RETROSPECTIVE : Proclamation de l’Indépendance du Mali

0
Modibo KEITA
Modibo Keita, le 1er président du Mali

Voici un extrait du discours historique prononcé par le président du futur Etat indépendant du Mali  M. Modibo Keita, après l’éclatement de la Fédération.

« Dans un monde de plus en plus tourmenté, où la légalité n’apparaît qu’à travers les intérêts stricts des pays, la lutte, pour nous, devra s’engager sur le plan politique. C’est la raison pour laquelle nous vous invitons à autoriser l’Assemblée législative:

1) À appréhender les compétences transférées par la République Soudanaise à la Fédération du Mali;

2) À proclamer comme État indépendant et souverain la République Soudanaise;

3) À proclamer que la République Soudanaise s’appelle République du Mali, libre de tous engagements et liens politiques vis à vis de la France, comme la Haute Volta, la Côte d’Ivoire, le Niger, le Dahomey. C’est la conséquence logique de la caducité des accords franco maliens, que la France a délibérément violés en reconnaissant la République du Sénégal comme Etat indépendant. Notification de ces décisions sera faite au Gouvernement Français, à l’Organisation des Nations Unies et à tous les pays indépendants.

La République du Mali est née. Le Mali continue. Fidèles à notre idéal d’union et de paix, j’insiste sur ce mot, nous sommes décidés à établir des relations amicales avec tous les Etats du Monde, sans exclusive aucune, singulièrement avec ceux d’Afrique qui seront désireux de promouvoir une politique d’union et de progrès, de s’engager résolument dans la lutte pour la libération totale du Continent africain et l’établissement d’une paix durable entre tous les peuples.

La République du Mali est née. Le Mali continue. Le mot Mali continuera à résonner comme un gong sur la conscience de tous ceux qui ont œuvré à l’éclatement de la Fédération du Mali ou qui s’en sont réjouis. Nous restons mobilisés pour l’idée de la Fédération qui, malgré tout, demeure une semence virile de l’unité africaine. Nous avons perdu une partie, mais gagnerons la manche, in challah. Les puissances d’argent, les forces rétrogrades et impérialistes n’y pourront rien.

Camarades, la Fédération du Mali, en tant qu’entité territoriale, n’existe plus. Son support politique était le Parti de la Fédération Africaine.

Toutes les Maliennes et tous les Maliens doivent se considérer comme mobilisés pour la construction de la République du Mali, patrie de tous ceux qui sont fermement attachés à la réalisation de l’Indépendance et de l’unité africaine, toutes les Maliennes et tous les Maliens doivent accepter tous les sacrifices pour que notre pays puissent sortir grandi, rayonnant, de l’épreuve qu’il traverse, pour que les Africains libres, réellement libres, puissent, sans possibilité d’ingérence, s’unir pour que s’affirme une grande nation africaine, qui marquera de son sceau la politique internationale, pour que la paix, espoir des peuples en voie de développement, s’établisse entre tous les pays du Monde ».

Puisse la lumière allumée par le premier président éclairer la lanterne des nouvelles générations pour hisser le Mali au firmament des nations dignes, fières de leur passé et prospères.

Youssouf Sissoko

youssouf@journalinfosept.com

PARTAGER