Concertations nationales : Vive empoignade au CICB

0

Hier CICB  a connu une vive ambiance à la cérémonie d’ouverture de la  journée de la concertation nationale sur la transition au Mali. Des partisans du CNSP et les jeunes du M5-RFP  étaient venus en masse  devant le CICB.

  Approché par nos soins, Mohamed Camara, de la Coordination jeunesse M5-RFP en Commune IV dira que sa présence était de voir l’ambiance qui va  régner autour de cette concertation. Selon lui,  les jeunes doivent comprendre que tous les Maliens ne peuvent pas être dans la salle,  ils peuvent par ailleurs  être représentés dans la salle. On a reçu des cartes pour la jeunesse M5, mais c’était insuffisant, on s’est finalement résigné pour donner à quelques-uns pour aller nous représenter.

Toutefois, M. Camara se dit déçu de voir des  jeunes en t-shirts soutenir  le CNSP.  « Je suis déçu de la part des militaires », dit-il. A l’en croire, il y’a un coup bas des militaires qui est là, car, c’est eux qui  ont donné de l’argent à ces jeunes pour confectionner des t-shirts avec la photo de Assimi Goïta.

« Il ne faudra pas que le piège qui nous a été tendu par l’ancien régime, ne soit tendu à ces jeunes », prévient-il.

Notre interlocuteur estime que les militaires sont en train d’aller à l’encontre de leurs propres dires. Ils avaient promis dans leur première déclaration que « la transition sera dirigée par un civil et ils viennent encore dire qu’elle sera dirigée par un civil ou un militaire. Un double langage qui commence à tarauder nos esprits », déplore-t-il.  « Le hic est qu’aujourd’hui nous voyons qu’ils veulent vraiment s’accrocher au pouvoir. Donc, les jeunes qui sont là à les soutenir ne savent même pas dans quel jeu ils se trouvent. Ils sont là à crier vive le CNSP ou à bas la Cédéao sans se rappeler que le Mali fait partie de la Cédéao », a-t-il ajouté.

Pour sa part, Cheick Seidibou Togola, le Coordinateur des jeunes patriotes du Mali à Kati, dira que sa présence hier au CICB était pour apporter son soutien  au CNSP afin qu’il puisse diriger la transition. Selon lui, Il y’a eu de  l’amélioration depuis l’arrivée du CNSP. « Avec le CNSP nous avons pu enterrer les corps de nos soldats morts sur le champ d’honneur, une première », dit-il.  Avec sa coordination, M. Togola entend  continuer à mener des actions pour soutenir le CNSP.  « Le  dos du Mali se trouve actuellement au mur, et nous ne faisons pas confiance aux politiques raison de notre soutien aux militaires. Nous n’avons pas peur des sanctions car nous sommes un peuple débout », a-t-il conclu.

Ibrahima Ndiaye 

 

Journées de la concertation nationale :

Échauffourées entre la jeunesse du M5 et la sécurité

 La jeunesse du M5 et les forces de l’ordre ont eu des altercations hier à la cérémonie d’ouverture de la journée de la concertation nationale.  Des tiraillements dus à la mauvaise organisation.

 Dès 9 heures, à quelques mètres du Centre international de conférence de Bamako, la circulation était chaotique à cause d’un immense embouteillage. Il a fallu l’intervention de la gendarmerie pour dégager la voie pour les officiels (ambassadeur, hautes personnalités…). Sur le trottoir des manifestants qui sont venus soutenir la junte scandent avec des pancartes « vive le CNSP ».

Á l’extérieur du CICB le dispositif sécuritaire était robuste. Toute la zone était quadrillée par les forces de sécurité. Le branle-bas a commencé à 10h 15mn lors que des jeunes se réclamant du M5-RFP avec quelques invités ont été bloqués au niveau de la porte principale. Les jeunes ont tenté un forcing pour accéder à la salle, mais ils seront dispersés sans ménagement par les gendarmes à coup de gaz lacrymogène. Aussitôt rouge de colère, cette jeunesse du M5 a rouspété en criant « les militaires ont volé notre victoire au moment où nous battions les pavés sous la pluie avec des morts par balles de l’ancien régime. Les militaires étaient où ? Nous n’acceptons pas que la transition soit dirigée par un militaire ».

Un autre incident vient s’ajouter au mécontentement des partisans du M5, celui de l’ancien ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle d’IBK, Maouloud Ben Kattra à bord de son véhicule. En attente de passer la grille principale du CICB, les jeunes du M5 lui crient « voleur Ben Kattra ». Il a fallu qu’un officier de l’armée lui extirpe de son V8 pour le mettre à l’abri.

Pour Abdrahamane Niaré membre du M5 « Nous crions sur Ben Kattra parce que c’est un voleur, il a volé des milliards au moment où il était ministre et il a soutenu bec et ongle IBK pour qu’il reste au pouvoir et ce sont les mêmes personnes qui viennent assister aux assises et nous qui étions au four et au moulin rester au dehors nous ne pouvons pas accepter ça ».

Une demi-heure après la cérémonie sous une pluie battante, des déléguées et quelques membres de la société civile quittent la cérémonie. Ils désapprouvent l’organisation.

Pour le président de la société civile Ibrahim Alaye Touré, « nous voulons un Président et un Premier civil. C’est une des recommandations pour que nous puisons amorcer la transition. Nos frères d’armes ont fait un très bon travail, mais ils doivent accepter que ce n’est pas à eux d’être à la tête de la transition. Leur travail se trouve au front et aujourd’hui tout le pays a besoin d’eux au front qu’ils s’organisent, qu’ils essayent de s’équiper avec des bons équipements de notre armée », a-t-il plaidé.

Ousmane M. Traoré

(Stagiaire)

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here