Protection des défenseurs des droits de l’homme : Le vibrant plaidoyer de l’ODHP pour l’adoption du projet de loi

0

L’Observatoire des Droits Humains et de la Paix (ODHP) a initié une vaste campagne de sensibilisation et de plaidoyer pour l’adoption du projet de loi portant protection des défenseurs des droits de l’homme. L’équipe de l’ODHP a été reçue à la Commission Nationale des Droits de l’Homme, à la Commission Vérité, Justice et Réconciliation, au Conseil Economique, Social et Culturel et au Secrétariat Général du Gouvernement. 

Pour booster le processus d’adoption du projet de loi portant promotion et protection des défenseurs des droits de l’homme, l’Observatoire des droits humains et de la paix (ODHP) a entamé une vaste campagne de sensibilisation et de plaidoyer avec l’appui de son partenaire, l’ONG DIAKONIA. Cible : les institutions de la République et certains services publics ou mouvements associatifs influents. Ce vibrant plaidoyer  de l’ODHP a commencé par la Commission Nationale des Droits de l’Homme. C’était le 4 novembre dernier. Les échanges ont été fructueux entre la délégation de l’ODHP et la Présidente de la CNDH, Me Kadidia Sangaré Coulibaly. Il a été révélé que la Présidente de la CNDH avait déjà engagé des discussions avec le Ministère de la justice et des droits de l’homme sur ce texte.

Le 9 novembre dernier, c’était le tour de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation (CVJR) et du Conseil Economique, Social et Culturel (CESC). A la CVJR, la délégation de l’ODHP, conduite par le doyen Abdoulaye Sangho, a été reçue par le Président Oumarou Ousmane Sidibé entouré de deux vice-présidents, Aye Ag Baye et Sidi Konaké et de certains commissaires dont Me Alou Kéïta. Selon Abdoulaye Sangho, l’objectif de cette visite est de solliciter l’appui de la commission pour l’adoption du projet de loi portant protection des défenseurs des droits de l’homme au Mali. Il a présenté l’ODHP avant de souligner qu’il ne peut y avoir de réconciliation sans justice». « Nous ne cesserons jamais de demander votre appui et votre collaboration », a souligné le chef de la délégation de l’ODPH.

«Votre mission est noble mais très sensible «

Au nom du Président du Conseil d’Administration, Abraham Bengaly, a remercié le Président de la CVJR et ses collaborateurs pour leur disponibilité. Pour Amadou Sagara, membre du Conseil d’Administration de l’ODHP, les défenseurs des droits de l’homme sont confrontés à des violences et autres pratiques dans l’exercice de leur mission. La loi, a-t-il affirmé, comprend six titres et vingt-huit articles. Selon lui, l’absence de texte de protection rend difficile le travail des défenseurs des droits de l’homme. « Vous connaissez mieux le rôle des défenseurs. Vous travaillez avec les défenseurs des droits de l’homme. Nous ne doutons pas de votre appui», a lancé Amadou Sagara.

Le commissaire Me Alou Kéita a reconnu la pertinence de l’adoption d’un tel texte pour protéger les défenseurs des droits de l’homme. Il a appelé l’ODHP à se pencher sur le cas des victimes et témoins de la crise.  « Votre mission est capitale. Nous vous remercions pour nous avoir alertés à temps. Nous sommes plus concernés que vous », a souligné Aye Ag Baye, 1er vice-président de la CVJR. Pour le président Oumarou Ousmane Sidibé, cette loi est essentielle. Les violations des droits de l’homme procèdent de l’absence d’une culture de droit de l’homme. Il s’est engagé à mener un plaidoyer à l’endroit du Ministre de la justice. La CVJR, selon son président, peut faire de l’adoption de ce texte une recommandation forte de son rapport.

La délégation de l’ODHP s’est rendue ensuite au Conseil Economique, Social et Culturel où elle a été reçue par le Président de l’institution, Dr Boulkassoum Haïdara entouré de quelques collaborateurs.  « Votre mission est noble mais très sensible. Je vous affirme que vous êtes chez vous. Le Conseil Economique, Social et Culturel est le creuset de la société civile. Notre accompagnement est obligatoire. Ce que vous faites est noble », a déclaré Dr Boulkassoum Haïdara. Il a appelé les membres de l’ODHP à travailler pour que l’association soit audible et visible. « Soyez rassurés que nous sommes avec vous. Nous sommes acquis à votre cause. Nous sommes prêts à vous accompagner ». A ces mots d’encouragement, le chef de la délégation de l’ODHP, Abdoulaye Sangho, lança « Nous partons confiants et rassurés ».

Quarante-huit heures après la CVJR et le CESC, les émissaires de l’ODHP étaient dans les locaux du Secrétariat Général du Gouvernement. Le chef de cabinet de la Secrétaire générale du Gouvernement, Monsieur Diabaté, a souligné que l’ODHP peut compter sur l’appui de sa structure. Cette campagne va se poursuivre dans les jours à venir avec d’autres institutions de la République.

Ousmane Ballo

Commentaires via Facebook :

PARTAGER