Contentieux Mme Traore Oumou Traoré et Abdoullah Coulibaly : Comparution à la barre de la Cour d’Appel pour un débat contradictoire mercredi dernier

3

Mme Traoré Oumou Traoré, promotrice du restaurant « La Vieille marmite » et Abdoullah Coulibaly, propriétaire de l’immeuble IHEM sis à l’ACI 2000 ont comparu le mercredi 23 juin 2021 pour un débat contradictoire. Après lesdits de l’une et de l’autre, la Cour a renvoyé le délibéré pour le 21 juillet prochain.

Les faits remontent en 2018 où la promotrice du restaurant «La Vieille Marmite» estime être roulée dans la farine dans le cadre de l’extension de son restaurant à l’immeuble IHEM de Abdoullah Coulibaly. Après avoir assigné ce dernier devant la justice, Oumou Traoré réclame 500 millions de Fcfa à titre de réparation de préjudice.

« Au lieu de percevoir cette somme, le tribunal m’a plutôt demandé de payer 55 millions à mon bourreau, ce qui m’a énormément blessée parce que je suis sur le point de perdre mon restaurant. J’étais à 500 millions de Fcfa de chiffre d’affaires annuel et depuis ce problème, aujourd’hui je suis à 20 millions de Fcfa », s’alarme-t-elle

A en croire la victime, c’est une autre forme de violence basée sur le genre parce que les VBG ne sont pas que physiques. « J’ai été atteint en tant que modeste femme engagée dans le cadre du leadership féminin. Je me suis installée à mon compte en 2003 où j’ai ouvert une entreprise d’évènementiel, sinon avant j’étais fonctionnaire internationale. J’ai travaillé avec les Nations-Unies, à l’Usaid, au Pnud etc. Abdoullah Coulibaly m’a démarchée et après, il a essayé de m’étouffer sans que je m’en rende compte, sachant que mon restaurant est l’une des références au Mali et même dans la sous-région parce que j’ai apporté du changement dans l’art culinaire malien. Je fais la promotion et la valorisation des produits agricoles locaux et je suis une vitrine de consommation et de commercialisation incontournables dans la chaine de valeur de l’agroalimentaire », déclare Oumou Traoré.

Cela fait 36 ans que cette brave dame est dans les affaires et elle a su se frayer un chemin à travers son savoir-faire et son expérience dans la démarche de qualité dans le domaine de la restauration au Mali et à travers le monde.

Ledit Abdoullah Coulibaly, propriétaire de l’immeuble IHEM, indique qu’il n’y a pas de contrat entre eux, malgré cet état de fait, il a réclamé les frais de location à Oumou Traoré.

La Cour, après le débat de fond, a renvoyé le délibéré pour le 21 juillet 2021.

Rappelons que Mme Traoré Oumou Traoré, en plus d’être promotrice du restaurant « La Vieille marmite », est aussi la présidente de l’Association des femmes professionnelles des métiers de la transformation alimentaire et restaurant (Afromer).

Marie DEMBELE

 

 

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Le problème crucial de la presse au Mali, c’est que vous avez toujours une tendance, vous êtes partiaux. Contentez vous de rapporter les faits et de laisser le lecteur avoir son jugement.
    Vous ne rendez pas service à la nation. Au contraire, vous confirmez la pourriture au sein de la presse.

    • Tidiane a tout dit, la journaliste qui rapporte les faits a tout gâché, elle aurait pu attendre une autre occasion pour faire la biographie de X, sachant bien qu’elle n’a rien dit du parcours de Y, ça déshonore la fonction ou le rôle du journaliste.

  2. vive mme traore oumou traore qui a fait de son mieux pour l art culinaire de notre bien aime mali ainsi que la promotion de la femme,une dame de tres tres bon coeur tres cultivee et tres respectueuse qui s eat battue toute la vie pour l art culinaire mes salutations tres distinguees a mme traore oumou vive le mali djiby kouyate

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here