Nominations massives des militaires aux postes de gouverneur : Les administrateurs civils jugent celles-ci comme « méprisantes, insultantes et provocatrices » •La grève illimitée reste maintenue

9

La Plateforme d’action commune, composée du Syndicat autonome des Administrateurs civils (SYNAC), du Syndicat libre des Travailleurs du Ministère de l’Administration territoriale (SYLTMAT), du Syndicat national des Travailleurs des Collectivités territoriales (SYNTRACT) et du Comité syndical des Agences de Développement régional (CS-ADR), a tenu, le samedi 28 novembre 2020, une assemblée générale dans la Salle de réunion du Gouvernorat du District de Bamako. Au cours de cette assemblée générale, les participants ont décidé de poursuivre leur grève illimitée jusqu’à l’aboutissement total de toutes les revendications. Par rapport aux nominations massives des militaires aux postes de gouverneur, l’assemblée a jugé celles-ci comme méprisantes, insultantes et provocatrices.

Selon le secrétaire général du SYNAC, Ousmane Christian Diarra, plusieurs personnalités ont pris part à cette assemblée générale, dont des membres des cabinets des Gouverneurs, des préfets, préfets adjoints et sous-préfets, des militants et responsables des quatre syndicats de la Plateforme et des travailleurs retraités du MATD (ministère de l’administration territoriale et de la décentralisation). A ses dires, l’ordre du jour de cette assemblée générale portait sur la poursuite ou non de la grève illimitée, l’examen de la nomination massive de militaires aux postes de gouverneur. « La méthodologie adoptée a consisté à donner d’emblée la parole aux participants, afin d’éviter d’influencer leurs avis, pour qu’ils se prononcent sur la poursuite ou non du mot d’ordre de grève à durée illimitée. A l’issue des débats fructueux, libres et très contributifs, suivis d’explications, de restitution des démarches menées, de l’état des négociations et des perspectives, les décisions ont été retenues », a-t-il dit. Par rapport à la poursuite ou non de la grève, à l’unanimité, les participants ont décidé de maintenir la poursuite de la grève illimitée jusqu’à l’aboutissement total de toutes les revendications. « Par rapport à la nomination massive des militaires aux postes de gouverneur, l’assemblée, après avoir noté la légalité de ces nominations, a jugé celles-ci comme méprisantes, insultantes et provocatrices, dans la mesure où nul n’ignore que la priorisation des administrateurs à ces postes est une de leurs plus fortes demandes. Le préavis de grève du 24 janvier 2019 a justement été déposé dans ce sens. Enfin, l’assemblée générale a donné quitus aux bureaux de nouer des partenariats avec toutes autres structures partageant les points de vue de la Plateforme pour faire aboutir sa lutte dans l’intérêt des militants et du Mali, menacé par l’irresponsabilité et le mépris des autorités », révèle le compte rendu fait par le secrétaire général du SYNAC, Ousmane Christian Diarra. Il faut rappeler que lors du Conseil des Ministres tenu, le mercredi 25 novembre 2020, plusieurs militaires ont été nommés aux postes de gouverneur à travers le pays. A noter également que depuis le lundi 09 novembre 2020, la Plateforme d’action commune composée du SYNAC, du SYLTMAT, du SYNTRACT et du CS-ADR observe une grève illimitée sur toute l’étendue du territoire national pour l’amélioration des conditions de vie et de travail des agents à travers l’augmentation des primes et indemnités, le renforcement de sécurité des représentants de l’Etat, le paiement des salaires du personnel des ADR et bien d’autres revendications.

Aguibou Sogodogo

Commentaires via Facebook :

9 COMMENTAIRES

  1. IL FAUT FERMER L’ ENA, L ECOLE NATIONALE DES ANIMAUX!

    L’ ENA EST LA PIRE DES ECOLES AU MALI!

    L’ ENA EST NUISIBLE!

  2. Issiaka
    Votre naïveté est nauséabonde.
    Les SANOGO n’ont-ils pas battu campagne pour IBK?
    Vous croyez, toi et ces plusieurs milliers de maliens naifs, que ces militaires ne sont pas à la recherche d’un homme politique que vous dénoncez pour collaborer avec lui après les élections?
    C’est comme ça aussi on s’est mobilisé pour IBK jusqu’à préparer des gourdins à casser tout le pays, s’il ne passe pas.
    La souffrance de ce pays est à l’aune de l’ignorance de ses habitants.
    C’est exactement comme une personne sans instruction,sans métier jetée dans la société.
    Elle va souffrir comme sont entrain de souffrir les maliens.
    Deux militaires ont dirigé ce pays, tous criés aux hégémonies,on ose encore réclamer un pouvoir militaire.
    Les militaires s’accrochent au pouvoir sans résultat économique, les mêmes personnes vont faire sortir la population.
    Regarder les visages des personnes qui se sont mobilisées pour IBK.
    Ce sont les mêmes qui ont provoqué sa chute.
    Ce serait le même cas avec les militaires, s’ils s’accrochent.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

  3. loin d’être un sabotages comme pensent les administrateurs seulement une stratégie militaire qu’il faut voir .le pays est en guerre si cella est vrais pourquoi cette réticence des camarades administrateurs?

  4. La plupart des gouverneurs, préfets sont membres de partis politiques.
    La transition doit restée à équidistance des partis afin de garantir une certaine neutralité dans l’organisation des élections à venir.

    • Audi c’est aussi une façon de garantir la sécurité des informations.
      Il faut que l’armée la bonne fiabilité et la sécurité des informations.
      Il y a eu trop de sabotage et manque de contrôle des informations même Confidentielles.

  5. Il ne faut pas en vouloir aux jeunes colonels du CNSP car le Mande Massa en démissionnant leur a offert le POUVOIR sur un plateau d’argent.

  6. Si ça peut aider à fair cesser les grèves sauvages, je suis d’accord avec la nomination des militaires comme gouverneurs.

  7. Les administrateurs peuvent pouruivre leur greve mais le Mali ne s’arretera pas a cause d’eux. S’ils ont qualifie les nominations des gouverneurs d’insultants, ils peuvent toujours se plainde. A la fin ils peuvent etre remplaces par des administrateurs militaires. Nos FAMAs sont des administrateurs qui ont fait de grandes ecoles comme l’ENA avant d’aller a l’EMIA ou l’EMA. Alors qu’ils se taisent ou ils peuvent meme demissionner, comme le CNSP aura les mains libres pour les remplacer facilement. Il n’y a plus de place pour les ennemis du pays dans notre administration.
    A bon entendeur salut
    Vive la transition
    Vive le Mali republicain et laic
    Vive le Mali debarrasse des sangsus.

  8. Effectivement il s’agit actions méprisantes, insultantes et provocatrices, ce geste de la part de BAH NDAO et ses hommes. Ils sont sans conscience eu égard à l’état du Mali, c’est dommage, comment allons-nous sortir de ce bourbier avec des comportements de ce genre? Impossible, nous nous enfoncerons toujours un peu plus jusqu’au chaos total, cela est sans équivoque. Tellement que les hommes et les femmes de ce pays sont pervers et sadiques qu’en voulant bien faire, ils se retrouvent dans l’arrogance et la moquerie face aux autres, c’est regrettable dans ce pays, comment les ténors du pouvoir se rendrons comptent qu’ils sont arrogants face aux autres? Et qu’il faut qu’ils mettent de l’eau dans leur en acceptant de comprendre la souffrance des autres qui n’ont rien fait pour mériter de telle arrogance.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here