Tembine, Gano et Diarrassouba à la tête d’une fronde contre Treta : Le spectre de l’implosion plane désormais sur le RPM d’IBK

0

Après la chute du régime IBK en Août 2020, nombreux étaient les observateurs de la scène politique malienne à s’inquiéter de l’avenir, voire du devenir du Rassemblement pour le Mali, RPM, tant les contradictions, les dissensions et les égos surdimensionnés des uns et des autres avaient pris le dessus sur le combat idéologique. La hache de guerre des clans qui avait été enterré un moment, vient d’être déterrée à la suite des Assises du Comité Central du parti des tisserands au Palais de la Culture Amadou Hampaté Bah. Ces Assises convoquées par le Président du parti Bocari Tréta semblent outrepasser les prérogatives statutaires, en tout cas selon les membres d’un Collectif pour la Défense des Statuts et Règlement Intérieur du RPM, CDSRI. Contre toute attente les cadres du parti présents à ce comité central ont illégalement désigné le candidat du parti à l’élection présidentielle, dont la date est loin d’être fixée. Pour Tembiné, Gano et Diarrassouba, cette décision, à la fois hâtive et non consensuelle ne saurait engager leur parti d’où l’appel à la mobilisation des militants pour barrer la route à Tréta et compagnie. Va-t-on désormais assister à une bataille de légitimité contre celle de la légalité ? Le RPM va-t-il connaitre le même sort que l’ADEMA ? Le Père spirituel qu’est IBK va-t-il faire comme Alpha Oumar Konaré qui a assisté à la fracture de l’ADEMA sans piper mot ?

C’est par une correspondance en date du 7 janvier 2022 que le collectif pour la Défense des Statuts et Règlement Intérieur du RPM a vigoureusement contesté la déclaration portant sur la résolution générale de la troisième session du Comité Central du RPM, tenue les 28 et 29 décembre 2021 au Palais de la Culture Amadou Hampaté Bah. Les frondeurs dont les têtes de proue sont les honorables Moussa Tembiné, ancien Président de l’Assemblée Nationale et Président du Mouvement des jeunes du RPM, Me Babar Gano, ancien député et secrétaire général du Bureau politique National du RPM et l’honorable Mamadou Diarrassouba, ancien député, ancien questeur de l’Assemblée Nationale et membre de l’actuel Conseil National de Transition, CNT, désapprouvent les résolutions et recommandations issues de ce Comité central du RPM. Parmi les points de discorde il y a entre autres la désignation du Président du parti Dr Bocari Tréta comme candidat naturel à la prochaine élection présidentielle, le Quitus accordé au BPN- RPM de procéder au remembrement du Bureau politique National, BN-UF RPM, BN-UJ-RPM en dehors du cadre normatif, la modification et la mise en application immédiate des textes du parti sans être entérinée par l’instance appropriée qu’est le congrès. Le Collectif, tout en demandant au BPN-RPM d’annuler lesdites résolutions qu’il trouve illégitimes et illégales, se réserve le droit de mener, par tous les moyens légaux, des actions pour défendre les Statuts et Règlement Intérieur du RPM et demande la convocation sans délai d’un congrès pour renforcer le parti.

Sans nul doute la vieille rancœur entre le clan Tembiné et celui de Tréta refait surface. Pour rappel Moussa Tembiné au plus fort de sa popularité et de sa suprématie politique a toujours été le bourreau de Tréta en commune V du District de Bamako, lui empêchant d’émerger, malgré son statut de Président du parti. Donc après la chute de leur régime, Bocari Tréta pense trouver une occasion idoine pour régler son compte avec son rival Tembiné, affaibli par le changement de régime.  Le Président du RPM, Dr Bocari Tréta y parviendra-t-il ? Difficile de répondre par l’affirmatif, car il a perdu quelques-uns de ses soutiens d’hier que sont Mamadou Diarrassouba, et dans une moindre mesure Me Baber Gano, qui semblent faire le choix de la légalité. Il est désormais fort probable qu’on assiste, dans les jours ou dans les mois à venir à un bicéphalisme à la tête du RPM, sous le regard médusant de son père fondateur et spirituel, l’ancien Président de la République IBK. Il serait à la base de la désastreuse situation dans laquelle se trouve le parti des Tisserands. A ce rythme il ne fait aucun doute que le RPM connaitra le même mauvais sort que son parti géniteur qu’est l’ADEMA, à savoir une ou des formations politiques issues de ses entrailles. D’ores et déjà l’ancien PM Abdoulaye Idrissa Maïga, ancien membre du BPN RPM, s’est démarqué pour créer son Mouvement politique. Il a été suivi par Abdramane Sylla, un ancien ministre et ancien membre du BPN RPM.

En somme, ni Alpha Oumar Konaré, encore moins IBK, n’ont été des bons leaders, car ils ont adopté la posture, après moi le déluge, en assistant à l’implosion des partis qui leur ont permis d’accéder à la magistrature suprême. Aux cadres et militants de ces partis de faire preuve de sagesse en mettant les intérêts supérieurs de leurs formations politiques au-dessus de leurs égos et des querelles byzantines. Un dialogue fécond afin d’aboutir à un large consensus est plus que nécessaire pour éviter le syndrome de la division ou de l’implosion du RPM.

Youssouf Sissoko

Source : L’ALTERNANCE

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here