Repositionnement de la Planification familiale : Les jeunes et les femmes au cœur de l’action

0

C’est la localité de Karan, située à 80 Km de Bamako, qui est retenue, cette année, pour abriter la cérémonie de lancement de la 12è édition de la campagne nationale pour la promotion de la planification familiale. La rencontre qui est placée sous la présidence de l’épouse du chef de l’Etat Keïta Aminata Maïga, donne le ton à un mois d’activités de sensibilisation et de plaidoyer en faveur de la PF.

Sous la présidence de la première dame, Mme Keïta Aminata Maïga, a lieu, ce samedi, 09 avril, le lancement des activités de la 12è édition de la Campagne nationale de promotion de la planification familiale. Une campagne qui a pour thème   «l’engagement constructif des leaders et des décideurs en faveur de la planification familiale pour une jeunesse épanouie et un développement durable».

Etendue sur une durée d’un mois (du 9 avril au 13 mai 2016), la campagne qui vise un repositionnement de la PF, se déroulera en trois étapes. Une première phase appelée phase intensive sera marquée par une immense activité de communication, de mobilisation sociale et de mise à disposition des services de la PF à la portée des communautés. Cette phase se déroulera principalement dans les 5 districts sanitaires ciblés : Kayes, Ségou, Koulikoro, Sikasso et Mopti. La seconde ou deuxième phase dite phase nationale et ordinaire, touchera la soixantaine de districts sanitaires du pays où les partenaires mettront en œuvres des activités inscrites dans leur propre plan d’action annuel. Enfin, il est prévu une phase de suivie évaluation du processus.

Conquérir de nouvelles utilisatrices de la PF

En vue de baliser le terrain à cette importante campagne, la Division Santé de la Reproduction de la Direction Nationale de la Santé (DNS), en collaboration avec certains partenaires dont l’USAID, a organisé, hier, vendredi, une session d’orientation (sur la PF) à l’endroit des journalistes de la presse audio visuelle, de la presse écrite et de site web. Objectif ? Affiner leurs connaissances sur la planification familiale, en tant que moyen permettant d’améliorer la santé de la femme, d’accroître les revenus des ménages et garantissant le développement économique de la communauté.

Au Mali, malgré plusieurs années de plaidoyer, le taux de la prévalence contraceptive est resté toujours faible (09,9%) avec une moyenne de 6 enfants par femme. Une tendance (peu glorieuse) qui appelle une mobilisation plus accrue, orientée surtout vers les communautés…

Dr Marguerite Dembélé, chef de la division Santé de la Reproduction, a fait le point de l’organisation de la campagne placée sous la présidence de l’épouse du chef de l’Etat et qui sera marquée par un mois d’activités de sensibilisation qui toucheront toutes les régions du pays. Le chef de la DSR a également évoqué les contraintes nombreuses que rencontre la PF. Qui, malgré les efforts de l’Etat et des partenaires techniques et financiers, est toujours en deçà des prévisions. Parmi ces contraintes figurent certaines pesanteurs socioculturelles, mais également le faible accompagnement des femmes par les hommes dans l’utilisation des services de la PF, en vu d’un espacement des naissances. Pour inverser la tendance actuelle, marquée par des indicateurs très faibles, il a été décidé, lors de la campagne nationale de cette année de mettre un accent particulier sur la mobilisation de deux couches très importantes : les jeunes et les femmes.

Papa Sow 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER