Session du comité de défense nationale : Le président Goïta salue la nouvelle dynamique opérationnelle

5

La rencontre s’est tenue hier dans Ia salle des Banquets du Palais de Koulouba, sous la présidence du chef de l’état. Ce cadre d’échanges entre le chef suprême des Armées et les chefs militaires, a huis clos, était élargi au gouvernement avec Ia présence du Premier ministre Choguel Kokalla Maiga et de plusieurs ministres. L’objectif était de faire un bilan d’étape après deux années d’exercice du commandement militaire actuel

A l’entame des travaux, le ministre de la Défense et des Anciens combattants a reconnu que la situation sécuritaire de notre pays n’est pas totalement satisfaisante. « Nous savons que le défi à relever est immense. Nous savons que le chemin est long et pourtant, nous sommes optimistes et nous gardons espoir et foi en l’avenir car nous voyons les notables progrès réalisés par nos Forces de défense et de securité pendant les deux dernières années », a souligné le colonel Sadio Camara.

Pour lui, depuis l’investiture du colonel Assimi Goïta le 7 juin 2021, il a fixé comme priorité absolue, la sécurisation du territoire national partant du constat simple qu’il ne saurait y avoir de développement sans sécurité.

C’est la raison pour laquelle, rappelle a-t-il, le premier axe du Plan d’action du gouvernement porte sur l’amélioration de la sécurité. Selon le ministre Camara, afin de rendre possible la montée en puissance de notre outil de défense, le chef suprême des Armées a estimé que la politique et la stratégie générale qui guidaient notre action avaient échoué.

Il en a donc tiré des leçons en réorientant notre coopération vers des partenaires plus fiables et plus sincères, dans un esprit gagnant-gagnant, permettant de défendre au mieux, les intérêts vitaux du Mali. C’est ainsi que des équipements sophistiqués notamment des avions de combat, des radars, des matériels roulants, des armements et des munitions ont été acquis.

Ces investissements ont permis aux Forces de défense et de sécurité maliennes d’obtenir des résultats positifs malgré les contraintes et l’action néfaste de certaines puissances extrarégionales « prêtes à tout pour nous isoler et exacerber les tensions avec certaines organisations de la région qu’elles instrumentalisent ».

NOUVELLE POSTURE- Pour sa part, le chef d’état-major général des Armées dira qu’en septembre 2020, lorsque la hiérarchie militaire arrivait aux commandes des Forces armées maliennes (FAMa), la situation du pays était difficile, avec un environnement complexe, ambigu et volatile. Le général Oumar Diarra a rappelé que le peuple malien commençait à douter de l’avenir.

Pour émerger de cette situation complexe et relancer les FAMa, il fallait recadrer, réorienter et redynamiser nos actions pour plus d’efficacité, de réactivité et d’harmonisation. L’état-major général des Armées, dira le général Diarra, a édicté des directives initiales de commandement en janvier 2021, pour guider et orienter ses actions et celles des états-majors et directions de services.

La finalité étant de disposer des FAMa assurant en autonomie, la défense souveraine du territoire national et promouvant les intérêts fondamentaux du pays. Et dans ans la même veine, trois axes d’efforts ont été définis notamment la conduite des opérations avec le plan Maliko qui est une approche globale en réponse à la crise multidimensionnelle, l’opération Kèlètigui pour rechercher et détruire les sanctuaires terroristes, le concept Tilékoura élaboré pour la sécurisation des échéances électorales et d’autres en réponse à l’extension du terrorisme vers les zones Sud et au banditisme.

RÉADAPTATION DE LA STRATÉGIE- Dans son discours de clôture, le président de la Transition a salué les chefs militaires pour la nouvelle posture opérationnelle qu’ils ont adoptée et dont les résultats sont tangibles sur le terrain. Selon le colonel Assimi Goïta, d’août 2020 à nos jours, la dynamique opérationnelle a significativement changé eu égard au renforcement et à l’équipement des Forces en moyens de combat terrestres, aériens et aéromobiles.

