Vœux de l’opposition malienne au Chef de l’Etat : ‘’Depuis vingt- sept mois, notre peuple attend toujours que l’Etat affirme son autorité’’

3

Le mardi 12 janvier 2016, l’opposition malienne, comprenant plus d’une dizaine de partis politiques, présentait ses meilleurs vœux de l’année 2016 au président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), à Koulouba. Occasion pour le chef de file de l’opposition malienne, l’honorable Soumaïla Cissé, de fustiger la gestion chaotique du pays au cours des 27 derniers mois. Dans un diagnostic sans complaisance de la situation du pays, Soumaïla Cissé a fait savoir que depuis vingt- sept mois notre peuple attend toujours que l’Etat affirme son autorité, qu’il prenne ses responsabilités en matière de sécurité et de défense du territoire.

« Monsieur le Président de la République, tournés vers 2016, nous devons nous rappeler que 2015 fut une année difficile pour notre peuple confronté à différentes formes d’insécurité, de précarité, de mauvaise gouvernance et surtout de déficit d’Etat. Les épreuves endurées ont contribué à éroder le pouvoir d’achat des populations et créé un malaise dans les régions encore victimes des méfaits de l’occupation dont les conséquences sont toujours présentes. Le pays vit dans une incertitude. Les Maliens ont la nette impression d’une action publique sans but, sans visibilité, d’un exercice du pouvoir qui tourne à vide, de l’absence de réformes et donc de direction. Les Maliens s’interrogent sur le manque d’ambitions de la gouvernance actuelle. Les Maliens ne se reconnaissent pas dans l’Etat tel qu’il fonctionne », a déclaré le chef de file de l’opposition, l’honorable Soumaïla Cissé, président de l’Union pour la république et la démocratie (Urd).

Le chef de l’opposition a aussi ajouté que depuis vingt- sept mois, notre peuple attend toujours que l’Etat affirme son autorité, qu’il prenne ses responsabilités en matière de sécurité et de défense du territoire. Pour Soumaïla Cissé, il est temps de sortir de l’immobilisme actuel et redonner espoir à nos populations. A l’en croire, les Maliens attendent un Etat fort, un Etat solide, stable et juste, un Etat stratège capable de donner une direction au pays. Il a sans ambages souligné que l’opposition républicaine ne cessera jamais de dénoncer les dérives qui menacent dangereusement le fondement et les valeurs de notre République. Une paix juste et durable, a-t-il déclaré, ne peut résulter que d’un véritable dialogue inter-malien. Selon lui, l’opposition demeure attachée à une solution pacifique de la crise du Nord, une solution par le dialogue. « Nous aurions préféré un accord où le principe démocratique de la séparation des pouvoirs dans les régions est préservé. Toutefois, même imparfait, nous avons pris acte de l’Accord que nous considérons comme une étape de la longue quête de paix et de stabilité au Mali. C’est pourquoi nous appelons à la tenue de concertations pour améliorer l’Accord et consolider les conditions de restauration de la paix et de la stabilité. L’opposition dans son ensemble prône la paix, la justice et rejette toute forme de violence comme moyen d’expression, condamne fermement le terrorisme sous toutes ses formes, le trafic de drogues et toutes criminalités en bandes organisées dans notre pays. Près de sept mois, après la signature de l’Accord d’Alger, peu de progrès ont été accomplis dans sa mise en œuvre. La dernière réunion du Comité de suivi de l’Accord d’Alger a tiré la sonnette d’alarme sur les risques d’un enlisement du processus de paix du fait de l’immobilisme du gouvernement. L’opposition attire votre attention sur les risques et les conséquences de l’enlisement du processus de paix », a souligné l’honorable Cissé.

Pour le chef de file de l’opposition, les défis sécuritaires obligent à bâtir une armée forte. «Au cours de l’année 2015, la liberté d’expression chèrement acquise au prix du sang a été fortement chahutée dans notre pays. Vous n’avez pas hésité vous même à vous en prendre nommément à un dirigeant de l’opposition à tort et dans des termes empreints de menaces. Notre vigoureuse réaction, l’indignation citoyenne de nos compatriotes ont démontré l’indéfectible attachement du peuple malien aux valeurs fondatrices de notre démocratie… Il est temps Mr le Président, s’il vous plait Mr le Président : LIBÉREZ l’ORTM! », a-t-il réclamé.

