Recherche : Fin du mythe Ogobara DOUMBO

13

La Rentrée solennelle universitaire 2016-2017 a été placée cette année sous le signe de la Recherche. Un secteur dont la seule évocation faisait penser automatiquement à certaines figures scientifiques du Mali, particulièrement au professeur Ogobara Doumbo, patron du Malaria Training Center à la faculté de Médecine, de Pharmacie et d’Odontostomatologie. C’est d’ailleurs le professeur Doumbo qui était à l’honneur le 27 décembre dernier. Pourquoi ce choix ? Serait-il encore la fine fleur de la Recherche au Mali ? Si c’était le cas, cela voudrait dire tout simplement que la recherche est à terre au Mali. Voici maintenant près de deux décennies que le professeur Ogobara est en train de promettre monts et merveilles aux Maliens et au monde entier dans la lutte contre le paludisme. Les Américains ont longtemps misé sur lui en finançant le Malaria Training Center. Mais au bout du compte, il n’y a eu aucun résultat probant dans la recherche d’un vaccin. Même les simples protocoles de traitement curatif de la maladie dans lesquels il est impliqué sont assez décriés dans les formations sanitaires. De nombreux autres pays africains, qui ont commencé la recherche sur le paludisme après le Mali, sont aujourd’hui en avance. Pour reprendre un détracteur, ” tout ce dont dispose le professeur, c’est sa capacité à berner, notamment quand il commence à exposer en anglais “. Mais ce n’est pas tout, le professeur Ogobara est loin d’être un Saint dans son milieu. Entre autres, on lui reproche d’avoir fait fuir plusieurs éminences grises, de n’avoir donné leur chance qu’aux seuls chercheurs de son ethnie à qui ils trouvent volontiers des bourses d’études et de spécialisation dans les meilleures écoles, de régner en véritable dictateur… Il est même arrivé un cas où un chercheur n’a pu disposer de ses fonds de recherche par la faute du professeur. Visiblement intouchable à l’époque, les autorités s’étaient tout simplement proposées de relancer ce chercheur, sans prendre le soin de demander des comptes au professeur. Mais tout cela serait passé inaperçu si le professeur avait obtenu des résultats intangibles de plus de 20 ans de recherche. Mais il n’en est absolument rien. Le mythe a cessé il y a longtemps, y compris chez ceux-là mêmes qui ont financé son centre.

I.Vitalki

Commentaires via Facebook :

13 COMMENTAIRES

  1. M.vitalki toi le bâtard tu n’as pas honte de mentir sur cet honnête homme et zié tu dis qu’il trois femmes pourquoi vous mentez sur lui comme ça.De pur calomnie des bâtards comme vous j’en ai jamais vu.

  2. Si les américains peuvent aider à obtenir ce vaccin (qui sauvera des milliers de Maliens, des millions d’africains et probablement zéro américain) alors le prix de la découverte est secondaire, sachant que quelque part ces américains sont en droit de réclamer le brevet étant le principal financier comme vous l’avez souligné….

  3. Égoïsme et hypocrisie, deux mal à éviter mon frère….
    Bon courage à Ogo.

  4. Ce qui est sûr et évident, le Pr Doumbo a un niveau de vie extrêmement élevé, cela même plus que celui de ses collègues américains. Trois femmes tous logées dans des splendides villa chacune et avec des multiples voyages à l’extérieur à la clef.
    Le but de la recherche est de mettre des produits (vaccins compris) à la disposition des gens. Force est de constater que le palu ne recul pas.

    • En ce que je saches il a deux femmes et je leurs connais toutes les deux. Qui est la 3eme?

  5. Un article pas du tout réfléchi et décourageant de la part d’un organe de presse d’un pays qui croule sous les infections palustres. Félicitation au docteur Dr DOUMBO

  6. Mais comment on arrive à publier un tel chiffon! Puisse Dieu avoir pitié de toi, vivre avec tant de rancœur. Yako!

  7. Quelle méchanceté inutile et gratuite ! au moins le professeur cherche, et vous vous découragez ! Vous êtes vraiment “grave”

  8. Monsieur le journaliste égoïste de père et de mère stp laisse cet excellent chercheur en paix. Il vaut mieux que toi car tu peux même pas rédiger un bon article en français à plus fort raison d’être chercheur. Je connais beaucoup d’africains qui ont passé par son centre et qui font aujourd’hui la fierté du continent. Laissez nos cousins dogons car depuis toujours cette ethnie excelle dans le domaine de la médecine chez vous au Mali.

  9. Des ” Résultats tangibles et non intangibles”. Quand le cœur parle à la place de la raison on écrit n’importe quoi…

    • Pourtant, cet écrit corrobore bien avec des propos que j’ai entendu d’un étudiant de médecine il y a une dizaine d’années, ”chez Ogo, c’est un circuit fermé, il ne trouvera jamais un vaccin, les essais cliniques sont au profit de l’extérieur”. Je commence à donner crédit à ces propos car le temps est le seul juge.

  10. M.VITALKI , tu es vraiment un produit du Mali en décadence . Tu ne connais pas le fond du problème mais seulement tes 50.000 f CFA . Les USA continuent de financer les recherches à MRTC . Tu dois avoir honte .

    • Koing famouna, les USA financent les tests sur nos pauvres gens, voyons même s’il y aura découverte de vaccin contre le palu, il ne vont jamais parler de Ogo mais d’un américain qui profitera des tests que Ogo aura mis à leur disposition moyennant finance.

Comments are closed.