Plus de 20 millions FCFA volatilisés à l’ANADEB : La gestion de l’ex DG épinglée

0

Dans son rapport publié le 16 décembre 2021, le Bureau du Vérificateur Général (BVG) a révélé des irrégularités financières de 20 533 671 FCFAau niveau de l’Agence Nationale de Développement des Biocarburants (ANADEB) suite à une vérification financière portant sur les exercices budgétaires 2018, 2019 et 2020. Du coup, ce rapport épingle la gestion de l’ancien Directeur Général de l’ANADEB, Madani Mamadou Diallo.

L’objectif de ce contrôle par le Bureau du Vérificateur Général (BVG) à l’ANADEB était de s’assurer de la régularité et de la sincérité des opérations de recettes et de dépenses. «Les travaux de vérification ont porté sur les opérations de recettes et de dépenses ; ainsi que sur les actes d’administration et de gestion des exercices 2018, 2019 et 2020 », précise le rapport. Et d’ajouter que les constatations et recommandations issues de la présente vérification sont relatives aux irrégularités administratives et financières. « Ces irrégularités financières sont estimées à 20 533 671 FCFA », révèlent les enquêtes.

Également, des irrégularités administratives sont mises au goût du jour par le document d’enquête. Selon le BVG, ces irrégularités administratives relèvent des dysfonctionnements du contrôle interne.

À ce titre, le Bureau du Vérificateur Général a formulé des recommandations. Il a demandé à ce que le Président du Conseil d’Administration veille à la tenue régulière des sessions ordinaires du Conseil d’Administration.

Quant à l’ancien dirlo de l’ANADEB, Madani Mamadou Diallo, il se devait de respecter la composition des commissions de réception, conformément à la réglementation en vigueur ; faire signer les attestations de service fait par le Comptable-matières;  faire certifier les factures des dépenses de la régie par le Comptable-matières et éviter le fractionnement des dépenses.

S’agissant de l’Agent Comptable de l’ANADEB, le Vérificateur Général lui demande d’établir les comptes de gestion et les faire certifier. Au Régisseur d’avances, d’éviter de payer les factures non certifiées par le Comptable-matières.

Enfin, le Vérificateur Général demande au Contrôleur financier et à l’Agent comptable de l’ANADEB de veiller au respect de l’imputation budgétaire.

Adama Coulibaly

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here