Pouvoir et intrigues: Guerre froide à Koulouba

4
Ibrahim Boubacar Keïta au micro de RFI
Ibrahim Boubacar Keïta au micro de RFI. Pierre Rene-Worms/RFI

Candidat du Rassemblement pour le Mali(RPM), Ibrahim Boubacar Keïta est arrivé au pouvoir dans un contexte de crise, porté par un élan populaire dépassant les capacités de son parti. On trouve ainsi du tout venant dans l’entourage du nouveau président, au grand dam des ténors du parti présidentiel dont Dr Bocari Tréta, qui s’est contenté jusqu’ici d’un strapontin au sein du gouvernement à la place des charges de Premier ministre. Mais ce dernier qui avait pris son mal en patience semble ne plus être dans la logique du bon dernier, au risque de passer par des intrigues.

 

Dr. Tréta, actuellement ministre du Développement rural, ne s’est jamais publiquement prononcé sur la crise qui secoue le parti présidentiel. D’ailleurs, il ne le fera pas pour ses propres intérêts, mais des faits trahissent le numéro 2 du gouvernement.

 

Le plus remarquable fut le blocage du renouvellement du bureau de l’Assemblée nationale où il s’était rendu personnellement, provoquant une colère vive chez le président de cette institution.

 

Cette crise a fait prêter à Tréta l’intention de prendre « en otage » le pouvoir, en essayant de placer ses fidèles à des postes dits stratégiques au sein de l’Hémicycle. Vrai ou faux, en tout cas le ministre du développement avait en face un président de l’Assemblée nationale remonté à telle enseigne qu’il y a eu une espèce de prise de bec entre les deux membres importants du parti présidentiel qui ne soufflent plus dans la même corne.

 

Depuis l’incident de l’Assemblée nationale, des militants du RPM ne perdent pas une occasion de charger le ministre du Développement rural. L’on sait ce dernier engagé dans un bras de fer pour ne pas perdre le contrôle du parti dont il est membre fondateur. Il serait même « détenteur » du récépissé de la formation politique en question, indiquent certains.

 

En filigrane, il livrerait un combat singulier contre un autre baron du parti au pouvoir, Idrissa Abdoulaye Maïga, le ministre de l’Administration territoriale. Il serait aussi dans le collimateur des proches de la famille présidentielle exerçant une fonction ministérielle. Et ces derniers souhaitent que le future Premier ministre soit choisi hors du RPM.

 

Si le ministre du Développement rural venait à perdre le contrôle du RPM, ses ambitions pour la Primature s’éloigneront davantage. Et c’est de bonne guerre que ses partisans aient menacé de créer leur propre parti si jamais le président de la République venait à nommer une fois de plus une personnalité hors du RPM comme Premier ministre à la faveur de la réorganisation du gouvernement post-accord.

 

IBK qui a déjà deux ans au pouvoir est obligé d’aller vers la formation d’un gouvernement de large ouverture, incluant des forces vives aussi différentes que les groupes armés, les partis politiques et la société civile. Visiblement, il n’y aura donc pas assez de places pour caser les membres du RPM, mais le pire scénario serait que le parti perde la chance d’accéder à la Primature. En attendant, une guerre qui ne dit pas son nom a fini par s’installer entre les partisans et les détracteurs du secrétaire général du RPM. Et les intrigues de palais continuent.

Soumaila T. Diarra

 

 

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Mon ami Fof c est IBK même qui doit être viré ces genre de scandale n ont jamais été vu que sous son ère c est sont ses amis de bouteille ils sont entrain de piller mentir massacré les maliens que dieu le tout puissant les payes vive le Mâli et vive ATT

  2. Je trouve votre publication très approximative , sans analyses sérieuses et très impartiale. De sérieux problèmes secouent le rpm qui ne réalise pas encore que ce n'est lui a porté au sommet IBK mais l'ensemble des maliens.
    Votre aticle n'à autre intérêt que de nuire à autrui.

  3. IBK doit se résoudre à vider ce Bocari Treta qui commence à abuser. IL est vrai qu’il est un membre fondateur du RPM, mais de là à croire que le RPM est sa propriété privée, c’est vite aller en besogne. Disons nous la vérité, Treta n’a pas la personnalité requise ni pour être Président du RPM, encore moins 1er Ministre. Si d’aventure cela arrivait, ce serait très grave et pour le RPM et pour le Mali. IBK doit prendre toutes ses responsabilités et vider Treta qui ne représente rien politiquement. Cela aura le mérite de crédibiliser son régime.

    • Vrai ou faux…
      Le problème est qu’au Mali certains journalistes en crise de nouvelles trouvent leur salut dans la diffusion d’infos crapoteuses et fausses.
      Ce journalistes doit avoir un peu d’imagination car le parti n’est pas un bien privé même si on “detient son récepissé de création”. 🙄

Comments are closed.