Moussa Mara, ancien Premier ministre : Un repère pour la jeunesse malienne ?

60

On peut ne pas l’aimer, mais il n’est pas facile de trouver à redire par rapport à sa dévotion pour son pays, son amour du travail bien fait surtout. Il s’agit de Moussa Mara, ancien Premier ministre qui a démissionné après neuf mois de bons et loyaux services au profit du Mali. Et depuis son départ du gouvernement, il est devenu l’un des hommes politiques maliens les plus sollicités par les jeunes lors de leurs évènements, soit comme parrain, soit comme conférencier. Ce qui veut dire certainement qu’il est devenu un repère pour la jeunesse malienne.

Un jeune loup aux dents longues, disait un analyste politique à propos de Moussa Mara depuis son entrée en politique. Avant de se présenter en 2007 pour les élections législatives lors desquelles, il avait mis en difficulté l’actuel président de la République Ibrahim Boubacar Keita  alors candidat en commune IV pour un  second mandat de député.

Le même analyste avait indiqué  que malgré son jeune âge, il est politiquement mûr et qu’il faudrait désormais compter avec lui sur l’arène politique malienne. Après avoir été « battu » aux législatives par  IBK, Moussa Mara va jeter son dévolu sur la mairie de la commune IV où  le maire Issa Guindo du RPM, actuel parti au pouvoir, était candidat à sa propre succession.

Moussa Mara va terrasser tous les candidats. Mais, après son investiture, certains candidats vont saisir la justice et les organes en charge de l’organisation des élections pour invalider ces résultats. Toute chose que Mara va accepter. Avant qu’une délégation spéciale soit mise en place à cette mairie pour assurer l’intérim avant l’organisation d’élections partielles.

Moussa Mara, de nouveau candidat va passer haut les mains, sans que ses adversaires n’aient cette fois-ci à redire.

Investi maire de la commune IV, Mara va changer les choses au niveau de cette mairie. Il va mettre les travailleurs au travail, diminuer au strict minimum les tracasseries et les spéculations liées à l’obtention des documents administratifs au bonheur des usagers. Aussi, il va initier un projet en faveur des jeunes artisans de sa commune, et améliore le taux de mobilisation des taxes et impôts. Sans compter la lutte farouche qu’il va mener contre la spéculation foncière. Pour preuve, il va prendre à bras-le-corps le cas des personnes victimes de spéculation foncière de la part de  l’ancien Maire Issa Guindo en complicité avec le maire du District de Bamako, Adama Sangaré.

A noter qu’il va d’ailleurs engager de nombreuses actions en justice contre ce  dernier et même gagner des procès contre lui. Avant de remettre de nombreuses familles victimes de spéculations foncières ou d’expropriation foncière dans leurs droits.

Adversaire d’hier, allié sûr d’aujourd’hui

Pendant que Moussa Mara gérait de la manière la plus transparente la mairie de la commune IV, il va créer son parti dans la perspective de se lancer dans la course à la présidence en 2012.

Mais le coup d’Etat du 22 mars 2012 va conduire le pays dans une transition, avec comme missions essentielles, la libération des trois régions du nord aux mains des terroristes et l’organisation d’élection présidentielle pour doter le pays d’un pouvoir légitime. Comme prévu, les élections n’auront pas lieu  en 2012, mais en 2013.

Lors de ces élections, Moussa Mara est désigné porte-étendard de son parti, le parti Yèlèma (le changement).

Malheureusement, il va tomber dès le premier tour, avant de soutenir le candidat Ibrahim Boubacar Keita au second tour contre Soumaïla Cissé, candidat de l’URD.

A l’issue du second tour, IBK est élu président de la République avec plus de 77% des voix.

Dans son premier gouvernement dirigé par Oumar Tatam Ly, Moussa Mara, l’adversaire d’IBK lors des législatives de 2007 est nommé ministre de l’Urbanisme et de la Politique de la Ville. Un ministère où il va montrer ses preuves, toujours sur le terrain. Au bout de quelques mois, Omar Tatam Ly va démissionner avant que Moussa Mara ne soit désigné Premier ministre et chargé de former un nouveau gouvernement. Lors de cette nomination, il n’avait que 39 ans et faisait la fierté de toute la jeunesse malienne.

