférence nationale, donc de la volonté populaire. Comment des vacanciers pourront venir l’hypothèquer l’unité de toute une nation .

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here