Détenu à la Prison Centrale, un prédateur foncier fait de nouvelles victimes

0
Prison Centrale Bamako

Pensionnaire de la Maison Centrale d’Arrêt de Bamako depuis quelques mois, le prédateur foncier continue de faire de nouvelles victimes. Tous les jours. Les victimes,  une fois qu’elles se rendent compte de l’arnaque, le recherchent partout à travers Bamako. Sauf là où il est, c’est-à-dire à l’intérieur d’une prison.

Cette histoire peut porter préjudice à l’acteur principal. Ainsi des personnes ont tenté de nous dissuader de la porter à la connaissance du public. Surtout que le responsable n’est pas un inconnu pour nous. Alors, que l’on ne retrouve pas dans ces lignes une volonté de nuire à quiconque. Notre seule motivation se trouve dans la mission que nous nous sommes assignés. Celle d’informer et de sensibiliser un public parfois naïf et ignorant des dangers qui le guettent.

Mamadou Traoré, c’est un nom d’emprunt, se trouve aujourd’hui détenu à la Prison centrale de Bamako. Plusieurs personnes lui reprochent de leur avoir vendu de faux documents (bulletins, permis) de parcelles à usage d’habitation dans plusieurs quartiers périphériques de Bamako relevant du Cercle de Kati. Le montant des préjudices est estimé à environ 10 millions de FCFA, mais l’inculpé ne reconnait pas être coupable des faits dont le préjudice total est estimé à la somme de 2 millions de FCFA. Mais depuis son lieu de détention, la liste des victimes de Mamadou Traoré ne cesse de croitre.

«Force est de reconnaître que des lotissements anarchiques et ne respectant aucune législation encore moins l’implication des urbanistes agréés et des géomètres experts sont faits. Les plans de lotissements sont le plus souvent signés par des agences immobilières, des géomètres ou encore des fonctionnaires qui ont l’audace d’utiliser un cachet comportant la mention : ‘’ géomètre expert’’ et tout cela avec la complicité de l’administration qui approuve tous ces plans. Cette situation qui perdure est source de conflit aux conséquences incalculables ». Tels sont les propos d’Aly Waïgalo le président de l’Ordre des géomètres experts. C’était lors d’une interview avec Delta News.

Ces affirmations du président de l’Ordre des Géomètres Experts sont d’autant plus vraies que notre histoire en est une parfaite illustration. Notre jeune prédateur foncier est à la tête d’un bureau de géomètres. Chose inimaginable quand on sait qu’il a abandonné ses études en topographie faute d’avoir obtenu le Brevet de Technicien (BT2). Les collaborateurs de Mamadou Traoré sont tous des jeunes ayant abandonné les études et qui après s’être essayés aux petits métiers ont fini par se faire une place de courtier, “coxaire” comme on les appelle, dans le foncier. Mais ce que Aly Waïgalo ne dit pas, peut-être parce qu’il ne le sait pas, c’est que ces faux géomètres établissent de vrais faux documents administratifs sur des parcelles qui n’existent que dans leur seule imagination.

Depuis sa cellule où il opère avec son téléphone portable, Mamadou Traoré a repris ses affaires. D’ailleurs, ne dit-on pas que les vieilles habitudes ont la vie dure. « Le chef est allé sur le terrain », « le chef est en voyage ». Aidé par des complices qui ne manquent pas d’astuce pour justifier l’absence de leur parton, ces jeunes ont réussi à vendre de faux bulletins et de faux permis d’occuper à des personnes, pressées de se faire un toit et qui tombent facilement dans le piège, tendu par un réseau mafieux.

Victime du réseau, un homme vêtu de blanc a passé une bonne partie de la journée, ce samedi, à attendre devant une agence immobilière à Kalabancoro où son «  bourreau » lui a donné un faux rendez-vous. C’est aux environs de quatorze heures que l’homme réussit à avoir Mamadou Traoré au téléphone. Ce dernier réussit à le convaincre. Du moins, si l’on se réfère à la différence de ton de l’homme au début et à la fin de la conversation téléphonique. Un autre rendez-vous est pris pour un jour. Le pigeon, comme dira l’autre, est plumé.

Mamadou TOGOLA  

PARTAGER