Santé publique : La Bicim poursuit son programme anti-palu

1

Dans le cadre de son programme de lutte contre le paludisme, la Banque internationale pour le commerce et l’industrie du Mali (Bicim) a distribué hier plusieurs milliers bandes dessinées aux Centres d’animation pédagogique (Cap) pour les écoliers. C’est pour informer et sensibiliser les enfants sur le danger du paludisme.

La Bicim, en collaboration avec la Fondation BNP Paribas, soutient depuis 2013 un programme de lutte contre le paludisme. Cette campagne, qui s’est étalée sur plusieurs phases, a déjà distribué 12 500 moustiquaires imprégnées d’insecticide à longue durée d’action destinées à plus de 25 556 personnes particulièrement sensibles.

C’est dans l’optique de continuer son action de lutte contre le paludisme que la Bicim a décidé, pour 2015, de mettre à la disposition des écoliers 8000 exemplaires d’une bande dessiné destinée à les informer et à les sensibiliser sur les risques de cette maladie.

La remise symbolique des bandes a eu lieu le lundi 7 décembre 2015 au Groupe scolaire Mamadou Konaté.

Pour Marc Tempels, directeur général de la Bicim, cette bande dessinée scénarise les comportements visant à promouvoir la prévention et le traitement du paludisme dans les ménages.

“L’objectif est que les enfants s’approprient la thématique de la lutte antipaludéenne et qu’ils soient des relais efficaces et contribuent à un changement durable des comportements au sein de la société, à commencer par leurs familles”, a-t-il précisé.

Le DG de la Bicim a expliqué que les élèves qui vont bénéficier de cet outil vont apprendre au fil des pages qu’il faut dormir chaque nuit sous une moustiquaire imprégnée d’insecticide, qu’il faut encourager les visites au centre de santé dès qu’il y a un cas de fièvre et qu’il faut que le malade prenne son traitement jusqu’au bout pour éviter les résistances. Ces élèves pourront aussi transmettre ce qu’ils ont retenu à d’autres élèves ainsi qu’aux membres de leurs familles.

Il a invité les directeurs d’écoles à vérifier que ce message a été correctement passé et que ceux qui l’ont reçu sont prêts à s’y conformer et ainsi inviter chaque élève à sensibiliser au moins les membres de leurs failles.

“Par cet acte, notre action permettra de sensibiliser des dizaines de milliers de Maliens et ces personnes sensibilisées pourraient à leur tour devenir des formateurs”, s’est félicité M. Templs.

Saluant l’initiative de la banque, le directeur du Cap de Bamako-Coura, Yaya Sangaré, a regretté qu’au Mali, malgré les multiples efforts consentis dans la lutte, le paludisme demeure un véritable problème de santé publique.

“La formule que vous avez choisie pour atteindre nos élèves est innovante à plus d’un titre. La bande dessinée sur la lutte contre le paludisme permettra de contribuer au changement de comportement des parents à travers les élèves”, a-t-il indiqué. Tout en remerciant le directeur de la Bicim, M. Sangaré a promis une utilisation judicieuse de bandes dessinées dans les écoles et dans les familles.

Le directeur du Programme national de lutte contre le paludisme, Dr. Diakaridia Koné, a aussi salué l’initiative.

Maliki Diallo

 

PARTAGER

Comments are closed.