Dès la formation de son gouvernement, Moussa Mara va mettre son gouvernement au travail, car chaque ministre devrait produire des résultats, être constamment sur le terrain et se soumettre à une évaluation semestrielle.

C’est avec Mara que les Maliens ont vu tous les ministres descendre sur le terrain, poser des actions dans leurs domaines respectifs.

Seulement, Moussa Mara, dès sa nomination faisait face à l’adversité de certains cadres du RPM, qui n’ont jamais pu cautionner que le Premier ministre ne soit pas issu des rangs de leur parti, comme le veut la tradition.

C’est pourquoi, ce jeune Premier ministre a toujours eu du mal à travailler comme il le souhaite, avec certains « super ministres » qui agissaient comme bon leur semble.

Certains de ces cadres n’ont jamais caché au président leur haine viscérale contre le jeune Mara. Seulement, il jouissait de la totale confiance du président IBK.

Mais, ce dernier a fini par céder sous la pression des  cadres de son parti. Mais sans pour autant satisfaire à la demande de ceux-ci qui voulaient coûte que coûte que le PM soit issu de leur parti.

Contre toute attente, il a choisi un autre Keita, son ainé de trois ans, l’ancien Premier ministre Modibo Keita qui n’est pas issu du RPM.

Un choix qui démontre à quel point, le président IBK se méfie de certains cadres de son parti qui n’aspirent qu’à un partage de gâteau. Un d’entre eux n’avait pas caché ses intentions après l’élection d’IBK. « L’élection d’IBK est le fruit de plus de 12 ans de lutte, de souffrance. Chacun à son tour chez le coiffeur et c’est maintenant le tour du RPM », disait-il gaillardement après la proclamation des résultats du second tour.

Parti au bout de 9 mois, Moussa Mara est quand même sorti par la grande porte. De nombreux observateurs sont unanimes sur ses compétences, sa rigueur dans le travail et surtout son patriotisme. Mêmes témoignages chez certains de ses anciens collaborateurs.

Mais, pour la jeunesse malienne, il reste et restera un repère, une école, une source intarissable d’inspiration.

Toute chose que la jeunesse manifeste à travers de nombreuses occasions où il est appelé à intervenir soit comme conférencier principal, invité d’honneur  ou comme parrain.

D. Diama

PARTAGER

60 COMMENTAIRES

  1. Voila ce que les gens disent de Mara, donc votre férérence pas celui de la jeunesse malienne.

    GRAND Monsieur il ya 4 heures 8 minutes
    Même Dieu finira par bouder ce petit impoli de Moussa Mara, le metteur de feu à Kidal.
    Ce garçon de 40 ans ne sait pas qu’en s’attaquant à des gens comme Soumi, Modibo et Tiébilé [des oncles à lui], il s’expose à tous les dangers et il risque d’entendre certaines vérités cachées à lui par sa mère, l’ex copine à Moussa Traore dit GMT, puis copine à feu Joseph le premier boucher de Kati.

    il ya 3 heures 32 minutes
    Meme la Majorite c est a Dire le RPM a boude le Grand Menteur Mara

    ********

  2. Ne dit-on pas que c’est au pied du mur qu’on voit le vrai maçon. Malheureusement notre maçon Mara a chuté au pied du mur lors de son passage à la primature. Parce qu’il a manqué d’humilité et de sagesse.

  3. Pour avoir une chance d’être élu à la présidence de la République, il faut réunir trois conditions idéales. La première : avoir atteint une dimension nationale incontestable. La deuxième : être au pouvoir ou l’avoir exercé longtemps. La troisième : avoir l’appui d’un bon appareil de parti

  4. Je demande à ce journaliste de ressaisir car même si moussa mara nous a rendu des services en commune IV ne fait pas de lui un repère.Le mot est trop fort…

  5. Le président de la République ne saurait être confondu avec aucune fraction. Il doit être l’homme de la nation tout entière, exprimer et servir le seul intérêt national
    Moussa Marra est trop âgé pour faire de la rigolade et trop inexpérimenté pour goûter à ce gâteau

  6. “Un jeune loup aux dents longues”.Moi je pourrai dire que Moussa Mara a utilisé cette phrase en terme de gourmandise.Il été tellement gourmand qu’il a réussi tout seul à bousiller sa carrière.
    Il ne peut donc pas être un repère pour la jeunesse. 8) 8) 8) 8)

  7. On ne conduit le peuple qu’en lui montrant un avenir :
    un chef est un marchand d’espérances.
    Moussa Marra manque d’expérience
    VIVE IBK

  8. Mon cher D. Diama, vous ne manquez pas d’éloge pour Moussa Mara. Mes félicitations pour tes prouesses élogieuses, mais je vous demande d’aller doucement car vous allez lui donner l’occasion de faire la grosse tête. Il a beaucoup à apprendre.

  9. Ne nous précipitons pas car gérer une commune est différent de gérer un pays. Allons doucement car MOUSSA MARA a encore beaucoup de choses à apprendre.

  10. Durant tous ces efforts fournis à être un opposant sans résultat concret IBK le nomma Pm pour qu’il puisse savoir ce que sait qu’un pouvoir.Et malgré qu’il était près du gâteau présidentiel il a compris qu’il manquait d ‘énergie pour diriger un peuple. Voici la vrai raison de sa démission.

  11. Diama, tu as un bon sens du jugement et je t’en félicite mais prudence car le fait que quelqu’un soit convié à des manifestations qui fera de lui un repère comme tu le dis car chacun en le sollicitant a sa petite idée derrière la tête. Toute personne sérieuse peut solliciter en tant que parrain et si toi même tu abordais les choses sérieusement pourquoi on ne te solliciterait pas?

  12. Moussa Mara pouvais bien réussir en politique.Mais il s’est laissé emporter par son titre de meilleur Maire et les éloges des griots.
    Alors il a commencé à penser que tout lui était dû. 8) 8) 8)

  13. Je pense que D. Diama est le griot de babani sissoko qu’on avait perdu vue. Il vient de refaire avec un deuxième titre; celui de journaliste.
    Vous voulez pousser ce jeune homme à commettre des folies. Laissez- le mûrir encore au risque faire monter des choses à la tête.

  14. Selon l’article 5 de la Constitution, le président de la République incarne l’autorité de l’État. Il veille, par son arbitrage, au respect du texte constitutionnel, et assure le fonctionnement normal des pouvoirs publics et la continuité de l’État. Vis-à-vis de l’extérieur, il est le garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire et du respect des traités conclus par la France.

    De manière plus précise, la Constitution fait de lui le chef des armées. Ce qui a conduit, en pratique, à lui conférer un rôle prédominant concernant toutes les questions de défense. Le développement, par la France, d’une force de dissuasion nucléaire n’a fait qu’accroître cette tendance, le chef de l’État étant le seul détenteur du “feu nucléaire”.

    La Constitution et la pratique institutionnelle lui reconnaissent aussi un rôle éminent en matière de diplomatie. On parle de domaine réservé. Le président de la République négocie et ratifie les traités. Il accrédite les ambassadeurs français à l’étranger et, réciproquement, les ambassadeurs étrangers en France sont accrédités auprès de lui. Il conduit la délégation française dans toutes les rencontres internationales ou européennes d’importance. Ainsi, même en période de cohabitation, le président conserve une prédominance en la matière et la France est systématiquement représentée par les deux têtes de l’exécutif.

    Dans ces conditions, le choix des ministres de la Défense et des Affaires étrangères revêt une grande importance. Même lors des cohabitations, le chef de l’État a son mot à dire sur les détenteurs de ces postes ministériels.
    Occuper le pouvoir n’a pas besoin de cour professionnel car c’est au pied du mur on voit le vrai maçon et IBK a prouvé.
    Moussa Mara manque d’expertise et manque de bonnes prises de décisions

  15. Merci mon cher journaliste pour ces belles paroles élogieuses en faveur de Moussa Mara. Sachez que la gestion d’Etat se fait pas comme si on gérait une commune. Hélas, nous avions vu sa gestion en tant que premier ministre qui s’est soldée par un remerciement de son employeur.

