Dossier de l’aéronef présidentiel et des équipements militaires : Le magistrat Chérif Koné met en garde contre « l’instrumentalisation » de la justice

11

Si l’impunité est à bannir, dans une société démocratique, il est aussi crucial que la primauté du droit y soit affirmée et préservée. Pour ne pas sombrer, comme le dénonce le magistrat Chérif Koné, dans « la république des juges ». Avec, dit-il, « ses tristes conséquences ».

Tout est parti, ce jeudi, avec l’incarcération d’anciennes hautes personnalités de l’Etat ; à savoir l’ancien Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga, plusieurs fois ministre, et l’ancien ministre de l’Economie et des Finances, Mme Bouaré Fily Sissoko, dans l’affaire dite de l’acquisition d’un aéronef et de fourniture aux forces armées maliennes de matériels d’habillement, de couchage, de campagne et d’alimentation (HCCA).

Autour de cette affaire, des plus rocambolesques aujourd’hui, tant la polémique procédurière y est tenace, il y a la sortie de l’Association malienne des procureurs et poursuivants (AMPP) et la référence syndicale des magistrats (RFSYMA), à travers le président Mohamed Chérif Koné, qui ont fustigé le manquement du droit dans le déclenchement du dossier.

Si à l’image de ce magistrat chevronné, les Maliens sont particulièrement très révoltants contre l’impunité, qui est une gangrène dans une société démocratique, ils sont en revanche tout acquis à la primauté du droit, en tout acte de procédure judiciaire.

Pour le très courageux magistrat, président de l’AMPP et de la RFSYMA, qui déplore les « violations graves » de la loi dans le déclenchement de la procédure, allant jusqu’à mettre en garde contre l’instrumentalisation éhontée de la justice, aux fins de règlement de comptes politiques, il est tout simplement regrettable de constater qu’en l’espèce, cette « saisine irrégulière par la Cour suprême non prévue par aucune disposition de la charte de la transition, pour connaitre des dossiers sus spécifiés, est contraire à la constitution et aux lois de la République en ce qu’elle viole la loi portant organisation judiciaire, tout en desservant la justice ».

En conséquent,  les deux mouvements de magistrats, à travers leur président actif, selon ses mots, « souffrent de voir la Cour suprême donner à l’opinion publique, le sentiment d’un organe instrumentalisé en mission commandée en fin d’une période transitoire, pour anéantir des candidats potentiels déclarés aux futures échéances électorales, lesquels seraient gênants ».

En termes de dénonciation de procédure, on ne plus clair de la part d’un magistrat qui pointe du doigt les manquements graves et répétés, constatés dans un dossier d’accusation, fut-il relevant de la plus haute juridiction du pays, à l’effet de broyer, comme une machine juridico-répressive, les justiciables pour des considérations partisanes.

De la part d’un haut magistrat de la trempe du président de l’AMPP et de la RFSYMA, pourtant attaché à la lutte contre l’impunité, qui dénonce un coup flagrant porté à la justice, c’est une chance pour les justiciables maliens de voir un homme de droit s’ériger contre les violations de leurs droits.

Mais hélas ! Plutôt que de se féliciter du courage exceptionnel de ce magistrat et des membres de sa corporation syndicale, sur les réseaux sociaux, des esprits malveillants, partisans de la justice spectacle, l’ont dépeint de tous les noms d’oiseaux, allant jusqu’à le confondre à un opportuniste.

Si ce dossier lié à l’achat de l’avion présidentiel et des équipements matériels, très attendu par les Maliens, pour être un grand moment de la manifestation de la vérité judiciaire, c’est qu’il a, selon sa sensibilité, un intérêt stratégique crucial pour le pays. Et de plus, il concerne de hautes personnalités de l’Etat qui ont toujours clamé leur innocence dans la matérialisation des faits évoqués.

Pour cette nécessité vitale de vérité judiciaire, il était bon, dans l’intérêt même de la justice, que la procédure concernant ce dossier judiciaire soit exempte de micmacs de droits, comme l’a dénoncé ouvertement le magistrat Koné.

Si, comme le magistrat Koné l’a vivement critiqué, il s’agit, dans ce dossier d’instruction au niveau de la Cour suprême,  d’emprunter la voie judiciaire, pour éliminer certains des potentiels candidats à la future élection présidentielle, il faut désormais craindre l’instrumentalisation de l’institution judiciaire.

L’heure de vérité judiciaire n’est plus alors qu’un gros leurre si tant que la justice obéit, sous nos cieux, à une instrumentalisation politique pour des raisons de règlement de compte politique. Le dossier lié à l’achat de l’avion présidentiel et des équipements matériels, sur le cheminement duquel les citoyens ont droit de savoir la vérité la concernant, n’est pas en reste.

