Accueil des Aiglonnets à Senou : Et cette confusion entre le PAN et Tréta?

3
Les aiglonnets à leur arrivé au Palais de sport
Les aiglonnets à leur arrivé au Palais de sport

L’honneur qu’ils n’avaient pas eu à leur départ de Bamako pour le Chili dans la perspective de la coupe du Monde de football des moins de 17 ans, dont ils sont désormais les vices champions, c’est ce qu’ils ont eu à leur retour et en prime, la grosse confusion, si le mot est à sa place, dans la préséance de l’accueil, ce soir là à l’aéroport de Senou et pour cause.

Au bas de la passerelle à  l’arrivée de la délégation sportive malienne, les membres du gouvernement, avec en tête, Bocar Tréta, le ministre du Développement Rural, assurant l’intérim du Premier ministre, représentant le Chef de l’Etat à Luanda en Angola et curieusement, le président de l’Assemblée Nationale du Mali, l’honorable Issaka Sidibé.

A quel titre était-il là, se sont interrogés bien de personnes à l’aéroport et plus tard à la télé après la diffusion de l’élément au cours du journal TV. Ce n’était pas le président de la République qui était attendu de retour d’un voyage, encore moins de la présence de ce dernier à l’accueil des Aiglonnets. En qualité de fan de football, supporter des vices champions du monde ? Cela pouvait passer et personne n’aurait pas grande chose à redire. Mais là où le bas a blessé au point de tiquer énormément de monde, c’est lorsque face à la
délégation, en lieu et place du ministre représentant le Premier ministre, c’est le président de l’AN, l’honorable Issaka Sidibé, que les maliens ont entendu lire le message du gouvernement à l’attention de nos enfants qui revenaient avec leurs lauriers. Subitement trois (3) questions sont entrées en ébullition dans le quotidien bamakois et toujours sans doute sans réponses.

1-      Le PAN, l’honorable Issaka Sidibé était-il ce jour là à sa place à l’aéroport à la tête du corps constitué, pour finir par s’imposer au PM par intérim ?

2-      Pourquoi a t –il marché sur les plates bandes de Tréta qui n’aurait pour rien au monde cracher sur une telle opportunité, avoir les accolades du président de la République à son départ de Bamako pour la Valette et quelques heures plus tard accueillir les célèbres Aiglonnets et leur lire le message qui aurait pu être livré par le PM, Modibo Keïta en personne, à défaut du président de la République lui-même ?

3-      Ou, pour simplement faire passer l’éponge sur l’incompréhension à  l’AN lors des conciliabules des députés RPM, Tréta a hors caméra, laissé la place à son aîné ? Non, le pouvoir ne connaît pas ce genre de privilèges. Et ATT qui s’y était essayé, a fini par le regretter, car par son acte insensé, il venait de se dépouiller de son pouvoir, au profit de celui que les maliens considéraient encore comme étant le vrai vainqueur du scrutin de 2002 ?

4-      Les maliens connaîtront-ils un jour la raison de cette terrible confusion des rôles ? Nous cherchons, avec espoir de trouver.

Mais de l’avis de personnes généralement bien introduites dans le monde des protocoles, le président de l’AN n’avait rien à faire à l’aéroport ce jour là, sinon que de demeurer loin du  corps constitué.

Sory de Motti

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. C’etait flagrant et honteux pour le pays cette confusion
    Qui represente le chef de l’Etal selon la constitution en l’absence du Premier Ministre
    Pourquoi cette confusion
    Au depart et au retour du Chef de L’Etat c’est le Ministre Treta qui etait a l’aeroport
    A l’accueil des Aiglonnais c’est le President de l’AN qui avait assure le role d’officiel
    Alors cette presence doit être definie clairement afin que prochainement nous ne submissions une telle humiliation aupres de la communaute Internationale
    UN Etat serieux qui se respecte c’est Cela le Mali
    Le President doit tranches dans les meilleurs Delais Sinon la prochainement fois ce sera pire
    Que Dieu benisse le Mali

  2. Je suis d’accord avec sangéré, sauf qu’il faut ajouter cette situation est préjudiciable pour notre pays et le devalorise énormement après tout ce qu’on a connu comme rabais de dignité et d’honneur à causse des agissement de nos dirigeants, la gestion clanique et familiale du pouvoir cree la brouille dans le protocole et les membre de la famille presidentielle estime leur légitimité sur tout et font de la remontrance partout je veux dire le tout puissant ministre du developpment social qui est le super ministre ainsi que celui des finances lui qui est doublé d’arrogance et de gel quel domage pour notre pays

  3. Le combat pour la succession du vieux s’étale sur la place publique.
    Ce que les maliens soupçonnaient commence à prendre forme:UNE SUCCESSION FAMILIALE DU POUVOIR.
    L’étape primordiale pour cet objectif est le contrôle du parti par les beaux parents.
    Qui mieux que le beau père du futur président est le plus qualifié pour cette tâche?
    Les caciques du parti résistent.Mais le combat est déjà perdu depuis le jour où ils ont accepté que les caciques du parti en commune 2 s’écartent au profit du fiston KARIM.Ensuite le président IBK commande tout ça.Sinon,je ne vois pas ISSIAKA SIDIBE s’engager dans ce combat sans l’accord de son beau-frère.
    Ceux qui avaient des doutes sur l’intention dynastique d’IBK doivent se réveiller maintenant.
    IBK n’avait il pas nous montré son intention quant il est allé se recueillir sur la tombe des partisans de ce système juste après son élection:OUMAR BONGO ONDIBA et EYADEMA?
    QU’ALLAH SAUVE LE MALI!

Comments are closed.