  16. Moussa Mara a certes fait un bon boulot à un certain moment en tant que premier ministre.
    Mais à un moment donné il cru qu’il était arrivé au sommet et a commencé à faire le zèle.
    C’est en ce moment que les maliens ont commencé à perdre espoir en ce jeune dynamique.
    Donc son départ de la primature n’est pas une démission mais plutôt un remerciement. 😀 😀 😀

  17. Comme on le dit :ici c’est pas là bas et là bas c’est pas ici.
    Bon ministre ne veut pas dire bon dirigeant .
    Il ne peut pas consommer le vrai gâteau. Il sera politiquement constipé.
    Qu’il se concentre sur des petits titre comme maire de commune c’est un bon poste pour sa personne
    Ah les journalistes ne vous voilez pas derrière le peuple pour soutenir les opposants

  18. Certes Moussa Mara est un bon maire mais cela ne fera pas de lui forcement un bon président. Car Moussa pèche dans le domaine par son manque d’humilité et de sagesse. Il a encore beaucoup à apprendre.

  19. MARA doit rentrer à l’école de la politique et des ressources humaines pour apprendre à gérer les hommes car on ne dirige un pays avec un état d’âme. Sa nomination à ce poste a été une erreur car il manquait de sagesse.

  20. Monsieur est conférencier c’est tout. Il n’expose sur ses qualités mais pluôt sur un terme qu’il est censé maitriser de par sa formation. Sinon on prend un boulanger pour parler un quelconque terme autre que la farine? Tu en fais trop mon DIAMA

  21. Si nous sommes un modèle pour la jeunesse, pourquoi démissionner alors le pays a besoin de vous. Mon oeil une incapacité de rendement cher DIAMA

  22. N’en voulez pas à DIAMA il a reçu son pot de vin donc ne pas faire l’éloge d’un donneur gentil. Celui qui lui a donné à manger mérite un remerciement et souvent on mange trop cela nous emmène à dire des bêtises

  23. Monsieur le journaliste arrêter vos balivernes, la jeunesse malienne sous le régime d’IBK à déjà trouver son repérè et cela depuis bien longtemps. Moussa Mara est loin d’être un repérè car Moussa Mara lui même est perdu dans la vaste étendue de la politique malienne. 😈 😈 😈

  24. Je comprend pourquoi la jeunesse malienne est devenu une jeunesse qui d’égard de plus plus dans un néant. “Moussa Mara repère de la jeunesse malienne”. La jeunesse malienne me fait pitié car Moussa Mara est la mauvaise personnalité.

  25. Tu as raison, Moussa Mara manque cruellement de certaine aspects très important dans la gestion d’un pays. Je pense que cela ne relève pas de pas de sa jeunesse mais plus plus tôt un défaut. Le pouvoir, quiconque le aspire à le prendre un jour doit écouter les personnes âgées, les supérieurs dans le milieu professionnelle et modérer sa manière de parler. Moussa Mara doit tenir compte de tout cela, pour que l’histoire de sa visite à Kidal ne se répétè point. ❓ ❓ ❓

  26. MOUSSA MARA est le repère de son propre ombre. La jeunesse que vous citez, je ne suis pas dedans et ce n’est pas sure que la majorité des maliens s’identifie à lui.

  27. Tout ce qui prétende que Moussa Mara dispose des capacités à gérer un pays tel que le Mali, qu’il nous dise pourquoi Moussa, n’a pas pris en compte de la France, de la MUNISMA, de plusieurs maliens avant d’aller à Kidal, lorsqu’il était PM. Le Maliens le lui en voudront toute sa vie.