Et pour cause ? Aussi longtemps, comme l’ont protesté les professionnels du droit, notamment le très rigoureux président de l’association malienne des procureurs et poursuivants (AMPP) et la référence syndicale des magistrats (RFSYMA, que le dossier de l’acquisition d’un aéronef et de fourniture aux forces armées maliennes de matériels d’habillement, de couchage, de campagne et d’alimentation(HCCA), qui est aujourd’hui plongé dans une telle flagrante polémique procédurière, il est fort à parier que le droit ne soit plus une sentinelle imprenable contre les abus de toutes sortes.

  Oumar KONATE

Commentaires via Facebook :

11 COMMENTAIRES

  1. Ce magistra ne fait que defendre ses interests personnel. C’est sure qu’il a recu sa part dans l’argent vole.

    Sinon s’il etait un magistrat serieux. Il se serais leve pour defendre les militaires qui sont morts, parce que le ministre de la defense a detourner l’argent destine are protection.
    En regardant la tête de ce monsieur on se rend compte qu’il est corronpu.

  2. JPMagufuli: SEUL LES JUGES VONT FINIR PAR SAUVER LE MALI de la main des predateurs politiciens. Il ne peut plus avoir deux hipopotames males dans une meme riviere au Mali ...

    Personne ne me parlera du magistrat Cherif Kone …mais hélas…. chaque chose a son contexte …on ne doit pas handicaper le momentum anti-corruption actuel! …Le Mali n’est pas un pays NORMAL je vous jure de Dieu! On frappe le serpent avec le bâton qu’on a en main …les bozos pêchent la rivière selon son courant d’eau ….

  3. JPMagufuli: SEUL LES JUGES VONT FINIR PAR SAUVER LE MALI de la main des predateurs politiciens. Il ne peut plus avoir deux hipopotames males dans une meme riviere au Mali ...

    Personne ne parlera du magistrat Cherif Kone …mais hélas…. chaque chose a son contexte …on ne doit pas handicaper le momentum anti-corruption actuel! …Le Mali n’est pas un pays NORMAL je vous jure de Dieu! On frappe le serpent avec le bâton qu’on a en main …les bozos pêchent la rivière selon son courant d’eau ….

  4. Refsyma et APPM sont des références de juges probes dans ce pays. Koné est un homme honnête qui connait le droit. On ne pe en dire autant de bon nombre de magistrats. Désolé

  5. JPMagufuli: SEUL LES JUGES VONT FINIR PAR SAUVER LE MALI de la main des predateurs politiciens. Il ne peut plus avoir deux hipopotames males dans une meme riviere au Mali ...

    Cherif Kone a Ke Allah Kama malienw to ou dan na! Depuis des décennies des pilleurs des milliards de l’argent public sont en train de jouer toute sorte de tactique juridique pour éviter la justice dans l’impunité totale … Il a fallu l’arrivée du digne ministre Malick Coulibaly pour le rouvrir …et maintenant vous nous dites que vous êtes pour les principes du respect des procédures etc…..mais où étiez vous pour empêcher IBK et sont régime de classer sans suite ce dossier ?? Craignez Dieu devant lequel vous serez pour rendre compte ….et le jugement divin des juges est de loin plus severe! On ne choisit pas d’être pour les principes sélectivement…

  6. Quelle justice ? un voleur d’œuf de poule est envoyé en prison par un simple plocier ou gendarme en passant par un juge mais celui qui vole des milliards il partage avec ses semblable et on cri a la fraude procédurale criez autan que vous voulez”” dura l’ex sers Alex”” je ne sais pas ce que cela veut dire mais IBK lui il sait ,faux Courageux ou sont les dossiers que tu a traiter de puis que l’État te paye .Il est temps de passé à la caisse.l’État a assez fait pour vous il temps pour vous de goutez ce que vous faites endurez aux petits voleurs de quartier.Verificateur Géneral ,OCLEI on vous écoute Mes chers courageux magistrats au boulot justifier votre prise en charge sur le dos de l’État au lieu d’encourager l’impunité au risque d’être complice de ces malversation pour tu t”etait auto saisie de cette affaire depuis 2014..Vous voulez restez déhors alors payé ceque vous devez a l’Etat en compagnie de Huissier au Tresoire sinon la roue tourne demain ca serai ton tour qui sait .Vous ne niez pas les faits mais la procedure pourqoi? Payé tant qu’il est encore temps sinon Assimi ne recule pas .

  7. Monsieur Chérif Koné il est temps que tu prennes ta retraite. Si pour des question de forme tu defends l impunité c est dire que ton cerveau s est retressi et a perdu toutes les cellules qui stoquaient les connaissances et la sagesse du Magistat brillant que tu étais. Alors c est le meilleurs moment de prenddre ta retraite et nous laisser avancer.

    • Il y a des règles en justice et il fo les respecter, c’est ce ke dit le professionnel Koné. Point. Le droit, ce n’est pas les citoyens lamda ki peuvent l’appliquer. Allez apprendre o lieu de crier à la vengence destructrice.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here