Vaccination anti-COVID 19 des personnes handicapées physiques : L’association en quête de soutien pour mobiliser ses membres

0

Afin de garantir l’accès équitable pour tous aux vaccins anti-Covid-19, les autorités sanitaires du Mali ont déployé certaines techniques parmi lesquelles la stratégie mobile, le porte à porte et d’autres méthodes pour soutenir l’accès des personnes handicapées aux vaccins. Et pour relever le défi des obstacles de communication, les associations de personnes handicapées ont été mises à contribution. Cependant, l’association des personnes handicapées physiques du Mali sollicite un soutien financier pour pouvoir mobiliser ses membres.

A la date du 25 septembre 2022, le Mali comptait 32 604 cas positifs de Covid-19 avec 1 809 536 personnes complètement vaccinées et 528 387 personnes n’ayant pas complété leur dose. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la vaccination est le meilleur moyen de riposte contre la pandémie, non seulement elle protège une personne contre les formes graves de la maladie mais également elle limite la propagation du virus. Aussi, l’OMS recommande aux pays, la prise en compte des vulnérabilités et des besoins spécifiques dans les stratégies mises en œuvre pour la couverture vaccinale.

Au Mali, la stratégie nationale en matière de vaccination anti-Covid-19 prend en compte ses considérations afin de garantir une couverture universelle et équitable pour tous.

Selon un médecin du Centre National d’Immunisation, la stratégie nationale prend en compte les vulnérabilités et les besoins spécifiques de chaque composante de la santé. C’est à ce registre que s’inscrit la stratégie dite avancée développée par les autorités sanitaires malienne. Elle consiste à faire déplacer des équipes vaccinales à la rencontre de la population (marché, service, sites de déplacés ou autres lieux de regroupement) ou encore la méthode du porte-à-porte dans les ménages.

Pour faciliter l’accès des vaccins aux personnes handicapées et relever les obstacles liés à leurs besoins, certaines associations de personnes vivant avec un handicap ont été associées à la campagne pour identifier les obstacles, définir les besoins en vue d’enlever toutes restrictions sanitaires pour ces personnes.

En effet, la Présidente de la Fédération Malienne des Associations des Personnes Handicapées (FEMAPH), Mme Djikiné Hatouma Gakou affirme, « la FEMAPH a travaillé avec beaucoup de partenaires dans le cadre de la sensibilisation contre la Covid et la vaccination anti-Covid-19. Nous avons mené une large sensibilisation pour amener les gens à se faire vacciner ».

Des séances de causerie-débats organisées en compagnie des agents sanitaires pour sensibiliser les gens sur la maladie et les faire vacciner, une démarche adoptée par les autorités sanitaires comme l’atteste le  Dr Karim Diarra, Chargé du Programme Elargi de Vaccination (PEV) en commune II du district de Bamako. « Nous avons organisé des séances de sensibilisation et de vaccination, nous avons effectué au moins deux sorties à l’école des sourds-muets et les gens se sont fait vaccinés », soutient Dr Diarra.

Seulement pour certaines associations ou personnes vivant avec un handicap ces fréquences ne répondent pas au besoin réel. Le président des personnes handicapées physique du Mali, Albert Kanouté estime que son association n’a pas été associée à la riposte contre la Covid-19. « Dans le cadre des programmes de sensibilisation, notre association a été conviée à un atelier de sensibilisation. Nous y avons participé mais en retour, il était prévu qu’ils viennent au sein de mon association pour une séance de sensibilisation et de vaccination mais à la dernière minute, on a été prévenu qu’il n’y a pas de fonds pour couvrir l’événement », déplore-t-il.

Et d’ajouter « vous savez étant donné qu’il est difficile de faire déplacer les personnes handicapées, nous n’avions été obligés de sursoir à l’activité faute de fonds. Aussi, à notre niveau, nous estimons que notre association n’a participé à aucune activité relative à la riposte contre la Covid-19 ».

Ses propos rejoignent ceux de Yaya Traoré, président de l’association des communicateurs handicapés du Mali, selon lui, les visites des équipes sanitaires à l’Union Malienne des Aveugles (UMAV) comme chez d’autres associations des personnes handicapées, devraient plus se multiplier compte tenu de la difficile mobilité des personnes handicapées à aller se faire vacciner.

Khadydiatou SANOGO, « Ce reportage est publié avec le soutien des Journalistes pour les Droits Humains (JDH) et Affaires Mondiales Canada »

 

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here