  28. Un repère pour la jeunesse malienne ? lol!!!!! 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 NON

    Le jeune MARA est lui même sans repère. Comment peut il être un repère pour une jeunesse qui n’est plus dupe ????? ❓ ❓ ❓ ❓ ❓ ❓ ❓ ❓ ❓ ❓ ❓
    Que Moussa Mara se cherche une autre réputation. Pardonnez, ne dites pas de lui ce qu’il n’est pas. Il est peut être bon travailleurs, mais il est efficace sur Facebook. Un politique moderne, j’ai envie de dire.pffffff

  29. Monsieur le journaliste, je pense qu’il y a certaine chose à ne pas confondre. Géré une mairie est très différent de la gestion d’un pays. Moussa Mara est peut être bien mais, il n’a pas l’expertise de la gouvernance d’un pays tout entier. La preuve est qu’il a échoué en tant que PM. ➡ ➡

  30. Seul Dieu peut venir en aide à cette nation, sinon on sais qui est qui au Mali.
    Les hommes politique sont pareil… 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥

  31. Ce journaliste est un griot moderne du jeune MARA. Lui faire des louange, c’est de loin lui rendre service. Moussa MARA se voit trop grand, mais pourtant, il ne connait pas grand chose. Quand il était PM, il a montré ses limite à être le patron des grandes personnes.

    Il travail peut être bien et beaucoup, mais MARA n’est pas mure, il lui reste beaucoup à apprendre. Qu’il continue de remplir son compte Facebook des photos, voici une activité qui lui sied. C’est un enfant, politiquement parlant.“Quand on est jeune, c’est pour la vie.” Je crains que notre Moussa le soit réellement pour toute la vie.

  32. Tu as raison “Messi”, nous ne devons avoir confiance à aucun homme politique, ils font tous l’impossible, ils sont tous des super man avant le pouvoir et une fois le pouvoir… Tout le monde comprend le reste.
    Mais Dieu bennais cette nation forte.

  33. Moussa Mara doit continuer toujours vers le bas, c’est un politicien en herbe dans la politique malienne, mais le problème est qu’il veux grillé les échelons. Il a du travail à faire sinon à se rythme il ne pourra jamais gouverner comme il doit notre pays. ➡ ➡

  34. :mrgreen: :mrgreen: hahahahahaha, 😆 😆 😆 😆 tous le monde sais ce qui est fait de la politique, 🙄 🙄 🙄 🙄 il faut le dire les politiciens sont très doux et les plus bons quand ils ne sont pas au pouvoir. 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

  35. Mr. le journaliste, certes vous dites ce que vous connaissez, mais nous aussi nous avons quelque chose à dire, sinon nul n’est parfait…
    :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  36. Je pense que ce journaliste ne fait que la promotion de Moussa Mara, certes il a été quelque fois remarquable dans son rôle de maire, mais il faut aussi reconnaître qu’il a été nul dans son rôle de premier ministre.

  37. « L’élection d’IBK est le fruit de plus de 12 ans de lutte, de souffrance. Chacun à son tour chez le coiffeur et c’est maintenant le tour du RPM »
    C’est pour cette même raison que le président IBK maîtrise profondément la politique malienne et je conseil personnellement Mara d’en faire le même…

  38. Il faut du temps à Moussa Mara d’abord, la politique malienne à besoin d’être étudier profondément…

  39. La jeunesse malienne doit toujours de diriger de ses personnes qui sont à la hauteur, Certes Mara a servis ce pays, mais il n’a fait que son devoir patriotique.
    Mais il ne faut pas que certaine choses nous échappent, l’image de quelqu’un n’est pas son connaitre, Mara doit avancer beaucoup d’autres compétence pour que le pays lui soit peut être confié, c’est un jeune politique dynamique, mais il faut le dire il doit passer certain temps pour mieux maîtriser la politique de ce pays.

