42ème seission du conseil d’administration de l’INRSP : Des résultats encourageants, malgré des difficultés

0

La salle de conférence de l’INRSP a servi de cadre, le jeudi 07 janvier 2016, à la tenue de la 42ème session ordinaire du conseil d’administration de l’Institut National de Recherche en Santé Publique. Malgré des difficultés majeures auxquelles il est confronté, l’INRSP a pu enregistrer un bilan encourageant avec un taux de réalisation des recettes de 90% et un taux d’exécution des dépenses à hauteur de 70%.

La cérémonie d’ouverture de cette 42ème session de l’INRSP était présidée par Dr Lamine Diarra, représentant du Ministre de la santé et de l’hygiène publique en présence du Pr Abdel Kader Traoré, président du CST/INRSP, du Directeur Général de l’Institut, M. Mamadou Soucalo Traoré et plusieurs administrateurs. L’ordre du jour portait essentiellement sur l’examen des activités 2015, l’examen du budget de l’exercice écoulé. Par rapport à ces points, il ressort que l’INRSP reste confronté à trois difficultés majeures à savoir : l’inadaptation des procédures d’acquisition des réactifs de laboratoires et des intrants de la médecine traditionnelle ; le problème de maintenance des appareils biomédicaux ; l’insuffisance de financement pour la conduite des projets de recherche. Malgré ces difficultés, l’institut a enregistré un taux de réalisation des recettes de 90% et un taux d’exécution des dépenses à hauteur de 70%, et aurait en chantier plus d’une vingtaine de projets de recherche en cours de réalisation.

Dans son discours, Dr Lamine Diarra  a souligné que ledit conseil se tient dans un contexte marqué par l’initiative internationale pour le renforcement de la Sécurité Sanitaire Mondiale. C’est pourquoi, notre pays est engagé pour la mise en œuvre d’un vaste programme de renforcement de ses capacités de prévention, de détection précoce et de réponse efficace contre les maladies infectieuses d’origine naturelle, accidentelle ou intentionnelle et des urgences de santé publique de portée internationale. Dr Diarra indique que ce programme repose sur une douzaine de piliers, dont quatre verront une forte implication de l’INRSP : le système de surveillance épidémiologique et de riposte, le système national de laboratoire, la résistance antimicrobienne et la bio sureté et la biosécurité. Avant de terminer, il a invité les administrateurs à un examen minutieux des difficultés et les performances détaillées dans le document qui a été soumis à leur appréciation, afin d’orienter l’institut vers l’atteinte de ses objectifs de 2016.

M. DIAKITE

 

PARTAGER