Pôle politique de gauche au Mali : 20 formations politiques donnent le ton

0

Le siège de la CNAS-Faso Hérè a abrité le lancement de la charte du Front populaire dénommé : Pôle de la Gauche patriotique, républicaine, démocratique, sociale, progressiste et panafricaine. C’était le lundi 6 juin 2016 lors d’un point de presse animé par le secrétaire général de la CNAS-Faso Hérè, Cheick Oumar Koné, le secrétaire général de l’US-RDA, Gaoussou Coulibaly et de la présidente des femmes de CNAS-Faso Héré, Mme Traoré Tiéydo Bah en présence du président du Parti CNAS-Faso Hérè, Dr Zoumana Sako et autres membres du parti.

 

Plus de 20 formations politiques et associations sont signataires de la présente charte afin de donner une nouvelle image à la formation politique au Mali et dans le but de préparer les échéances de 2018 prochaines. À la lecture du document, les partis politiques et associations se disent rassemblés dans cette charte pour la promotion d’une société plus juste et plus solidaire mettant en avant les idéaux de progrès social, du socialisme démocratique et du principe d’égalité des chances ancrées dans nos valeurs sociétales.

Ces partis politiques sont entre autres, la Convention nationale pour une Afrique Solidarité (CNAS-Faso Hérè), l’Association pour la promotion des idéaux des pères des indépendances africaines (API-PIA), le Front africain pour le développement(FAD), etc.

L’objectif de la création du Pôle de gauche au Mali, selon le communiqué de presse, est de s’unir politiquement pour combattre le terrorisme, le séparatisme, le djihadiste et le narcotrafic sous toutes leurs formes ainsi que toutes forces, actions et dérives portant atteinte aux valeurs de la République et de l’État de droit, aux fondements de notre culture, à la bonne gouvernance et à l’affirmation de l’autorité de l’État démocratique. Ensuite, le Pôle de gauche nouvellement créé se dit être conscient de tous les problèmes dont souffre le Mali, à savoir : la crise de l’école, de l’emploi des jeunes, la corruption, la mauvaise gouvernance et le problème du Nord.

À cet effet, le Pôle de gauche s’engage à œuvre pour une refondation de l’école malienne à la lumière des défis et des enjeux de maintenant et de demain, tout en offrant à la jeunesse urbaine et rurale de nouvelles raisons d’espérer et de se mobiliser à fond pour la construction d’un Mali émergent.

À noter que l’encadrement, la direction et l’animation politique du Front populaire sont organisés comme, entre autres, une assemblée générale, un directoire politique, un comité exécutif, un règlement intérieur fixant les conditions d’organisation et les modalités de fonctionnement.

M. BOROU

Commentaires via Facebook :

PARTAGER