  40. Moussa Mara a fait ce qu’il fallait faire, mais nous ne devons pas aussi fermer nos yeux sur certains de ses erreurs.
    Pendant son temps de premier ministre, il a été un homme trop arrogant, alors pour ceci il doit doubler des efforts pour convenir aux maliens…

  41. Je pense que Moussa n’est pas encore mûr pour gouverner dans ce pays. Il manque un peu d’expérience politiquement. Il est, certes, un bonhomme. Mais il faut reconnaître aussi qu’il n’a pas été humble durant sa gestion du gouvernement. La preuve est cette phrase qui vient de lui: “N’te ta yoro chi”.

  42. Mr. le journaliste certes nous n’avons rien a rapprocher à cet homme politique, mais il faut comprendre que nous ne sommes pas en concurrence politique.
    J’admire ce qu’a fait Mara pour ce pays, mais Mara a beaucoup à apprendre d’avantage, la gestion d’une commune n’est pas égal à la gestion de tout une nation.

  43. Moussa Mara sert déjà de repère pour la jeunesse pour la jeunesse malienne. Il est un homme politique humble digne, patient, prudent et intègre. Je ne doute pas une seule seconde de son talent et de sa compétence. Il est l’idole de pas mal de jeunes maliens.

  44. Si seulement je pouvais décider ce qui peut être président de notre république, j’allais prendre Moussa Mara. Cet homme doit servir d’exemple pour la jeunesse malienne. Je sais qu’il fera lui aussi tout son possible pour qu’il soit un repère pour cette jeunesse. 😆 😆

  45. Oui a chacun son repère, la jeunesse malienne doit s’inspirer des personnes qui ont la volonté d’aider le pays.
    Le Mali est notre patrie.

  46. La politique au Mali a un sens de diffamations, de mensonge, de bêtises et de trahison de collègues. C’est la course au pouvoir dans laquelle il n’y a pas d’amis mais d’ennemis. Mais je pense si Mara a d’ennemis. La seule chose qui l’intéresse est le développement de son pays. 🙄 🙄 🙄 🙄

  47. Actuellement la seule personne à laquelle la jeunesse malienne peut et doit faire confiance en matière de politique est l’enfant de la Commune IV, Moussa Mara. Si ceci ne tenait qu’à moi, j’allais lui mettre dans les fauteuils de Koulouba, après les mandats d’Ibrahim Boubacar Keïta. 💡 💡 💡 😆 😆 😆

  48. Out citoyen est utile à son pays. Vous savez ce que j’apprécie chez Moussa Mara ? C’est son patriotisme et sa détermination à aider son pays à sortir de l’impasse. Je me souviens que quand il était PM, les opposants n’ont pas manqué un seul coup à lui rendre les tâches difficiles, jusqu’à ce que sa démission soit sollicitée par la population. Malgré tout cela, il s’est tourné contre le pouvoir sous lequel il a été PM. 😛 😛 😛 😛

  49. Tel père tel fils. Moussa Mara a même dépassé son père en matière de politique. Ce n’est pas parce qu’on a été battu qu’on peut se permettre de se donner à une campagne d’acharnement contre le pouvoir en place. Mara depuis sa démission de la primature jusqu’aujourd’hui n’a pas manqué l’occasion pour faire des propositions, en tant que citoyen et politicien devant servir son pays positivement. 😛 😛 😛

  50. La jeunesse malienne doit tout à fait prendre le jeune politicien, ancien premier ministre, Moussa Mara, comme un référent en matière de politique. Je ne sais même pas comme le qualifié. Personnellement il m’a impressionné par ses actions de patriotismes. 😛 😛 😛 💡 💡 💡

  51. Si tous les hommes politiques maliens pouvaient faire comme l’ancien Premier Ministre, Moussa Mara, le Mali ne connaîtra plus une telle crise. C’est vraiment digne de la part d’un politicien d’être utile à son pays. Même étant dans son domicile et sans poste. 😛 😛 😛

  52. L’ancien Premier Ministre, Moussa Mara, est sans doute un repère pour la jeunesse malienne. L’exemple doit être pris sur lui que sur tous autres politiciens de son âge. Je suis certain qu’un jour il deviendra président de ce pays. 😛 😛 😛 😛

  53. Moussa Mara est un jeune politicien, si je peux me le permettre de le dire ainsi. Mais son jeune âge ne l’empêche pas de dire ce qu’il pense de son pays et de faire ce qu’il peut pour sa nation. Ce n’est pas aujourd’hui que les jeunes ont fait cette analyse.

