COVID-19 : La réponse des autorités inquiète autant que la maladie

0

Ce qui est étonnant, c’est l’absence d’études et de suivi. Par exemple: on ne sait où sont contaminés la majeure partie de nos cas positifs ? Est-ce au marché ? A l’aéroport ? C’est d’autant important pour le ciblage et l’orientation de nos actions.

Dans le discours du président de la Transition, Bah N’Daw, qui circule, on y parle de plus 5000 cas, tandis que selon les chiffres de l’Inrsp, on parle 4710 cas dont 3206 guéris. Donc, il n’y aurait qu’officiellement environ 2000 cas positifs actifs. Alors, d’où viennent les 5000 autres ?

L’efficacité des mesures telles que les couvre-feux n’a été prouvée scientifiquement nulle part. Soit on confine tout le monde (ce qui est impossible dans notre cas), soit on limite l’ouverture des lieux publics en préconisant l’adoption et la mise en œuvre rigoureuses des mesures barrières. Sinon, l’histoire des heures ne tient pas et ça ne colle même pas au bon sens.

Toute mesure ne sera efficace que si elle est supportée par certaines données scientifiques. En savoir plus sur nos cas permettra de décider des bonnes réactions. Sinon tirer dans l’obscurité en faisant semblant ne fera qu’empirer la donne. Les centres de prise en charge sont saturés et rien n’est fait pour en trouver d’autres. Depuis des mois, il y a une insuffisance de tests et rien n’est envisagé pour leur disponibilité. Le secteur de la santé connaît des perturbations en dépit de l’urgence de la situation qui n’a pas commencé aujourd’hui.

Enfin, malgré le contexte difficile, on prend des mesures restrictives sans le moindre accompagnement: que prévoir pour les ménages vulnérables qui vivent à l’heure travaillée ? Quel accompagnement pour les travailleurs de nuit ? Pour les secteurs touchés ? Quid des transports publics ?

Les autorités qui sont censées rassurer sont déjà paniquées. Donc, il faut se revoir hein!

M.Assory

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here