Présidentielle/Marche de l’opposition : « Ensemble pour le Mali » donne de la voix

4
Armée rouge d’IBK

La plateforme  de la majorité présidentielle  « Ensemble pour le Mali », était face à la presse le mardi 5 juin dernier à la Maison de la Presse. Occasion pour le président de la plateforme, Bocary Tréta d’évoquer les nouvelles orientations de la majorité présidentielle et de fixer le cap pour la  présidentielle du 29 juillet prochain. Actualité oblige, Bocary Tréta s’est prononcé sur le contexte politique au Mali, notamment la marche avortée de l’opposition du 2 juin dernier.

Le président de la plateforme, Bocary Tréta était entouré par Moussa Timbiné, le président des jeunes «  Ensemble pour le Mali »,  Mamadou Blaise Sangaré, président du CDS, Assarid Ag Imbarcaouan, secrétaire général de l’Adema et Diawara Aïssata Touré dite Lady présidente des femmes de «  Ensemble pour le Mali».

Le président de « Ensemble pour le Mali » a réaffirmé son attachement aux respects des principes démocratiques à savoir, la liberté d’opinion et d’expression. «  Ayant consacré nos plus belles années au  combat pour l’avènement  dans notre pays d’une ère de liberté et de démocratie. Nous nous sommes battus hier pour ces acquis démocratiques. Nous continuerons à défendre ces acquis démocratiques pour tous », assure  Bocary Tréta.

Il  a également évoqué l’évolution de la Convention de la Majorité présidentielle en alliance « EPM ». A en croire  Dr Treta, cette  évolution traduit la volonté d’élargir la base  de  soutien à la réélection de Ibrahim Boubacar Keita.  A cet effet, la nouvelle alliance compte à ce jour plus de 68 partis politiques et plus de 300 associations et clubs de soutiens. «  Nous pouvons dire que l’EPM sera l’instrument de la majorité pour porter la candidature du président IBK», affirme-t-il.

En outre, Bocari Tréta a salué les actions du gouvernement de Soumeylou Boubèye Maïga : « Nous saluions l’engagement du Premier ministre à organiser des élections crédibles, transparentes, inclusives et acceptées de tous». Aussi, en qualité de président de EPM, il a invité tous les présidents et représentants des partis signataires, à s’impliquer auprès de leurs militants afin de donner une victoire écrasante à IBK lors de la présidentielle.

S’agissant  de la transparence des élections, le président de «  Ensemble pour le Mali » dénonce la mauvaise foi de l’opposition. «  Elle a demandé et obtenu tout ce qui pouvait l’être : l’audit du fichier électoral, la suppression des carte Nina, la prise en charge de ses représentants dans les bureaux de vote, la relecture  de la loi électorale», affirme Treta.  Concernant  l’interdiction de la marche du 2 juin dernier, le président de «  EPM »  assure  que la majorité présidentielle est totalement en phase avec le gouvernement. «  La constitution, les lois de la République ainsi que les décisions administratives doivent être respectées par tous »,  a-t-il déclaré.

Quant au président des jeunes «  Ensemble pour le Mali », Moussa Timbiné,   Il   a estimé que le gouvernement  respecte les libertés fondamentales  en tenant compte de la réalité sur le terrain. « Nous sommes en Etat d’urgence, Il y a le péril terroriste qui pèse sur les rassemblements. L’opposition  se doit d’être responsable en des pareilles circonstances »,  dira Timbiné.

S’adressant à l’Opposition qui accuse le gouvernement de manœuvres électorales,  Timbiné retorque que c’est  de la mauvaise foi  de la part de l’opposition.  C’est au peuple qu’il revient de juger le bilan d’IBK. «Donc, vous les membres de la Majorité présidentielle, vous devez éviter de sombrer dans les intimidations. Votre objectif, c’est de contribuer à donner une seconde chance à IBK, pour poursuivre sa mission de construction du pays ». a conclu Moussa Timbiné.

Mémé Sanogo

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Dans quelques semaines on verra qui a raison entre ces deux entités de la démocratie malienne, dans tous les cas de figure, ce que l’opposition réclame est loin du mensonge, les insuffisances inhérentes à l’organisation de l’élection présidentielle de juillet 2018, et l’accaparement de l’ORTM pas IBK et ses hommes. Ces deux réclamations restent une réalité indéniable et dans de tel cas, il faut rapidement corriger les insuffisances exprimées par cette opposition afin de réduire l’échauffement des esprits. Il faut dire à IBK et ses hommes qu’ils sont mal lotis eu égard à cette élection de juillet 2018, car tout le monde voit les insuffisances évoquées par cette opposition qui sont dans la logique qui dit “donnez nous votre votre place IBK”, mais pas du tout dans celle de pouvoir résoudre les problèmes actuels du Mali qui sont trop difficile, compliqués et complexes pour ceux qui sont à la base de la mise en route desdits problèmes. Notre pays est entre les mains de deux entités qui ne seraient pas aptes à sortir le Mali de cette crise multidimensionnelle. Il faut du temps et des acteurs conscients, il faut retenir que sur une très longue période ces deux paramètres semblent impossibles de conjuguer normalement. Le Mali est parti très longtemps pour le maintien de cette crise dont le temps et les acteurs seraient des limites difficilement combinables pour avoir une bonne mayonnaise pour rétablir un pays normal doté de toute sa dignité. Nous sommes dans l’œil du cyclone et pour en sortir, il faut du temps et des bons acteurs ce qui est la croix et la bannière actuellement. Le Mali va imploser sans équivoque, cette imposition donnerait une quatrième République qui se butterait encore à cette combinaison entre bons acteurs et temps de la mise en œuvre pour l’émergence d’une bonne République, ainsi nous prendrons encore des raccourcis comme le 26 mars 1991, ainsi seraient reconduit le même système qui ne serait qu’un avatar de l’ancien et plus tard dans quelques décennies d’autres crises multidimensionnelles apparaitrons, ainsi de suite jusqu’au jour où nous aurions des acteurs conscients pour reconstruire le Mali dignement. Le problème actuel du Mali, est de mettre en œuvre des acteurs conscients et les inconscients qui sont les plus nombreux ne donneraient jamais, jamais, jamais la chance à ces acteurs conscients de monter au créneau et de reconstruire notre très cher Mali.

  2. Meme demain vous sera bien matte par les forces de la securite.
    Un oposition qui fait honte pour c pays. Vous n’as acun d’autre solution politique que organise des coup d’etat en chaque transition electoral?
    Le Mali nest partien pas a votre pere seul, mais le Mali est pour tous, donc on accepte plus de detrui notre pays sur la base des jealousies, hypocrecie et mal intention.
    Nous some qui nui dan la majorite et ni dan l’oposition sont pret pour deffendre c pays par le sangs.
    Merci

  3. La police a réçu l’ordre de débarrasser les voies publiques afin que les maliens vaguent à leurs occupations. Tous ceux qui s’y trouvent sans autorisation préalable constituent un obstacle qu’il faut dégager. Dans le cas d’espèce ce sont les assoiffés de pouvoir qui étaient l’obstacle. Ils sont été simplement dégagés de façon très professionnelle par la police. La police ne fait que son travail.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here