« Malgré ces efforts louables, nous notons au même moment, une réadaptation de la stratégie des groupes armés terroristes que nous devons intégrer dans nos réponses », a souligné le chef suprême des Armées. Pour lui, des résultats salutaires sont obtenus au quotidien, même si certains défis persistent.

Le chef de l’état a annoncé que cette journée de rencontre sera instituée afin d’établir un cadre d’échanges entre le président et les Forces de défense et de sécurité. Les échanges permettront de faire régulièrement le point des acquis, d’en tirer les leçons pour les perspectives.

« Suivant notre volonté d’adaptation à l’environnement opérationnel, sans cesse variable, nous avons jugé déterminant de mettre en place un commandement des opérations spéciales. Il sera composé du BAFS-CA, des FAT, du GRI (ANSE) et de la composante AIR », a annoncé le chef de l’état. En sa qualité d’outil militaire complémentaire des forces conventionnelles, a-t-il ajouté, le commandement des opérations spéciales aura une vocation hautement stratégique.

Le chef suprême des Armées a invité les responsables militaires à relayer les orientations des autorités, car l’outil de défense est un symbole de la souveraineté d’un État. Il les a ensuite invités à inscrire leurs actions dans les éléments structurants guidant l’action gouvernementale à savoir le respect de la souveraineté du Mali, le respect des choix stratégiques et la défense des intérêts vitaux du peuple malien dans les prises de décisions.

Cette rencontre qui s’est déroulée à huis clos a été marquée par les présentations des chefs d’états-majors et directeurs de services. à l’issue de la rencontre, le colonel Sadio Camara a expliqué à la presse que cette session du comité de la défense nationale élargie à des membres du gouvernement, avait pour objectif de faire un bilan d’étape après deux années d’exercice du commandement militaire actuel sans la moindre complaisance.

En tant que ministre de la Défense et des Anciens combattants, il a dit en sortir très satisfait et optimiste. « Ce que nous avons entendu aujourd’hui nous permet de voir l’avenir avec confiance tout en restant réaliste sur la nature des menaces et des défis à surmonter », a-t-il ajouté.

Commentaires via Facebook :

5 COMMENTAIRES

  1. Ce qui est certain, nous sommes déjà dans la gueule du loup et pour en sortir il faut beaucoup de tacts et d’intelligences. Et nous ne voyons pas comment cette équipe pourrait être dotée de sens nécessaire pour lever le défis qui se pose à nous aujourd’hui. Nous attendions vos réactions intelligentes comme système de réponse adaptative aux crises qui nous secouent actuellement. Notre pays ne marchera jamais dans la mise en scène du cinéma et des fourberies, il faut travailler dans la justice, la justesse, la sincérité, l’honnêteté et la vérité. Personne ne doit avoir peur de la vérité, éviter le népotisme, la tricherie, le clanisme, le clientélisme, la jalousie, la méchanceté inutile et l’égocentrisme.
    « Le Bonheur c‘est lorsque vos actes en accord avec vos paroles » Gandhi

  2. L’avenir avec confiance c’est l’unité et l’intégration economique et sécuritaire (defense) entre le Mali-le Burkina Faso et la Guinee!

  3. L’avenir avec confiance c’est l’unité et l’intégration economique et sécuritaire (defense) entte le Mali-le Burkina Faso et la Guinee!

    • L’avenir avec confiance c’est l’unité et l’intégration economique et sécuritaire (defense) entre le Mali-le Burkina Faso et la Guinee!

  4. Vive Choguel K. Maiga
    Quand on annone la mort d’un être humain et qu’on le voit après en photo de famille., en chair et en os…cela fait peur. Cela porte malheur aux ennemis de Choguel, aux ennemis du Mali.
    Que cela hante les ennemis du Mali jusque dans leur tombe.
    Amen!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here