A ses dires, le respect dû à notre peuple, à ses souffrances, à ses sacrifices, nous oblige à tourner la page de la mauvaise gouvernance, des scandales, des surfacturations, à tourner la page de la corruption et de l’impunité. « Il nous faut mettre fin à la gabegie, aux détournements de ressources publiques, à l’abus de biens sociaux. Pour ce faire, l’exemple doit venir d’en haut. Sans bonne gouvernance, il n’est pas possible de construire un État viable. Sans bonne gouvernance, il n’est pas possible de lutter sérieusement contre le terrorisme. Sans bonne gouvernance, il sera impossible de relever les défis et écarter les dangers qui menacent notre pays », a-t-il précisé. Avant de faire savoir que le statut du chef de l’opposition politique doit être opérationnel. En outre, il a souhaité la neutralité de l’armée, de l’administration, de la religion dans le jeu politique.

Aguibou Sogodogo

 

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Ce qui est sur et indiscutable, est que le chef Soumi fait peur au régime. Il fait trembler IBK, et ça personne ne peut dire le contraire ni le nier.
    Nous avons une jeunesse apatride, qui pour des intérêts personnels ne tarde pas vendre son honneur et sa dignité si bien que nous ne sommes pas de cette catégorie de jeune. Accepter de dire du n’importe quoi pour de l’argent, c’est au Mali que l’on voit cela. Soutenir la médiocrité contre l’excellence, il faut être malien pour le faire, c’est juste pitoyable.
    Dans tous les cas, Soumi ne cessera d’exécuter sa tache et il l’a dit face au président de la république lui même.. C’est surtout ce qui fait sa force, son humilité, son sang froid, son grand esprit de responsabilité.

    NOUS SOMMES SOUMI
    NOUS SOMMES L’OPPOSITION
    VIVE LA FORCE MONTANTE
    DIEU BENISSE L’URD

  2. Le régime d’IBK n’a jamais eu la capacité et la volonté de bien faire. Le premier objectif du président lui même (IBK) et son entourage est de se remplir les poches, de piller le pays, de dilapider n’importe comment notre argent.
    Les maliens ont obligation d’ouvrir les yeux et de faire blocus face à cet imposteur d’IBK. Un président qui effectue d’incroyable nombre de voyage sans aucune rentabilité pour le pays. Il gère le pays avec sa famille, sa belle famille (les parents de sa femme) et ses amis d’enfance avec lesquels il consommait bonnement son whisky.
    C’est vraiment dommage de voir notre peuple si inactif en voyant cette gestion catastrophique du pouvoir par IBK. Si nous ne faisons pas attention, notre connaitra une nouvelle chute à l’instar de cette de 2012 et cette fois-ci, cela sera très très dur pour nous. Dieu nous en garde.
    Nos soutiens à Soumi champion et à ses braves partis de l’opposition constructive. Vous faites notre fierté, celle de notre démocratie et de notre peuple.

  3. Ce qui est sur et indiscutable, est que le chef Soumi fait peur au régime. Il fait trembler IBK, et ça personne ne peut dire le contraire ni le nier.
    Nous avons une jeunesse apatride, qui pour des intérêts personnels ne tarde pas vendre son honneur et sa dignité si bien que nous ne sommes pas de cette catégorie de jeune. Accepter de dire du n’importe quoi pour de l’argent, c’est au Mali que l’on voit cela. Soutenir la médiocrité contre l’excellence, il faut être malien pour le faire, c’est juste pitoyable.
    Dans tous les cas, Soumi ne cessera d’exécuter sa tache et il l’a dit face au président de la république lui même.. C’est surtout ce qui fait sa force, son humilité, son sang froid, son grand esprit de responsabilité.

    NOUS SOMMES SOUMI
    NOUS SOMMES L’OPPOSITION
    VIVE LA FORCE MONTANTE
    DIEU BENISSE L’URD

Comments are closed.