  54. hA HA HA HA AHA HA. HO HO HO HO HO HO HO, HI HI HI HI HO HI HI HI WAAAAAAAAAAA WOOOOOOOOOO AH AHA HA AH AHA AH AH AH AH AH AH AHA HOHOHOHOHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA! HOHO HAHA On aurait tout lu sur ce site

  55. Mara n ‘a pas ete un bon maire, et ne le sera pas. Il n’a pas pu regler le tas d’ordures en face du cimetiere de son quartier, en plein ACI 2000. Il ne vaut rien .

  56. J’ai plutôt confiance aux jeunes apolitiques qu’aux jeunes politisés, c’est cas Moussa MARA et Mamadou Igor DIARRA, en jetant un coup d’œil sur leur parcours dans le régime présent, tout porte à croire que le second brille plus que le premier.
    Sois le meilleur quoique tu sois.
    « Si tu ne peux être pin au sommet du coteau sois broussaille dans la vallée, mais sois la meilleure petite broussaille au bord du ruisseau. Sois buisson si tu ne peux être arbre, si tu ne peux être route sois sentier, si tu ne peux être soleil, sois étoile ; Ce n’est point par la taille que tu vaincras ; sois le meilleur quoi que tu sois. Examinez-vous sérieusement afin de découvrir ce pour quoi vous êtes faits et alors donnez-vous avec passion à son exécution.». Martin Luther King.

  57. Le mensonge de l’année
    « C’est avec Mara que les Maliens ont vu tous les ministres descendre sur le terrain, poser des actions dans leurs domaines respectifs. » 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯

    Donc, le ministre actuel de la réconciliation national est dans son bureau ???? ❓ ❓ ❓ ❓ ❓
    Stoppez un peu avec le giottisme des politiques en perte de vitesse. Mara doit repartir à l’école de la Politique. Le problème avec MARA est qu’il a toujours cru qu’il pouvait gérer les problèmes du pays comme il a pu le faire dans sa petite mairie. 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    Il traine avec lui, la réputation du meilleur maire du MALI des indépendances. Le spectre de cette réputation le muscle le torse et l’empêche de faire quelques réglages.
    C’est dommage, parce que ce dernier peut faire mieux s’il tente d’être humble. Il va peut-être s’assagir avec le temps. A ce qu’il parait, il vient d’épouser une seconde épouse.

  58. « Moussa Mara, ancien Premier ministre qui a démissionné après neuf mois de bons et loyaux services au profit du Mali. » Sans blague ! ❗ 😯 ❗ 😯 ❗ 😯 😯 😯 😯

    Voici une drôle de façon de faire la promotion de l’homme Politique. Moussa MARA n’a pas démissionné, il a été remercié, nuance. 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8)

    Le jeune MARA avait beaucoup trop poussé des ailes. Sa fonction nécessitait beaucoup d’humilité et de sagesse. Il avait trop la force du jeune de la rue, il faut le dire, il n’est la référence de personne, il a encore beaucoup à apprendre. 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

  59. je suis vraiment ravi de ce monsieur à cause de sa simplicité, sa rigueur pour le travail bien fait , son patriotisme.
    En le voyant j’ai l’impression qu’il dort toujours avec le souci du grand maliba. bravo! 😆 😆 😆

  60. @D. Diama.Vous avez bien raison.Avec des hommes d’Etat comme Moussa MARA, nous avons toutes les raisons de croire en l’avenir du Mali.Moi je suis allergique aux hommes politiques en général.Mais Mara à cause des actes qu’il aurait posés en tant que maire m’ont fait changé d’avis.Depuis que Mara a subventionné la tenue scolaire de nos frères en CIV tout en rendant libre d’accès les réunions sur le bilan des finances de la mairie; je me suis dit que ce n’est pas que les trafics de terrains seulement que les maires peuvent faire… 😉

Comments are closed.