8ème session du Comité national de pilotage et d’orientation du PCDA : Dernière ligne droite avant le financement additionnel

0

C’est le constat qui ressort de la 8ème et dernière session du CNOP du PCDA, tenue le lundi 29 décembre 2014 à la DAF du ministère du Développement Rural. Présidée par le ministre Bocary Tréta, cette session consacre le dernier virage du PCDA, avant sa clôture, prévue pour le 30 juin 2015 et le début de la phase additionnelle de deux ans.

Cette session a porté sur le rapport d’activités de l’année 2014 et le programme d’activités et le budget pour l’exercice 2015. Ainsi, au titre des activités-phares, figurent entre autres l’aménagement de 230 ha dans le domaine de la petite irrigation, à travers la mise en place des sous-projets mangue, pomme de terre, échalote/oignon, papaye et banane et le financement de 169 sous-projets, dont 168 TPE et 1 PME, pour une subvention totale décaissée de 1,3 milliards F CFA.

S’y ajoutent le renforcement des capacités institutionnelles et opérationnelles des interprofessions mises en place, à savoir la mangue, la pomme de terre, l’échalote, la papaye et le bétail/viande et le suivi des campagnes de commercialisation des filières prioritaires du PCDA, avec la diffusion des informations par une plateforme informatique «Net SMS PRO». Ainsi, 4600 SMS d’informations commerciales ont été diffusés aux opérateurs des filières mangue, pomme de terre et échalote/oignon.

On note aussi la réalisation d’une mission commerciale au Maroc avec les exportateurs de mangue, qui a permis l’exportation de 714 tonnes sur les marchés de gros de Casablanca, contre 438 tonnes pour la campagne mangue 2013, soit une augmentation de 63%; la conception et l’opérationnalisation d’un prototype de séchoir à tunnel au niveau de l’unité de transformation Kéné Yiriden à Sikasso, pour un coût de fabrication  locale de 18 millions de FCFA contre 24 millions de FCFA pour l’équipement importé et la mise en place de systèmes de gestion transitoire pour l’infrastructure de froid de Sikasso et le pôle de centralisation d’échalote de Niono pour la campagne 2014.

Cela a permis l’exportation de 294 tonnes de mangue fraiche vers l’Europe à partir de Sikasso et une opération test de conservation de 60 tonnes d’échalote/oignon fraiche au pôle de Niono, avec un taux de perte de pourriture de moins de 1% sur une période de conservation de six mois.

Sur la kyrielle d’activités mises en œuvre, la commercialisation de 60 000 tonnes de pomme de terre, contre une prévision de 55 000 tonnes, générant ainsi un chiffre d’affaire de 17 milliards contre 10 milliards de prévisions, la commercialisation de 57 020 tonnes de mangue fraiche et de 4 643 tonnes de mangue transformée, générant un chiffre d’affaire 21 milliards de FCFA, la commercialisation de 290 000 tonnes d’échalote/oignon pour un chiffre d’affaire de 40  milliards de francs CFA  et la vente de 7 075 tonnes de papaye sur le marché national, pour un chiffre d’affaire de 2 265 600 000 F CFA.

Pour ce qui est du programme 2015, il sera essentiellement consacré aux activités relatives à la consolidation de l’impact du PCDA, par une large diffusion des innovations à travers le financement de micro-entreprises et de PME orientées vers le marché; la mise en œuvre de l’approche zone de compétitivité, par une concentration d’interventions stratégiques inter reliées tout au long des chaînes de valeur dans une zone définie et la collaboration avec les services techniques, les chambres d’agriculture et les interprofessions, à travers une délégation de réalisation d’activités dans le but du transfert et de la pérennisation des acquis du PCDA.

Enfin, le renforcement des capacités institutionnelles et opérationnelles des Interprofessions; le renforcement des capacités des services techniques de l’Etat  et des services privés; l’amélioration de la gestion des infrastructures commerciales, par la mise en place de systèmes d’exploitation rationnelle et de gestion privée efficace et plus de communication médiatique pour accroitre la visibilité des actions sur le terrain sont également programmés.

S’agissant du budget proposé pour la réalisation de ce programme, il s’élève à 5,9 milliards de FCFA et sera consacré à 80% aux activités et à 20% au fonctionnement. Ce budget sera entièrement financé sur le crédit du Fonds additionnel et le Budget national, à travers le BSI.

Au cours de cette session, des propositions concrètes et des recommandations pertinentes pouvant permettre à l’Unité de Coordination d’exécuter efficacement le programme, et de réaliser ainsi l’ensemble des résultats assignés au financement additionnel, ont été formulées. Pour le ministre Tréta, ce plan a pour objectif la finalisation des activités afin de consolider les acquis du projet et de créer une masse critique de résultats, avec des impacts durables.

Yaya Samaké

Commentaires via Facebook :

PARTAGER